Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lüscher.

Christian Lüscher
Illustration.
Portrait de Christian Lüscher (2015)
Fonctions
Conseiller national
En fonction depuis le [3]
Législature 48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
51e (2019-2023)
Vice-président du Parti libéral-radical[1]
En fonction depuis le
Député au Grand Conseil du canton de Genève[2]
Législature 55e (2001-2005)
56e (2005-2009)
Successeur Nathalie Fontanet
Biographie
Date de naissance (55 ans)[3]
Lieu de naissance Genève (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti libéral-radical (PLR)
Diplômé de Université de Genève
Profession Avocat

Christian Lüscher, né le à Genève[3], est un avocat et une personnalité politique suisse, membre du Parti libéral-radical.

BiographieModifier

Après avoir suivi ses écoles primaires et secondaires à Pinchat et Troinex, il obtient une maturité classique en 1983 au collège Calvin. Licencié en droit de l'Université de Genève en 1987, il est admis au Barreau en 1990. Il obtient un Master of Laws (LL.M.) en mai 1991 à la Tulane School of Law, de La Nouvelle-Orléans[4].

Depuis 2005, il est associé dans l’étude Ziegler Poncet Grumbach, renommée successivement ZPG Ziegler Poncet Grumbach Carrard Luscher[4], puis CMS von Erlach Poncet[5],[6].

Il fut par ailleurs président du Servette FC et membre de l'association avocats sans frontières[7].

Carrière politiqueModifier

Christian Lüscher commence sa carrière politique au Conseil municipal de Troinex en 1999. Il est ensuite élu au Grand Conseil du canton de Genève en 2001[8] où il siégé dans les commissions de contrôle de gestion, de contrôle de la fondation de valorisation des actifs de la BCGe, de grâce et de réexamen en matière de naturalisation. Il préside, en 2003, la commission législative et assume cette même année la vice-présidence de la commission judiciaire et de police. Il a rendu des rapports sur des projets tels que comme la loi sur la police et celle sur la médiation civile ou encore à présenter un rapport sur les violences domestiques[9].

Conseiller nationalModifier

Il est élu lors des élections fédérales du au Conseil national comme représentant du canton de Genève. Il siège à la commission des affaires juridiques et à la commission judiciaire et est suppléant à la commission de rédaction des chambres réunies. Selon le journal Le Temps, il a la réputation d’être un travailleur et de bien connaitre ses dossiers[8]. Apprécié par l’UDC, il est souvent jugé populiste par la gauche[8].

Le , il est présenté par son parti cantonal, aux côtés de Martine Brunschwig Graf, en vue d'une candidature pour succéder au conseiller fédéral Pascal Couchepin[10], et se voit retenu dans le ticket final aux côtés de Didier Burkhalter[11]. Lors de l'élection, il obtient moins de voix que ce dernier au troisième tour de scrutin et annonce alors le retrait de sa candidature.

Il est réélu le 23 octobre 2011 comme Conseiller national, échouant à récupérer un siège à la gauche au Conseil des États[12].

Parmi ses liens d'intérêts, Christian Lüscher est notamment vice-président du comité de la « Communauté d'intérêts Priorité liberté »[13], membre du conseil d’administration de Montres Journe SA et président du conseil d’administration du bureau d'ingénieurs Solfor SA[6].

Plainte contre Le TempsModifier

Christian Lüscher a déposé plainte auprès du Conseil suisse de la presse après la parution d'un article dans Le Temps du 21 décembre 2013. Celui-ci rapportait l'expérience d'un acheteur intéressé à l'appartement qu'il mettait en vente. Dans sa plainte, il considère que le titre de l'article (« Christian Lüscher ruse avec les lois sur le logement ») violait l'obligation de rechercher la vérité et était en contradiction avec le corps de l'article. Sur ces deux points, le Conseil suisse de la presse lui donne raison. Pour le reste, le Conseil suisse de la presse juge que les accusations portées contre le journal (dénaturation et accusation anonyme) étaient infondées[14].

RéférencesModifier

Liens externesModifier