Ouvrir le menu principal

Châtillon-sur-Lison

commune française du département du Doubs
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtillon.

Châtillon-sur-Lison
Châtillon-sur-Lison
Château de Châtillon-sur-Lison.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Arrondissement de Besançon
Canton Saint-Vit
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Françoise Leblanc-Vichard
2014-2020
Code postal 25440
Code commune 25134
Démographie
Population
municipale
hab. (2016 en diminution de 18,18 % par rapport à 2011)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 20″ nord, 5° 59′ 07″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 463 m
Superficie 2,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Lison

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Lison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Lison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Lison

Châtillon-sur-Lison est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

AccèsModifier

HydrographieModifier

La Loue, Le Lison sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

HameauxModifier

Ce petit village est divisé en trois hameaux : les Forges de Chatillon situées au bord de la Loue, Les Fermes de Chatillon et le Château qui se trouve sur une petite colline.

Communes limitrophesModifier

  Rouhe Rurey  
N
O    Châtillon-sur-Lison    E
S
Cussey-sur-Lison Lizine

ToponymieModifier

Châtillon serait un dérivé, sans doute mérovingien, du bas latin castellum, diminutif de castrum, accompagné du suffixe -ionem. Castrum désigne d’abord tous les types de forteresse, depuis le simple donjon jusqu’à l’enceinte urbaine, puis se spécialise dans le sens de « château fort » et se réduit ensuite à celui de « grande maison de plaisance ».

HistoireModifier

Cette maison tirait son nom d'un château proche du Lison dans le bailliage de Quingey.

Le plus ancien membre connu est Hugues de Châtillon, chevalier. Il se faisait religieux à l'abbaye de Cluny au cours du XIIe siècle. À cette occasion, il donnait à l'abbaye tout l'alleu qu'il possédait au château de Clairveaux avec le consentement de sa femme Poncette et de son fils Vaucher. Ce dernier était cité dans un accord fait entre le comte Raymond de Bourgogne et Gaucher II de Salins. Ogier de Châtillon assistait à la fondation de l'abbaye Notre-Dame de Billon en 1128. Narduin de Châtillon était présent, vers 1134, à une donation faite à l'abbaye des trois rois. Son fils Guillaume de Châtillon, chevalier, enrichissait l'abbaye de Billon par ses dons. Un autre Guillaume était du nombre des otages que le comte Jean Ier de Chalon donnait en 1224 aux citoyens de Besançon pour garantir un traité. Une charte de 1235 porte le sceau de Guillaume de Châtillon le représentant à cheval, tenant une épée nue de la main droite et la main gauche présentant son écu chargé d'un lion. En 1254, Pierre de Châtillon reprenait le fief du comte de Bourgogne. Jean de Châtillon épousait, vers 1280 Agnès de Chaussin, ils eurent Gérard de Châtillon. Robert de Châtillon, chevalier, était gardien du comté de Bourgogne vers la fin du XIIIe siècle et connétable au début du XIVe siècle. Pierre de Châtillon, chevalier, seigneur de Châtillion-sur-Lison, eut Jacques de Châtillon nommé dans un acte du prieuré de Lanthenans en 1345 et Guye de Châtillon, femme de Willemin dit Chassigney, damoiseau, faisait hommage de la maison forte de Châtillon en 1303 et des fiefs qui en relevaient à Vautier de Montbéliard, seigneur de Vuillafans. Jean de Châtillon, écuyer, recevait en 1319 de Simon de vaudrey, chevalier, des terres à charge pour lui de les tenir en fief. Thierry de Châtillon, chevalier, déclarait en 1341, qu'il se devait de recevoir les gens d'armes du comte de Bourgogne dans son château de Châtillon.

Au XIVe siècle, le château de Châtillon-sur-Lison passait dans la maison de Montagu. Celle-ci était entrée au XIIIe siècle dans une branche de la maison de Vaugrenans. Simon de Vaugrenans, chevalier, prenait en 1280 le titre de seigneur de Châtillon. Il était le père de Richard de Vaugrenans, damoiseau, qui quittait le nom de Vaugrenans pour prendre celui de Châtillon[1].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1806 1814 Nicolas Gauthier    
mars 2008 En cours
(au 30 avril 2014)
Françoise Leblanc-Vichard [2] DVD Architecte

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 9 habitants[Note 1], en diminution de 18,18 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
23273304250358309259154183
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
17819217912810556545851
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404427482037322426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
353818151516151310
2016 - - - - - - - -
9--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Les anciennes Forges[7], fondées en 1677 dans une boucle de la Loue (voir photo ci-dessous) et arrêtées en 1876, désormais reconverties en usine hydroélectrique depuis 1920.
  • Le pont sur la Loue : joli pont en pierre à cinq arches situé juste en amont des Forges offrant une belle vue sur les falaises de Rurey grâce au miroir créé par le barrage.

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[8].

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Jean Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, édition Jean-Antoine Vieille, 1757, p. 26 à 27. books.google.fr

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier