Château d'Alincourt

château fort français

Château d'Alincourt
Image illustrative de l’article Château d'Alincourt
Le manoir médiéval et le logis de Pierre Le Gendre
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Pierre Le Gendre
Destination initiale Château
Propriétaire actuel Alain Duménil
Destination actuelle Château
Protection Logo monument historique Classé MH (1944)[1].
Coordonnées 49° 11′ 10″ nord, 1° 45′ 32″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Commune Parnes
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château d'Alincourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Château d'Alincourt
Géolocalisation sur la carte : Oise
(Voir situation sur carte : Oise)
Château d'Alincourt

Le château d'Alincourt est un château médiéval modifié au XVIe siècle situé à Parnes, département de l'Oise, en région Hauts-de-France en France. Sur l'axe Chaumont-en-Véxin_Vernon, à quelques kilomètres de la vallée de l'Epte et de Magny-en-Véxin, il fait face à Saint-Clerc-sur-Epte et l'ancien Duché de Normandie autrefois situé de l'autre côté de la vallée de l'Epte, en Normandie. L' Ile-de-France étant encore le royaume de France. Village autrefois fortifié, Parnes est resté avec un pied dans le moyen-âge, encore lié avec son château.

ArchitectureModifier

HistoriqueModifier

Pierre Le Gendre, trésorier de France de Louis XII et de François Ier était le fils de Jean Le Gendre, trésorier des guerres, seigneur de Villeroy (mort en 1512). Il acquiert en le domaine d'Alincourt de Philippe de Courcelles, seigneur de Saint-Liébault, avec les seigneuries de Parnes et de Saint-Gervais. Il a été receveur des tailles et subsides à Rouen entre 1485 et 1498. Il voyageait souvent entre Rouen et Paris, et cette implantation dans le Vexin français se trouvait assez proche de ces deux villes, dans une région d'où était originaire la troisième épouse de son père, Françoise de Damport. À partir de 1498, il s'était fixé à Paris. Il y a été prévôt des marchands en 1508-1509[2].

Il passa son temps, entre son hôtel particulier à Paris (aujourd'hui détruit), le Vexin et le château médiéval. Il a fait dans son domaine des travaux importants. Il a ajouté au manoir médiéval de nouveaux bâtiments lui donnant une physionomie singulière.

 
Plan du château au fil des siècles.

Pierre Le Gendre, seigneur d'Alincourt et de Magny-en-Vexin, est mort en 1525. L'inventaire après décès a été dressé le . Il s'était remarié en 1512 avec Charlotte Briçonnet, appartenant à une famille bourgeoise riche et anoblie. N'ayant pas eu d'enfant, il avait testé en faveur de son neveu, Nicolas II de Neufville[3]. Son corps a été enterré au cimetière des Innocents, à Paris, et son cœur dans l'église de Magny-en-Vexin.

La famille de Neufville-Villeroy a fait faire des travaux au XVIIe siècle. L'église de Magny-en-Vexin conserve les tombeaux de plusieurs d'entre eux.

Le château a été la propriété de la femme politique FN Katherine d'Herbais de Thun et de son mari Pierre-Guillaume. Certain stages d'entraînement du DPS, le service de sécurité du parti, s'y déroulent, par exemple en . Il sert aussi de lieu de tournage pour des films[4].

Il a été racheté en par Alain Duménil. L'ancien propriétaire ayant loué le parc à un camping, 80 familles y habitaient. Elles furent forcées de quitter les lieux[5].

Le château a été classé au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Château d'Alincourt », notice no PA00114801, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Étienne Hamon, Un chantier flamboyant et son rayonnement. Gisors et les églises du Vexin français, p. 65, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2008 (ISBN 978-2-84867-219-9) (Lire en ligne)
  3. Dominique Hervier, Une famille parisienne à l'aube de la Renaissance. Pierre Le Gendre et son inventaire après décès. Étude historique et méthodologigue, p. 124-264, dans Bibliothèque du XVe siècle, no 42, Champion, Paris, 1977.
  4. Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Marine Le Pen démasquée, Grasset, Le Livre de Poche, 2011, p. 105.
  5. « Camping du château d'Alincourt : le nouveau propriétaire assigné », leparisien.fr, 21 avril 2009.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Anne Bossoutrot et Jean-Louis Rebière, « Le château de Pierre Le Gendre à Alincourt : Identification d'un dessin de l'atelier de Van der Meulen », Bulletin monumental, vol. 155, no 2,‎ , p. 127-133 (ISSN 0007-473X, lire en ligne)
  • Louis Régnier, « Notice archéologique sur la commune de Parnes : Église, Prieuré, Château d'Alaincourt, Manoir et fiefs divers, Croix anciennes, Antiquités préhistoriques, Chemins anciens, Archives, Appendices », Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, Beauvais, Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, 19e série,‎ , p. 333-370 et 495-507 (ISSN 1280-5343, lire en ligne)
  • Le groupe japonais Malice Mizer tourna dans le château et ses alentours son film musical expérimental Bel Air ~de l' image~ (ヴェル・エール ~空白の瞬間の中で~de l'image) en 1997.

Articles connexesModifier