Canton du Tessin

canton de la Suisse

République et canton du Tessin
Blason de République et canton du Tessin
Blason
Drapeau de République et canton du Tessin
Drapeau
Canton du Tessin
Localisation du canton en Suisse.
Noms
Nom allemand Republik und Kanton Tessin
Nom italien Repubblica e Cantone Ticino
Nom romanche Republica e Chantun dal Tessin
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération (217 ans)
ISO 3166-2 CH-TI
Chef-lieu Bellinzone
Districts 8[1]
Communes 115[1]
Exécutif Conseil d'État (5 sièges)[2]
Législatif Grand Conseil (90 sièges)[3]
Conseil des États 2 sièges[4]
Conseil national 8 sièges[5]
Démographie
Gentilé Tessinois, Tessinoise
Population
permanente
353 343 hab. (31 décembre 2018)
Densité 126 hab./km2
Rang démographique 8e[6]
Langue officielle italien
Géographie
Coordonnées 46° 19′ nord, 8° 49′ est
Altitude Min. Lac Majeur 193 m
Max. Rheinwaldhorn[7] 3 402 m
Superficie 2 812,2 km2
Rang 5e[8]
Liens
Site web www.ti.ch

Le canton du Tessin (TI, en allemand : Kanton Tessin ; en italien : Cantone Ticino ; en romanche : Chantun dal Tessin), officiellement la République et canton du Tessin, est un canton de Suisse, dont le chef-lieu est Bellinzone.

NomModifier

Son nom vient de l'affluent homonyme du dont l’étymologie du nom latin, Tīcīnus, est inconnue, mais serait probablement d’origine celtique[9].

HistoireModifier

 
Le château Castelgrande à Bellinzone.

Durant l'Antiquité, le canton était peuplé par les Lépontiens, une peuplade indo-européenne probablement d'origine celtique. La zone ne fut annexée par Rome qu'assez tardivement. Plus tard, Hannibal livre bataille dans la plaine du Tessin contre les Romains, c'est une de ses premières victoires contre cet ennemi.

Durant le Moyen Âge, le territoire qui forme aujourd'hui le canton dépendait de Côme et du duché de Milan. Les guerres successives menées par le canton suisse d'Uri (1440, 1500), notamment la bataille de Giornico, puis bientôt par la totalité de la Confédération (1512) aboutirent à l'annexion de la région : la haute vallée du Tessin, depuis le massif du Saint-Gothard jusqu'à la ville de Biasca, fut rattachée au canton d'Uri, le reste du territoire étant placé sous gestion collective.

De 1512 à 1798, le territoire de l'actuel canton du Tessin :

  • les quatre communs bailliages du val Maggia (en italien : Vallemaggia), de Locarno, de Lugano et de Mendrisio, propriété de Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwytz, Unterwald, Glaris, Zoug, Fribourg, Soleure, Bâle et Schaffhouse ;
  • les trois bailliages communs de Bellinzone (en italien : Bellinzona), Blenio (en italien : Blenio) et la Riviera (en italien : Riviera), propriété d'Uri, de Schwytz et de Nidwald ;
  • le bailliage de la Léventine (en italien : Leventina), propriété d'Uri.

La Constitution de la République helvétique du 12 avril 1798 créa deux cantons :

  • le canton de Bellinzone (en italien : Cantone di Bellinzona), « comprenant les quatre bailliages italiens supérieurs, savoir : le val Lépontin, Blenio, la Riviera et Bellinzone » ;
  • le canton de Lugano (en italien : Canton di Lugano), « comprenant les quatre bailliages italiens inférieurs, savoir : Lugano, Mendrisio, Locarno et val Maggia ».

Le 19 février 1803, le canton du Tessin est créé par fusion des cantons, alors distincts, de Lugano et Bellinzone. Les trois villes principales (Lugano, Bellinzone et Locarno) se disputent alors le titre de capitale ; un décret de 1878 fixe définitivement les institutions à Bellinzone.

La première constitution tessinoise remonte à 1830, mais elle a été considérablement modernisée depuis.

GéographieModifier

Le Tessin est le seul canton de Suisse situé entièrement au sud de l'arc alpin (à l'exception de quelques kilomètres carrés au nord du col du Gothard, aux sources de la Reuss). Il côtoie au nord les cantons du Valais par le Col du Nufenen, et d'Uri, dont il est séparé par le col du Saint-Gothard (San Gottardo en italien). Il partage sa limite nord-est avec les Grisons ; au sud et à l'ouest, il est frontalier avec la Lombardie et le Piémont. Le poste frontière de Chiasso, situé à l'extrémité méridionale du canton ne se trouve qu'à 50 kilomètres environ du plus grand centre industriel italien : Milan.

Le Tessin fait entièrement partie de la région géographique italienne.

Le canton connait un climat océanique, qui lui permet d'avoir des palmiers et de la végétation méditerranéenne. Cette partie est parfois appelée la riviera, qui s'étend au bord du lac de Lugano, et est dominée au nord par le Monte Brè, belvédère panoramique de la Suisse italienne.

Les villes importantes du Tessin sont Lugano, sur la rive septentrionale du lac homonyme (aussi appelé Ceresio), Locarno, au nord du lac Majeur et Bellinzone, la capitale du canton.

La langue officielle est l'italien.

Particularité historique, la commune de Campione d'Italia, sur la rive orientale du lac de Lugano, demeure sous souveraineté italienne et constitue donc une enclave en territoire suisse.

EconomieModifier

Trois des plus grandes raffineries d'or du monde sont basées au Tessin, dont la raffinerie de Pamp à Castel San Pietro, le principal fabricant de lingots d'or. Lugano est le troisième centre financier de Suisse après Zurich et Genève. La capitale du canton, Bellinzone, abrite un site important et un site industriel des Chemins de fer fédéraux suisses, ainsi que le Tribunal pénal fédéral. Manno est devenu un centre de services important, le siège du Centre National Suisse de Supercalculateurs depuis 1992.

De nombreuses vallées du canton, en particulier les hautes vallées de la Vallemaggia, ont été exploitées intensivement depuis les années 1960 pour la production d'énergie hydroélectrique, comme dans la région du glacier du Basodino. L'électricité produite est soit utilisée directement dans le canton, soit exportée à l'étranger. Dans les régions du nord, cependant, l'élevage, l'agriculture de montagne et l'industrie du granit subsistent également. La production de vin - dont la qualité s'est considérablement améliorée au cours des dernières décennies - est importante pour le canton, même si pour l'instant elle est principalement destinée au marché intérieur. Le vigneron Vinattieri Ticinesi, qui produit du merlot, est le plus important de Suisse.

Le canton du Tessin, en particulier dans les zones rurales, est relativement fortement dépendant du tourisme, avec 12 % de la main-d'œuvre travaillant dans ce secteur en 2012. En 2017, 1802 restaurants et 425 hôtels étaient en activité dans le canton au sud des Alpes. Le lac Majeur, le lac de Lugano, les villes de Bellinzona, Locarno, Ascona et Lugano sont parmi les centres touristiques les plus importants.

En ce qui concerne le secteur secondaire, il existe une industrie légère dans le canton du Tessin, principalement concentrée dans les zones entourant les trois villes principales: Lugano, Locarno et Bellinzona. Le Mendrisiotto, grâce à sa proximité avec l'Italie, a développé ces dernières années une vocation à attirer des centres logistiques pour le tri des marchandises en partance pour les marchés du nord, ainsi qu'un secteur manufacturier fort.  Sur le plan de Magadino et dans la région au nord de Lugano, il y a également plusieurs entreprises innovantes.

Le barrage de Verzasca, connu pour la scène d'ouverture du film GoldenEye de 1995, est populaire auprès des sauteurs à l'élastique. Swissminiatur à Melide est un parc de miniatures qui présente des modèles réduits de plus de 120 attractions suisses. Les îles de Brissago, sur le lac Majeur, sont les seules îles suisses au sud des Alpes et abritent des jardins botaniques avec 1 600 espèces de plantes différentes provenant des cinq continents.

Foxtown, un centre commercial de 160 magasins et 250 marques, ouvert sept jours sur sept et situé au nord de Mendrisio, attire les touristes de shopping de près et de loin.

La région attire des entreprises multinationales, en particulier dans le secteur de la mode, en raison de sa proximité avec Milan. Hugo Boss, Gucci, VF Corporation et d'autres marques populaires y sont implantées. Le secteur international de la mode étant devenu un employeur important pour les Suisses et les Italiens, la région a également été baptisée "Fashion Valley".

De nombreuses entreprises italiennes se délocalisent au Tessin, de manière temporaire ou permanente, à la recherche d'une réduction des impôts et d'une bureaucratie efficace. Les Frontalieri, travailleurs frontaliers vivant en Italie (principalement dans les provinces de Varèse et de Côme) mais travaillant régulièrement au Tessin, constituent une grande partie (plus de 20 %) de la main-d'œuvre.

GouvernementModifier

Le gouvernement du Tessin est régi par la constitution du 14 décembre 1997[10].

  • Le pouvoir législatif appartient au Grand Conseil (Gran Consiglio), composé de 90 députés élus à la proportionnelle pour un mandat de quatre ans.
  • Le pouvoir exécutif est exercé par le Conseil d'État (Consiglio di Stato), dont les cinq membres sont élus à la proportionnelle pour un mandat de quatre ans. Le président est choisi par rotation tous les ans. Cette fonction est occupée par Manuele Bertoli depuis le 5 avril 2017.

SécuritéModifier

Les autorités cantonales gèrent une police cantonale dont le rôle est d'assurer la protection de la population[11]. Outre les entités administratives, le service est composé de la gendarmerie et de la police judiciaire[12]. L'ensemble est supervisé par un état-major.

Deux établissements pénitentiaires - le pénitencier de La Stampa et la prison La Farera - sont situés sur la commune de Lugano et sont opérés par le canton[13],[14]. Les deux établissements peuvent accueillir 252 détenus - que ceux-ci soient des hommes, des femmes ou des mineurs - pour de la détention préventive, de l'exécution de peine, de traitement thérapeutique institutionnel ou de l'internement[15].

DémographieModifier

PopulationModifier

Le canton du Tessin compte 336 888 habitants en 2011, soit 4,3 % de la population totale de la Suisse ; parmi eux, 82 794 (25,2 %) sont étrangers[16]. La densité de population atteint 117 habitants/km2, inférieure à la moyenne nationale.

ReligionModifier

Les trois quarts des habitants du canton revendiquent l'appartenance au catholicisme[17].

Le tableau suivant détaille la population du canton suivant la religion, en 2000[17] :

Religion Population %
Catholiques romains +233 023, +075,9
Protestants +21 121, +006,9
Chrétiens-orthodoxes +07 236, +002,4
Communautés islamiques +05 747, +001,9
Catholiques chrétiens +00562, +000,2
Communauté de confession juive +00383, +000,1
Aucune appartenance +23 032, +007,5
Autres +15 742, +005,1
Total +306 846, +100,

Note : les intitulés des religions sont ceux donnés par l'Office fédéral de la statistique ; les protestants comprennent les communautés néo-apostoliques et les témoins de Jéhovah ; la catégorie « Autres » inclut les personnes ne se prononçant pas.

LanguesModifier

La langue officielle du canton est l'italien. Le Tessin est le seul canton où l'italien est l'unique langue officielle (l'italien est langue co-officielle dans les Grisons avec l'allemand et le romanche).

L'italien est parlé au quotidien par 86 % des habitants du Tessin, tandis que 8 % utilisent l'allemand comme langue d'usage. Le dialecte tessinois est, de même que le suisse-allemand, composé de plusieurs branches qui varient selon les districts et plus fortement encore selon les vallées. Ce dialecte est utilisé essentiellement dans la vie sociale locale.

Parallèlement, l'italien était jusque dans les années 1950 la langue des occasions formelles, apprise principalement à l'école et dans les livres. Avec l'arrivée massive de travailleurs italiens dans les années 1950-1970, l'augmentation du niveau de scolarisation et surtout grâce à la télévision, son usage s'est répandu. Dans les villes, les jeunes parlent davantage ou exclusivement italien, tandis que dans les villages ou dans les vallées, les dialectes restent plus présents. Les Tessinois dialectophones, dans leur parler quotidien, comme les Suisses alémaniques mélangent langue de base et dialecte, notamment dans la syntaxe et les interjections.

Le tableau suivant détaille la langue principale des habitants du canton en 2000[18] :

Langue Locuteurs %
Italien +254 997, +083,1
Allemand +25 579, +008,3
Langues slaves de l'ex-Yougoslavie +05 879, +001,9
Français +05 024, +001,6
Portugais +03 474, +001,1
Espagnol +03 099, +001,
Albanais +01 703, +000,6
Turc +00875, +000,3
Romanche +00384, +000,1
Autres +05 832, +001,9
Total +306 846, +100,

DistrictsModifier

 
Carte du canton du Tessin présentant sa division en districts.

Chaque district est découpé en cercles, il y en a 38 en tout dans le Tessin.

CommunesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  2. (it) « Il Consiglio di Stato - Potere esecutivo », sur ti.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  3. (it) « Il Gran Consiglio - Potere legislativo », sur ti.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  4. « Liste des conseillers aux Etats par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  6. « Bilan de la population résidente permanente (total) selon les districts et les communes, en 2018 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 30 septembre 2018).
  7. [xls] « Les points culminants des cantons suisses », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  8. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  9. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  10. Constitution du Tessin sur le site officiel de la Confédération suisse.
  11. (it) « Polizia cantonale - POL (DI) - Repubblica e Cantone Ticino », sur www4.ti.ch (consulté le 21 juillet 2020)
  12. (it) « Presentazione - POL (DI) - Repubblica e Cantone Ticino », sur www4.ti.ch (consulté le 21 juillet 2020)
  13. (it) « Carcere penale - La Stampa - STRUTTURE CARCERARIE (DI) - Repubblica e Cantone Ticino », sur www4.ti.ch (consulté le 21 juillet 2020)
  14. (it) « Carcere giudiziario - La Farera - STRUTTURE CARCERARIE (DI) - Repubblica e Cantone Ticino », sur www4.ti.ch (consulté le 21 juillet 2020)
  15. Catalogue des établissements pénitentiaires, Berne, Office fédéral de la statistique, , 111 p. (lire en ligne), p. 77-78
  16. « Cantons, communes — état et structure de la population », Office fédéral de la statistique, (consulté le 25 novembre 2008)
  17. a et b « Religions », Office fédéral de la statistique, (consulté le 25 novembre 2008)
  18. « Langues », Office fédéral de la statistique, (consulté le 25 novembre 2008)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean Billet, Le Tessin. Essai de géographie régionale, Grenoble, 1972.

Lien externeModifier