Ouvrir le menu principal

PwC
logo de PricewaterhouseCoopers

Création 1849. 1998, rapprochement de différents cabinets
Fondateurs Samuel Lowell Price
Forme juridique MultinationaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Build trust in society and solve important problems
Siège social Londres
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Direction Robert E. Moritz, PDG mondial
Activité Audit financier
Filiales PricewaterhouseCoopers (Canada) (d), PricewaterhouseCoopers (Sweden) (d) et PricewaterhouseCoopers (Norway) (d)
Effectif 251 000 personnes (Monde)[1]
Site web http://www.pwc.com

Chiffre d'affaires 41,3 milliards de dollars (Monde - au 30 juin 2018)[1]

PwC est un réseau international d'entreprises spécialisées dans des missions d'audit, d'expertise comptable et de conseil privilégiant des approches sectorielles à destination des entreprises. L'acronyme PwC fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte[2].

C'est l'un des quatre grands cabinets d'audit et de conseil (Big Four) avec Deloitte, Ernst & Young et KPMG.

Dans le monde, PwC a réalisé un chiffre d'affaires de 41,3 milliards de dollars au 30 juin 2018. Environ 251 000 personnes travaillent en réseau dans 187 pays.

Son siège social est basé à Londres au Royaume-Uni.

Sommaire

HistoireModifier

OriginesModifier

En 1849, le cabinet Price est fondé à Londres par Samuel Lowell Price[3]. En 1854, le cabinet Cooper Brothers est fondé à son tour à Londres. En 1865, Edwin Waterhouse rejoint le cabinet Price qui devient Price Waterhouse.

Après la première guerre mondiale, Price Waterhouse s'établit en France pour accompagner la reconstruction du pays[4].

En 1957, Coopers & Lybrand International est créé par l’association de Cooper Brothers & Co (Royaume-Uni) avec Lybrand, Ross Bros & Montgomery (États-Unis) et McDonald, Currie & Co (Canada).

DéveloppementModifier

En septembre 1997, Coopers & Lybrand et Price Waterhouse annoncent leur projet de rapprochement. En novembre, les associés des différentes activités membres de Coopers & Lybrand et de Price Waterhouse votent le principe de rapprochement dans les différents pays. En 1998, la Commission européenne autorise le rapprochement des deux entreprises.

Années 2000Modifier

En 2001, à la suite de la chute d'Enron, la société scinde en deux ses activités de conseil et d'audit[4].

En octobre 2002, PricewaterhouseCoopers vend l’ensemble de sa branche conseil à IBM[5] pour 3,9 milliards de dollars.

PwC reconstruit ses activités de conseils en procédant à différentes acquisitions. En 2009, PwC annonce l’acquisitions de Paragon Consulting Group et Bearing Point.

Années 2010Modifier

En 2010, PwC a engagé un cycle d’acquisitions en France et dans le monde[6].

En 2010, PricewaterhouseCoopers change son nom de marque et devient PwC.[7]

En  novembre 2010, le groupe PwC annonce l’acquisition de Diamond Management & Technology Consultants et de PRTM en août 2011. En 2012, la société a acquis Logan Tod & Co, expert en analyse de la data et de l’optimisation numérique et Ant’s Eye View, société de conseil en développement de stratégies et médias sociaux afin de développer les activités de PwC en matière de conseil en gestion de la relation client et l’engagement.

En novembre 2013, PwC annonce le rachat de Booz & Company, entreprise de conseil ayant un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros[8]. A cette occasion, Booz & Company change de nom et devient Strategy&.

ActivitésModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

PwC est organisé de façon matricielle, avec d’un côté trois groupes de métiers : conseil, activités juridiques et fiscales, audit et expertise comptable ; et de l’autre, des spécialistes organisés par secteurs d’activité (environ 25 secteurs au total).

ConseilModifier

Le pôle Conseil regroupe les activités de conseil en management, conseil en stratégie autour des enjeux de transformation digitale des entreprises et conseil en management.

Ces activités couvrent tous les secteurs d’activités et sont particulièrement représentées dans les services financiers, les biens de consommation et le luxe, l'aéronautique et la défense, l’énergie et le private equity.

Activités juridiques et fiscalesModifier

Les activités juridiques et fiscales de PwC regroupent trois grandes spécialités du droit :

  • Droit fiscal : fiscalité corporate, transactionnelle, patrimoniale, TVA-douanes, prix de transfert, gestion de la mobilité, fiscalité bancaire et financière, fiscalité immobilière
  • Droit des affaires : fusions-acquisitions, droit des sociétés, droit commercial, concurrence distribution, droit bancaire & financier
  • Droit social : droit du travail, restructurations, protection sociale, immigration, relations individuelles ou collectives.

À ces activités s'ajoute une offre de formation professionnelle en direction des entreprises.

Audit et expertise comptableModifier

PwC propose à ses clients des missions de préparation des comptes et d’établissement des déclarations fiscales, de mise en place de tableaux de bords, de préparation de reporting pour le groupe, d’accompagnement dans la relation avec les banques et les investisseurs, d’assistance auprès de services comptables lors de mise en place d’un ERP,  de remplacement de chef comptable, d’établissement de comptes consolidés[9].

Dans le mondeModifier

En 2010, la marque de la société devient PwC4.

Au CanadaModifier

PwC est responsable de la vérification des comptes du Parti libéral du Canada[10].

En FranceModifier

ActivitésModifier

Les activités du groupe PwC en France sont conduites par PwC France et Afrique Francophone.

PwC Société d'Avocats16, le cabinet d’avocats d’affaires en France, membre du réseau international PricewaterhouseCoopers. En France, PwC Société d'Avocats regroupe environ 500 avocats et professionnels.

En France, l’activité audit et expertise comptable affiche une croissance en 2018 (+4 %), atteignant 484 millions d’euros de chiffre d’affaires.

En 2018, les revenus du pôle conseil étaient de 308 Millions d’euros en France, soit +7% de chiffre d’affaires[11].

AcquisitionsModifier

En 2015, PwC acquiert l'agence Nealite, acteur majeur du design de service et de l’expérience utilisateur en France,co-fondée en 2005 par Jean-François Marti et Greg Wolf.[12]

En octobre 2016, PwC annonce le rachat de la start-up DATASIO, spécialisée dans le big data, ayant un chiffre d'affaires de 300 000 euros et basée à Toulouse.

En novembre 2016, PwC annonce l’acquisition du cabinet Ampersand, cabinet d’expertise comptable et commissariat aux comptes dédié aux PME et aux entreprises familiales en Île-de-France[13].

En décembre  2016, PwC annonce son rapprochement avec IDRH, un des principaux cabinets de conseil dans les ressources humaines et la transformation des organisations en France[14].

GouvernanceModifier

PwC France et Afrique francophone est présidé depuis 2013 par Bernard Gainnier.

L’équipe de direction de PwC est pilotée par un comité exécutif (Comex) créé en 2017[15]. Ce Comex présidé par Bernard Gainnier est composé de 4 Managing Partners qui ont la responsabilité des 4 dimensions clés autour desquelles s’articulent dorénavant l’organisation de PwC France et Afrique francophone : Consulting et Stratégie, Transactions, Audit et conseil en gestion des risques, Juridique et Fiscale.

Membres du Comex :[16]

  • Ludovic de Beauvoir, Strategy, Network, Afrique et Régions Managing Partner,
  • Agnès Hussherr est nommée Clients, Market & Innovation Managing Partner,
  • Guillaume Lorain est Operations Managing Partner,
  • Benjamin Ribault est nommé People Managing Partner.

Afrique Francophone et MaghrebModifier

PwC exerce des activités d’audit et de conseil juridique et fiscal en Afrique Francophone dans les pays suivants : Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Guinée Equatoriale, Madagascar, République Démocratique du Congo et Sénégal. Au Maghreb, PwC est présent en Algérie, Maroc et Tunisie.

Nadine Tinen est Directrice Associée et en charge de l’Afrique francophone subsaharienne depuis décembre 2017.

Les activités de Conseil de PwC en Afrique Francophone sont depuis le 8 novembre 2018 sous la responsabilité de Jean-Philippe Duval[17].

Les activités d’Audit sont en croissance sur l’ensemble du Maghreb et de l’Afrique francophone et subsaharienne (+ 6% en 2018), les activités de Conseil sont elles en très forte hausse (+29% en 2018) en Afrique subsaharienne et tirent fortement la croissance sur ce territoire alors que le Maghreb reste stable[18].

Chiffres clés en FranceModifier

L’entité PwC  sur le territoire français est PwC France et Afrique francophone et affiche un chiffre d’affaires de 945 millions d’euros.

PwC France et Afrique francophone emploie 6 400 personnes dans 23 pays sous la forme d’entités légalement autonomes et indépendantes, toutes membres du réseau PricewaterhouseCoopers International Limited.

PwC en France compte aussi parmi ses clients :

  • 15 sociétés du CAC
  • 38 sociétés du SB120
  • 118 établissements de crédits
  • 106 compagnies d'assurance et de réassurances, mutuelles et institutions de prévoyance.

La présence de PwC sur le territoire français se décline au travers des 24 bureaux structurés autour de 6 régions.

En France, PwC fait partie des entreprises qui recrutent le plus de jeune diplômé.  Les «Big Four» (Deloitte, KPMG, EY, PwC) prévoient environ 8.000 recrutements dont 4.550 de jeunes actifs, soit plus de la moitié par année (prévision pour l’année 2019)[19].

CommunicationModifier

En 2010, la marque de la société devient PWC4

Identité visuelle (logotype)Modifier


#LetsgoFranceModifier

PwC annonce le lancement du mouvement #LetsgoFrance en juin 2016, qui a pour vocation de faire rayonner les réussites françaises en France et à l’international et combattre le « French-bashing »2. Cette initiative se développe et en 2017, il lance les premiers trophées du mouvement, placés sous le haut patronage d'Emmanuel Macron. Cette initiative se renouvelle en 2019 avec la deuxième édition des trophées #LetsgoFrance[20].

Activité de lobbyingModifier

Aux États-UnisModifier

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de PwC aux États-Unis s'élèvent en 2018 à 5 570 000 dollars[21].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

PricewaterhouseCoopers rétribue en 2017 le lobby Eutop, inscrit au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, pour un montant compris entre 300 000 et 400 000 euros[22].

Mises en cause et controversesModifier

IndeModifier

En 2009, en Inde, à la suite des confessions du dirigeant de Satyam qui avoua avoir détourné 1,47 milliard de dollars des caisses de son entreprise, sa société d'audit Price Waterhouse admet avoir été trompée par les faux documents produits par le management de Satyam[23]. L'institut des comptables indiens met en évidence une série d'irrégularités dont Price Waterhouse serait responsable[24]. En , la SEBI (Securities and Exchange Board of India) appelle les acteurs économiques indiens à ne pas travailler avec Price Waterhouse[25].

Luxembourg LeaksModifier

Article détaillé : Luxembourg Leaks.

En 2014, le consortium international des journalistes d'investigation ICIJ révèle que PwC a conclu entre 2008 et 2010 avec l'administration fiscale luxembourgeoise pour le compte de ses clients internationaux plus de 340 accords fiscaux préalables très avantageux leur permettant de pratiquer de l'optimisation fiscale que certains peuvent considérer comme agressive, mais qui reste légale en droit national et international. L'ICIJ a publié des copies de ces documents sur un site internet librement accessible au public[26].

Controverse des enveloppes aux Oscars 2017Modifier

En 2017, le cabinet PwC est chargé de la remise des prix lors de la 89e cérémonie des Oscars du cinéma. Les remettants de l'Oscar majeur, celui de meilleur film, Faye Dunaway et Warren Beatty, annoncent vainqueur le film « La La Land », le grand favori, après avoir reçu une mauvaise enveloppe. Quelques minutes plus tard, tandis que les producteurs du film concluent leurs discours de remerciement, Jordan Horowitz, le producteur de La La Land, revient au micro sur la scène du Dolby Theatre et annonce que Moonlight, le principal outsider, est le « vrai vainqueur » !
Il s'agit de première erreur de ce type dans l'histoire de cet Oscar (en 1964, Sammy Davis Jr. lit le mauvais vainqueur pour la meilleure musique de film, après avoir reçu, déjà, la mauvaise enveloppe).

PricewaterhouseCoopers présente ensuite les excuses suivantes : « Nous présentons nos sincères excuses à Moonlight, La La Land, Warren Beatty, Faye Dunaway et aux spectateurs de la cérémonie des Oscars pour l'erreur qui s'est produite durant l'annonce du prix du meilleur film »[27].

A la suite de cet incident, PwC a conservé le contrat avec l’Academie des Oscars[28].

Autres mises en causes et controversesModifier

En , les services de régulation financière de New-York infligent une amende de 25 millions de dollars à PWC pour avoir aidé la banque de Tokyo-Mitsubishi à maquiller des transactions datant de 2008 vers des pays sous embargo international[29].

En , l'ICIJ dévoile que PWC aurait fait une erreur comptable de 335 millions de dollars dans les comptes de Tesco[30].

En , la ville de Los Angeles porte plainte contre PWC, après que la ville a confié le système de facturation de son département eau et énergie (water and power) à PWC qui garantissait 100 % de réussite. La gestion de la facturation a été bâclée, et la ville de Los Angeles estime à 70 millions de dollars les pertes liées à cette mauvaise gestion[31].

RéférencesModifier

  1. a et b Voir sur le site de PwC.
  2. « PwC reports record $31.5 billion revenue, regains lead », Reuters, 3 October 2011. Retrieved 4 October 2011.
  3. Accounting for Success: a History of Price Waterhouse in America 1890–1990. Harvard Business School Press (ISBN 978-0-87584-328-5)
  4. a b et c « Un peu d'histoire », sur Pwc.fr
  5. (en) « PwC gobbles up Booz & Co as Big 4 rebuild in consulting », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2018)
  6. « Conseil : PwC rachète IDRH », sur FIGARO, (consulté le 24 juin 2019)
  7. (en-US) PricewaterhouseCoopers, « History and milestones », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  8. (en) Michael de la Merced et Floyd Norris, Pricewaterhouse to Buy Booz Consulting Firm, The New York Times, 30 octobre 2013
  9. PricewaterhouseCoopers, « Le pôle Expertise comptable, paie et support aux directions financières de PwC : une transformation digitale réellement opérationnelle », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  10. Elections Canada, « Partis politiques enregistrés et partis politiques admissibles pour enregistrement » (consulté le 29 mai 2017)
  11. PricewaterhouseCoopers, « PwC France et Afrique francophone poursuit sa croissance pour la 5ème année consécutive », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  12. Next Finance, « Marchés Privés - PwC acquiert Nealite, acteur majeur du design de service et de l'expérience utilisateur en France », Next Finance,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  13. « PwC annonce l'acquisition du cabinet Ampersand pour renforcer ses activités auprès des PME en Île-de-France », sur Boursier.com (consulté le 24 juin 2019)
  14. « PwC absorbe IDRH », sur Capital Finance, (consulté le 24 juin 2019)
  15. PricewaterhouseCoopers, « Bernard Gainnier, élu Président de PwC France et Afrique francophone pour un second mandat, réorganise et rajeunit son équipe de direction afin d'accélérer la dynamique de croissance de PwC », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  16. PricewaterhouseCoopers, « PwC France et Afrique francophone fait évoluer son top management », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  17. « Conseil : Jean-Philippe Duval prend les commandes de PwC en Afrique francophone », sur La Tribune (consulté le 24 juin 2019)
  18. PricewaterhouseCoopers, « PwC France et Afrique francophone poursuit sa croissance pour la 5ème année consécutive », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  19. le figaro, « Les 5 secteurs qui recrutent le plus de jeunes diplômés en 2019 », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 24 juin 2019)
  20. PricewaterhouseCoopers, « 2e édition des Trophées #LetsgoFrance : Les lauréats des Trophées récompensés à Station F », sur PwC (consulté le 24 juin 2019)
  21. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le 28 février 2019)
  22. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 28 février 2019)
  23. (en) « Price Waterhouse admits goof-up in Satyam audit », sur Indiatimes.com,
  24. (en) Sudipta Sengupta, « Price Waterhouse gave wrong PAN to Satyam », sur Indiatimes.com,
  25. C.R. Sukumar, « Sebi calls for ban on Price Waterhouse », sur Livemint.com,
  26. Evasion fiscale : tout sur les secrets du Luxembourg, Le Monde, 05 novembre 2014
  27. Oscars 2017: le cabinet d'audit PwC, chargé de la remise des trophées, s'excuse pour le gros cafouillage
  28. (en) « The Academy has reached a decision on the accounting firm responsible for the Best Picture screw-up », sur The Independent, (consulté le 24 juin 2019)
  29. (en) Kevin Duggan, « PwC fined $25 million for role in terrorist-state money-laundering », sur New York Post,
  30. Géraldine Russell, « PwC, le cabinet d'audit au cœur du «Luxembourg Leaks» », sur Lefigaro.fr,
  31. (en) Omar Shamout, « City Attorney Charges Price Waterhouse Coopers with Fraud », sur Labusinessjournal.com,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier