Ouvrir le menu principal

Bulhon

commune française du département du Puy-de-Dôme

Bulhon
Bulhon
Blason de Bulhon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Lezoux
Intercommunalité Communauté de communes entre Dore et Allier
Maire
Mandat
René Godignon
2014-2020
Code postal 63350
Code commune 63058
Démographie
Population
municipale
532 hab. (2016 en augmentation de 3,5 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 43″ nord, 3° 23′ 10″ est
Altitude Min. 317 m
Max. 383 m
Superficie 12,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Bulhon

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Bulhon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bulhon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bulhon

Bulhon est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Lieux-dits et écartsModifier

Communes limitrophesModifier

Ses communes limitrophes sont Crevant-Laveine, Culhat, Lezoux et Orléat.

ToponymieModifier

Les formes anciennes de Bulhon sont : Bullidonensis castri en 930[1]; Budilhionne catro en 1050[2]; Budillone en 1077-95[3].

L'étude étymologique montre qu'il serait issu d'un nom de personne germanique Bodilo(n)[3].

HistoireModifier

Bulhon donna son nom à une ancienne famille de chevalerie connue dès le XIe siècle. Son fondateur serait Pierre de Bulhon, seigneur de la Forest, vivant en 1060[4].

En 1209, la terre de Bulhon fut assignées à Pétronille du Chambon femme de Guy, comte d'Auvergne[4].

En 1319, Bulhon est prévôté royale[4].

En 1409, Guillaume de la Forest rendit hommage de Bulhon.[5]

En 1540, Charles de la Forest était seigneur de Bulhon en partie, l'autre appartenait à Gabriel Mallet[4].

En 1634, Mariage de Gaspard de la Forest, écuyer, sieur de Bulhon, contrat de mariage le 8 février 1634.

Vers 1638, Par suite d*un traité de reconnaissance lignagère conclu entre Gaspard de la Forest-Bulhon, et Claude de Bullion ou Bulyon, seigneur de Bonnelles, surintendant des Finances du roi Louis XIII, de 1632 à 1640, la terre de la Forest avait passé à la seconde de ces familles qui la vendit plus tard à M. Mallet-de-Vandègre[5].

En 1675, un gentilhomme de la Forest est sieur de Bulhon[6].

François-Marie-Joseph-Josserand, chevalier, marquis de Bulhon et de Vendègre, baron de la Forest, seigneur de la Goutte, la Bouteresse, Neyronde, Villefranche et autres places, décédé le 11 mai 1782[7].

Gilbert-Joseph-Sidon-Amant-Fidèle-Constant de Mallet de Vendegre, chevalier, dit le marquis de Vendegre, né au château de la Forest, le 15 novembre 1754, fils du précédent[7].

Le château de Bulhon était divisée en trois seigneuries dont l'une, au XVIIIe siècle, appartenait au seigneur Mallet de Vendègre. C'est en 1 787 que le marquis de Vendègre s' adresse à l'architecte Attiret pour édifier un nouveau château devant remplacer la vieille demeure féodale. Il fit reconstruire le château à la veille de la Révolution[8].

Mallet de Vendègre émigra au moment de la Révolution et ses biens furent séquestrés puis mis en vente par adjudication le 29 avril 1794. Les "ci-devant château, cour, terre et prés" estimés à 20 000 livres furent vendus pour la somme de 50.000 livres[8].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1890   Jean Auzance    
1930   Antoine-Alexis Mondanel   Croix de guerre 1914-1918, Médaille militaire,
né le 13 avril 1890, décédé le 25 mars 1955.
1989 En cours René Godignon[9] Sans étiquette Retraité

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 532 habitants[Note 1], en augmentation de 3,5 % par rapport à 2011 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
424494460434444480500541558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519521528530546542509538509
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504504462405388361353307297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
272212279302363357432442527
2016 - - - - - - - -
532--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Édifices civilsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. DONIOL (Henri) Cartulaires de Sauxillanges (1864), p. 461, 632.
  2. BOUDET (M.) Chronique de l'abbaye de Lavesne. Memoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand (1862), p. 260.
  3. a et b NEGRE (E.) Toponymie générale de la France (1996), t.2, p. 835.
  4. a b c et d SANDRET (L.) Revue nobilaire, heraldique et biographique. 3e série (1877), t. 2, p. 134.
  5. a et b BOUILLET (J.B.) Nobiliaire d'Auvergne (1848), t.3, p. 90.
  6. Memoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand (1865), t.7, p.82.
  7. a et b L'intermédiaire des chercheurs et curieux 20-30 avril (1929),t. 92, n° 1698, p. 349-350
  8. a et b PIERA (Pascal) Claude-François-Marie Attiret, 1750-1823, architecte de Riom. Inventaire général des monuments .. Région Auvergne (1990), p. 116.
  9. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.