Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blohm et Voss (homonymie).

Blohm + Voss GmbH
logo de Blohm + Voss
illustration de Blohm + Voss

Création 1877
Fondateurs Hermann Blohm (de) et Ernst Voss (de)
Forme juridique Gesellschaft mit beschränkter Haftung (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Hambourg
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Actionnaires ThyssenKruppVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction navaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Construction navale
Société mère ThyssenKrupp
Filiales ThyssenKrupp Marine Systems
Site web blohmvoss.com

Blohm & Voss est une société de construction navale allemande, créée en 1877 et située à Hambourg.

Le logo de l'entreprise est un rectangle bleu foncé simple avec des coins arrondis portant les lettres blanches « Blohm + Voss ». Jusqu'en 1955, le nom de la société a été représenté avec l'esperluette.

Sommaire

HistoireModifier

 
Blohm & Voss en 1877.

L'entreprise a été fondée le , par Hermann Blohm (de) et Ernst Voss (de) d'un partenariat général. Un chantier a été construit sur l'île de Kuhwerder, près de la Ville libre et hanséatique de Hambourg, couvrant 15 000 m2 avec 250 mètres de façade d'eau et trois cales de construction donc deux appropriées pour des navires jusqu'à 100 mètres de longueur. Le Peking, actuellement au Seaport Museum de New York, y a été construit en 1911.

Première Guerre mondialeModifier

Pendant la Première Guerre mondiale, la production principale fut la construction de sous-marins, même si l'entreprise n'avait aucune expérience sur ce type de navires et que les installations du chantier n'étaient pas conçues pour ces petits bâtiments. Un total de 98 sous-marins ont ainsi été construits. Seuls quelques navires de commerce, six grands torpilleurs et le croiseur léger SMS Cöln ont surgi pendant ces années de guerre. Deux croiseurs de bataille de la classe Mackensen ne furent pas terminés. Pour remplacer les travailleurs manquants appelés par la conscription pour service militaire, des femmes et des prisonniers de guerre ont été utilisés.

Entre-guerresModifier

 
Vue de Steinwerder et du chantier naval en 1924.

Le procès des Conseils d'ouvriers et de soldats, le 11 novembre 1918, pour prendre le contrôle du chantier naval a échoué. En raison du manque d'argent international d'après-guerre, le carnet de commande reste vide jusqu'en 1922. Dans les années suivantes, toutefois, quelques navires sont construits, la plupart pour les compagnies maritimes H.A.P.A.G et Norddeutscher Lloyd.

En 1930, Hermann Blohm, l'un des deux fondateurs, décède, ses fils Rudolf (de) et Walther Blohm (de) avaient déjà pris la direction de l'entreprise depuis la fin de la guerre. Pendant la Grande Dépression, les chantiers se sont contentés de petites commandes et la mise au rebut des vieux navires. Le chantier naval en 1932 emploie un peu moins de 3 000 employés.

Troisième ReichModifier

 
Lancement du Bismarck le .

Avec la montée du parti nazi au pouvoir en 1933, commence le réarmement de l'Allemagne en violation du traité de Versailles.

Rudolf et Walther Blohm sont satisfait de la Machtergreifung (prise du pouvoir) par le Parti national-socialiste, parce que les fonds publics sont utilisés pour la préparation de la guerre avec un boom de la construction navale et le nombre de commandes a augmenté de nouveau pour une mise à niveau des navires de la Kriegsmarine, ainsi qu'à l'export.

Cela commence avec la construction d'un grand voilier, le trois-mâts barque Gorch Fock, en 1933.

Le chantier a été l'un des plus importants producteurs de navires commerciaux et navals dans le Reich allemand.

Blohm & Voss construit également le croiseur lourd Admiral Hipper en 1936, et le paquebot Wilhelm Gustloff en 1937 de l'organisation national-socialiste Kraft durch Freude (KdF). À cette époque, les chantiers navals font travailler environ 14 000 employés.

Dans les actualités cinématographiques, et dans un but de propagande du régime, sont présentées dans le détail les célébrations pour le lancement du cuirassé Bismarck le au milieu du port de Hambourg.

En 1938, est créée la société Blohm & Voss Abteilung Flugzeugbau par la fusion des chantiers navals de Hambourg avec la société Hamburger Flugzeugbau, un constructeur d'hydravions.

Jusque-là spécialisée dans la construction navale, la société commence à concevoir et à construire des avions pour la compagnie aérienne de l'État allemand d'avant-guerre Deutsche Luft Hansa et la Luftwaffe. La section aéronautique de la société a été nommée « Flugzeugbau Hamburger », dont les premiers avions qu'elle a produit ont le code « Ha », mais en septembre 1937, la filiale de l'aviation a été rebaptisée « Abteilung Flugzeugbau der Werft, Blohm & Voss », plus tard remplacé par « BV »[1].

La production se fait particulièrement remarquer par ses grands hydravions, en particulier le plus grand avion conçu, construit et piloté par l'une des forces de l'Axe, le BV 238, et ses approches ingénieuses pour la construction aéronautique avec des conceptions asymétriques.

Bien que se diversifiant dans l'aéronautique, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise se concentre entièrement sur la construction de sous-marins, les fameux U-boote, principalement des types VII C et XXI. Blohm + Voss a construit ainsi 224 sous-marins (dont 30 n'ont pas pu être terminé)[2], soit 20 pour cent du nombre total des 1 153 U-boote de la Kriegsmarine, et a donc été le plus grand fournisseur d'U-Boote devant le consortium Deschimag et son leader AG Weser de Brême.

Sur les instructions du Oberkommando der Marine (Commandement suprême de la marine) a été construit, une longue cale sèche de 351 mètres: la Elbe 17 qui a été achevée en 1942 et louée au chantier naval. Dans la même année, Rudolf Blohm était à la tête de la Commission de la construction navale principale de l'Empire allemand. Sa tâche consistait à augmenter la production des U-Boots pour la Kriegsmarine et de stimuler simultanément la construction navale civile dans l'Europe occupée. Quand il a échoué, parce qu'il ne pouvait pas fournir suffisamment de travailleurs, de matériaux et de chantiers de construction, il a été démis de ce poste. Même sur son propre chantier naval, il y avait des goulets d'étranglement. Pour répondre aux exigences du gouvernement national-socialiste, en particulier l'augmentation de la construction sous-marine, Rudolf et Walther Blohm ont dû utiliser des milliers de travailleurs forcés de toute l'Europe dans leurs chantiers.

De juillet 1944 à avril 1945, la société a utilisé des détenus de son propre sous-camp de concentration de son chantier naval de Hambourg-Steinwerder, un camp annexe du camp de concentration de Neuengamme[3]. Un mémorial se dresse sur le site du camp et la société continue de payer un montant non divulgué aux Fonds d'indemnisation des travailleurs forcés[4].

 
Photo d'après-guerre des chantiers détruits avec au premier plans des sous-marins du type XXI (photo de 1948).

Le chantier a été frappé par un total de 38 raids aériens, la première fois le avec un total de 1 667 bombes explosives et 3 503 incendiaires enregistrées. En raison des trois installations d'abris anti-aériens sur place, les victimes parmi les travailleurs étaient relativement faibles. Le chantier a été fortement endommagé durant la guerre, mais encore capable de produire.

Le a été réalisée par ordre de l'administration militaire britannique la fermeture du chantier. En 1946 ont été détruits les échafaudages Helge, puis selon le rapport final de la conférence de Potsdam et les décisions prises, la quasi-totalité des actifs restants ont été démontés comme réparations de guerre.

Après-guerreModifier

En 1950, les chantiers emploient seulement 48 employés et 127 ouvriers. Après l'achèvement du démontage le , la société Steinwerder Industrie AG est créée, progressivement, avec l'autorisation des alliés, pour la réparation des navires en 1953, la construction de navires côtiers en 1954 et par la suite de navires de mer.

En 1955 les chantiers sont renommés « Blohm & Voss AG ».

Cinquante pour cent du capital de vingt millions de marks allemands appartenait au groupe Phoenix Rheinrohr AG qui est vendu. Ce dernier fut détenu en majorité par Amélie Thyssen. Le groupe Thyssen devient donc de plus en plus influent et la famille Blohm se retire progressivement de l'entreprise. Dans les années suivantes, l'entreprise se concentre principalement sur la construction de vraquiers. À partir de 1962, elle reçoit de nouveau des commandes de navires de guerre pour la Deutsche Marine.

Avec le redémarrage de la cale sèche Elbe 17, le 12 décembre 1967, les chantiers Blohm + Voss possèdent l'une des plus grandes cales sèches d'Europe.

1968 voit émerger les premiers navires porte-conteneurs de 1re génération des chantiers navals, les Classes Elbe-Express et Alster-Espress pour la compagnie maritime Hamburg America Line. À cette époque, environ 7 800 personnes sont employées par les chantiers.

Milieu des années 1970 à 2008Modifier

Dans le milieu des années 1970, Blohm + Voss élargit sa gamme dans les produits offshore (plates-formes pétrolières, approvisionnement et installations de soutien) et dans les navires de guerre pour l'exportation avec les types MEKO. Environ quarante unités (frégates, corvettes) ont été construites jusqu'ici[Quand ?].

En 1995, Blohm + Voss AG réalise une scission en créant les entreprises indépendantes Blohm + Voss GmbH pour la construction navale avec environ 1 000 employés, Blohm + Voss Repair GmbH pour la réparation de navires et le fonctionnement du dock avec environ 350 employés et Blohm + Voss Industries GmbH pour les machines et installations avec environ 350 salariés.

 
Le vraquier Cosco Brisbanele en voie d'achèvement.

Les trois entreprises ont été regroupées sous la rubrique Blohm + Voss Shipyards & Services et font partie de janvier 2005 à 2010 des filiales de ThyssenKrupp Marine Systems AG (TKMS) par la fusion de ThyssenKrupp Werften, filiale de ThyssenKrupp AG, avec Howaldtswerke-Deutsche Werft

Ainsi, TKMS Blohm + Voss se concentre principalement sur les tâches de développement et de construction de méga yachts et les grands navires de guerre.

Au , ThyssenKrupp Marine Systems regroupe les sociétés suivantes :

La division des turbines est cédée en début de l'exercice 2006 à MAN Turbo AG et la division de défense de la Blohm + Voss Industries à la fin 2006 à Krauss-Maffei Wegmann.

En 2008 se produit une nouvelle réorganisation pour séparer les activités de construction navale civile et militaire. Blohm + Voss GmbH est divisée en :

  • Blohm + Voss Shipyards GmbH (civil) ;
  • TKMS Blohm + Voss GmbH Nordseewerke GmbH (militaire, et depuis le , renommée « Blohm + Voss Naval GmbH »).

Vente échouée à Abu Dhabi MAR, 2009-2011Modifier

 
L'arsenal de Hambourg avec la forme de radoub Elbe 17 et deux pontons flottants (2009).

Le , il est annoncé que la holding arabe Abu Dhabi MAR a convenu pour un groupe international de construction navale basée à Abu Dhabi, l'achat des sociétés Blohm + Voss Shipyards GmbH, Blohm + Voss Repair et Blohm + Voss Industries GmbH[5].

Le , Blohm + Voss, le dernier des grands chantiers navals dans le port de Hambourg, est officiellement vendu à l'investisseur arabe Abu Dhabi MAR. En avril 2010, le contrat de vente pour acquérir Blohm + Voss Shipyards à Hambourg et les installations de fabrication pour la construction navale civile de HDW Gaarden à Kiel est terminé. Abou Dhabi MAR rentre dans 80 % du capital de chacune des sociétés Blohm + Voss Repair et Blohm + Voss Industries. La société a également conclu un partenariat pour le secteur maritime, la mise en place d'une coentreprise à 50-50 sous le nom de Blohm + Voss Naval qui comprend la conception et la gestion de projet dans la construction navale[6]. Fin juin 2011, il est annoncé qu'Abu Dhabi MAR a des difficultés évidentes avec le financement de l'achat.

Le 1er juillet 2011, ThyssenKrupp annonce que la vente de Blohm + Voss n'est pas finalisée. Seule la partie civile de HDW à Kiel-Gaarden est vendue à Abu Dhabi MAR[7]. ThyssenKrupp annonce que les négociations avaient été retardées à plusieurs reprises pour la vente à la Holding en 2009 des parties civiles de Blohm + Voss de Hambourg et de Howaldtswerke-Deutsche Werft (HDW) de Kiel. Ces derniers mois, les conditions essentielles pour une approche commune avaient changé. Blohm + Voss reste sous le contrôle de ThyssenKrupp.

Achat de la division civile par Star Capital PartnersModifier

À la mi-septembre 2011, les chantiers Lürssen basés à Vegesack[8] ainsi que le fond de capital-investissement britannique Star Capital Partners annoncent qu'ils sont intéressés par un rachat, qui pourrait être limité à certaines activités.

Début décembre 2011, ThyssenKrupp a approuvé la vente à Star Capital Partners, qui ne couvrait que la partie civile des chantiers avec près de 1 500 employés. La vente est achevée le [9]. Le prix d'achat a été estimé à environ 150 millions d'euros.

Achat de Blohm + Voss Industries par SKFModifier

Début 2013, Star Capital Partners revend la société Blohm + Voss Industries au groupe SKF[10],[11].

ThyssenKrupp se concentre désormais sur la construction navale.

2013Modifier

Le chantier naval allemand HDW pour la construction de sous-marins, Blohm + Voss Naval dans la construction de navires de guerre et Kockums AB également dans la construction navales restent sous contrôle de ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS)[12].

ProductionsModifier

Construction navaleModifier

Quelques constructions remarquables :

Grand voiliersModifier

Paquebots et autres navires à passagersModifier

Navires de guerre de la Première Guerre mondialeModifier

 
SMS Scharnhorst.

Navires de guerre de la Deuxième Guerre mondialeModifier

Type Bateaux Nbre N° fabrique Construction
VII C U-551 et U-650 100 1939 à 1942 1939 à 1942
VII C U-951 à U-994 44 151 à 194 1941 à 1943
VII C/41 U-995 1 195 1941 à 1943
U-997 à U-1010 14 197 à 210 1941 à 1944
VII C/41 U-1013 à U-1025 13 213 à 225 1942 à 1945
XVII A U-792 et U-793 2 455 et 456 1942 à 1944
XVII B U-1405 à U-1407 3 255 à 257 1943 à 1945
XXI U-2501 à U-2531 31 2501 à 2531 1943 à 1945
XXI U-2533 à U-2536 4 2533 à 2536 1943 à 1945
XXI U-2538 à U-2546 9 2538 à 2546 1943 à 1945
XXI U-2548 1 2548 1943 à 1945
XXI U-2551 et U-2552 2 2551 et 2552 1943 à 1945

Le premier sous-marin lancé par les chantiers Blohm + Voss a été le U-551 le , et le dernier sous-marin a été le U-2551 le . Il s'agit de sous-marins qui ont été effectivement mis en service dans la Kriegsmarine.

La fabrication des U-Boots suivants a été commencée, mais n'a pas été achevée avant la fin de la guerre :

Yachts privésModifier

 
Le Lady Moura dans le port de Monaco.

Aujourd'hui la société s'est spécialisée dans la création de yachts de luxe. Elle a ainsi construit les méga-yachts suivants (liste non exhaustive) :

  • Yacht A (119 m, 2008) - propriété du milliardaire russe Andrey Melnichenko
  • DubaÏ (162 m, 2006) - détenu par l'émir de l'Émirat de Dubaï des Émirats arabes unis, le Sheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum
  • Eclipse (170 m, 2010) - le deuxième plus long yacht privé, propriété de l'homme d'affaires russe Roman Abramovich.
  • Enigma (74,5 m, 1991) - un yacht moderne.
  • Grille - construit en tant que yacht de l'État allemand (1935), converti en chasseur de mines au début de la Seconde guerre mondiale, plus tard reconverti en yacht d'État du troisième Reich, pour les voyages maritimes officiels d'Hitler.
  • Lady Moura (105 m, 1990) - le dix-neuvième plus long yacht privé
  • Savarona (124 m, 1931) - construit pour une héritière américaine en 1931. Devenu plus tard, le yacht présidentiel turc puis un yacht de croisière et restant parmi les plus grands yachts.
  • Palladium (95,15 m, 2010) - un yacht moderne.
  • Mayan Queen IV (92 m, 2008)
  • Golden Odyssey (81 m, 1990)

Navires modernesModifier

AéronefsModifier

De 1933 à 1945, la compagnie exploitait la société aéronautique Hamburger Flugzeugbau. Les modèles d'avions, bien que d'abord nommés par le code « Ha » (pour le nom officiel de l'usine), le lien avec les chantiers navals Blohm & Voss était trop fort et donc les premiers concepts d'aéronefs ont été appelés « Blohm & Voss, type Ha... » suivi par le numéro du modèle. Pour mettre fin à cette confusion, en 1938, le ministère de l'Aviation du Reich (Reichsluftfahrtministerium) a changé le code de l'entreprise en « BV ».

L'entreprise a construit de nombreux aéronefs durant la Seconde Guerre mondiale :

Notes et référencesModifier

  1. (de) B+V Geschichte v. 1933-1938 -Die Rüstungskonjunktur ab 1933
  2. uboat.net (en anglais)
  3. Le camp Blohm & Voss est listé en tant que No. 550 Hamburg dans la liste officielle allemande (liste en allemand)
  4. (de) Herbert Diercks, Der Hamburger Hafen im Nationalsozialismus, 2008
  5. Abu Dhabi steigt bei Blohm + Voss ein, FAZ.NET du 15 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2009
  6. Abu Dhabi MAR und ThyssenKrupp Marine Systems gründen strategische Partnerschaft, Pressemitteilung von TKMS du 14 avril 2010
  7. http://www.boerse.de/marktberichte/ThyssenKrupp-scheitert-mit-Verkauf-von-Blohm-Voss/5693344 ThyssenKrupp scheitert mit Verkauf von Blohm + Voss auf boerse.de
  8. (de) « Offerte für Blohm + Voss ärgert ThyssenKrupp », Financial Times Deutschland, (version archivée).
  9. (de) Blohm + Voss-Geschäftsführer Aly „Jeder Milliardär sollte eine Luxusyacht bestellen“ - FAZ Online, 27 février 2012.
  10. (de) Schiffbauunternehmen Blohm + Voss verkauft Maschinenbausparte - Handelsblatt
  11. (de) « Übernahme durch SKF », in Schiff & Hafen, Heft 2/2013, S. 9, Seehafen-Verlag, Hamburg, 2013 (ISSN 0938-1643).
  12. (de) « Betriebsrat steht hinter Verkauf von Blohm + Voss », NDR (consulté le 13 janvier 2012)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier