Ouvrir le menu principal

Blaye-les-Mines

commune française du département du Tarn

Blaye-les-Mines
Blaye-les-Mines
Ancienne mairie (place Augustin-Malroux)
Blason de Blaye-les-Mines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Carmaux-2 Vallée du Cérou
Intercommunalité Communauté de communes du Carmausin - Ségala-Carmausin
Maire
Mandat
André Fabre
2014-2020
Code postal 81400
Code commune 81033
Démographie
Population
municipale
3 009 hab. (2016 en diminution de 1,31 % par rapport à 2011)
Densité 339 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 01′ 54″ nord, 2° 07′ 57″ est
Altitude 339 m
Min. 241 m
Max. 344 m
Superficie 8,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Blaye-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Blaye-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blaye-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blaye-les-Mines

Blaye-les-Mines est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Carmaux située dans son pôle urbain, à 1 km au sud-ouest de Carmaux.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Blaye-les-Mines
Saint-Benoît-de-Carmaux Carmaux
Labastide-Gabausse  
Taïx Le Garric

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 888 hectares ; son altitude varie de 241 à 344 mètres[1].

HydrographieModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

L'origine du village remonte à la fondation d'une bastide royale, en 1302. Blaye d'Albigeois, qui devient Blaye-les-Mines en 1934, fait connaissance avec la Révolution industrielle aux XVIIIe et XIXe siècles. La famille de Solages - châtelains blayais[Note 1] - particulièrement dynamique, crée une verrerie en 1752 ; elle installe la première machine à vapeur en 1811 et ouvre plusieurs puits de mine : la Grillatié en 1833, la Tronquié en 1878 et Sainte-Marie en 1897. Dès lors, le destin de la commune est lié à celui du charbon et du verre. À partir de 1897, la totalité du « charbon de Carmaux » sera produite sur son territoire et la verrerie de Solages produira jusqu'en 1862[2].

La fermeture du dernier puits de mine en activité (la Tronquié) constitue fin juillet 1987, le point final de cette aventure industrielle souterraine. De 1985 au 30 juin 1997, l'exploitation de la mine à ciel ouvert ne parvient pas à infléchir le cours de l'histoire[3]. C'est dans ce cratère de 1 kilomètre de diamètre et 200 mètres de profondeur, au lieu-dit « Sainte-Marie », qu'a été aménagé ce qu'on a présenté comme le premier pôle européen de multi-loisirs Cap'Découverte, dont l'activité n'a pu être à la hauteur des espoirs de ses promoteurs et de l'importance considérable des fonds publics engagés dans l'opération d'aménagement du site[4].

Plusieurs Blayais ont marqué l'histoire de la commune au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi Augustin Malroux, le maire, a-t-il été le premier Tarnais à se lancer dans la Résistance. Déporté, il meurt à Bergen-Belsen le 10 avril 1945. Abel Bouzinac, le secrétaire général de la mairie également mort en déportation, Wladislav Hamerlak, le mineur, et Yvon Loubière, le transporteur, ont suivi son exemple contre l'occupant nazi.

L'histoire du bassin houillerModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1812   François Gabriel de Solages    
mai 1925 avril 1933 Théophile Treilhes    
avril 1933 mai 1935 Philippe Franques    
mai 1935 1940 Augustin Malroux SFIO Instituteur
Député du Tarn (1936 → 1941)
avril 1945 octobre 1947 Casimir Bru    
octobre 1947 octobre 1964[Note 2] Éloi Cabrol    
octobre 1964 mars 1971 Robert Garric    
mars 1971 mars 1989 Jean Coutouly PCF Mineur
Conseiller général du canton de Carmaux-Sud (1973 → 1982)
mars 1989 mars 2001 Guy-Pierre Fabre PS Ingénieur de recherches à l'INRA
Conseiller général du canton de Carmaux-Sud (1994 → 2008)
mars 2001 en cours André Fabre PS[Note 3] puis DVG Professeur
Conseiller général du canton de Carmaux-Sud (2008 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Carmaux-2 Vallée du Cérou (2015 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Le projet photovoltaïque

Le SMAD, syndicat mixte d'aménagement de la découverte dont la commune de Blaye-les-Mines est partie prenante depuis 1997, porte un projet de production d'électricité photovoltaïque depuis 2008. Le 10 novembre 2015, a eu lieu le lancement officiel du projet de champs de production d'électricité photovoltaïque par la signature des baux emphytéotiques entre le SMAD, propriétaire des terrains mis à disposition et la société parisienne NEOEN[5], le troisième producteur d'énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse) en France, filiale de Direct Énergies.

Ce projet de production d'électricité photovoltaïque de 31 mégawatts crête de puissance, se compose de plusieurs champs de panneaux solaires implantés sur les communes de Blaye-les-Mines, Le Garric et Cagnac-les-Mines. Il y a deux champs de panneaux solaires sur la commune de Blaye-les-Mines équipés par Bouygues Énergies Services et Schneider Electric pour le compte de NEOEN.

Un champ de panneaux solaires photovoltaïques se compose de pieux métalliques de trois mètres enfoncés dans le sol qui supportent les 27 000 panneaux environ, fournissant chacun 260 Watts posés sur 460 tables de 46 panneaux rectangulaires d'un mètre carré environ, le tout d'un poids de 630 tonnes environ. Tous les panneaux qui produisent du courant continu, sont reliés par câbles électriques enterrés à des postes d'onduleurs qui convertissent en courant alternatif de 20 000 volts raccordés au réseau national de transport d'électricité géré par ERDF.

Le premier champ de panneaux est situé sur l'ancien terril des Tronques de l'ancienne société d'exploitation du charbon, les Houillères d'Aquitaine et occupe environ cinq hectares, soit plus de dix terrains de rugby. L'implantation a démarré début novembre 2015 et début 2016, la production était effective.

Le second champ est situé sur le sommet de la zone appelée verse nord de Blaye, de l'ancienne exploitation de charbon à ciel ouvert de Sainte-Marie. Il occupe environ dix hectares, soit plus de vingt terrains de rugby. L'implantation a démarré début novembre 2015 et début 2016, la production était effective.

En journée, la production d'électricité va s'établir autour de 8,3 mégawatts crête soit l'équivalent de cinq à huit éoliennes. La production d'électricité de ce champ équivaut à 2,5 fois la consommation d'électricité de tous les habitants de la commune de Blaye-les-Mines.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 3 009 habitants[Note 4], en diminution de 1,31 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367425504487567581605726767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8899429649921 1271 3651 6401 9032 159
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7022 8443 1343 5273 9504 1373 1345 0196 558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 8985 5264 5633 9193 2272 9443 0583 0633 068
2013 2016 - - - - - - -
3 0733 009-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Fiscalité localeModifier

L'imposition des ménages et des entreprises à Blaye-les-Mines en 2010[10]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 10,53 % 0,00 % 9,77 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 23,78 % 0,00 % 21,03 % 4,72 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 186,25 % 0,00 % 70,42 % 11,23 %
Cotisation foncière des entreprises (ex-TP) 00,00 % 36,00 % 0,00 % 0,00 %

La cotisation foncière des entreprises est perçue par la communauté de communes du Carmausin.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Mairie de Blaye-les-Mines, place Jean-Coutouly.
 
Chevalement de l'ancien puits de mine de Sainte-Marie, place Jean-Coutouly.
  • Dans l'ancienne mairie, à Blaye-Village, place Augustin-Malroux : exposition des œuvres du peintre Bernard-Joseph Artigue[11] (Muret 1859 - Blaye-les-Mines 1936).
  • Près de la mairie (dont la construction a été achevée en 1988), avenue d'Albi : chevalement de l'ancien puits de mine de charbon de Sainte-Marie, restauré en 2009 [7].
  • Aire de loisirs de L'Endrevié : salle Daniel-Balavoine ; salle Les Pilotis.
  • Parc de loisirs Cap'Découverte.
  • Musée du verre, domaine de la Verrerie.

Personnalités liées à la communeModifier

  • François Gabriel de Solages (1752-1834), militaire et industriel mort à Blaye-les-Mines ;
  • Jean-Baptiste Héral (1822-1911), homme politique, député du Tarn ;
  • Bernard-Joseph Artigue (1859-1936), peintre ayant résidé dans la commune qui est légataire d'une partie de ses œuvres dont s'occupe l'association Les Amis de Bernard-Joseph Artigue.
  • Jérôme Ludovic de Solages (1862-1927), industriel, conseiller général, député du Tarn ;
  • Augustin Malroux (1900-1945), homme politique et résistant français né à Blaye-les-Mines ;
  • Marcel Pélissou (1903-1987), syndicaliste et homme politique ;
  • Clément Taillade (1909-1978), homme politique né à Blaye-les-Mines ; député du Tarn ;
  • Jean Coutouly (1926-2009), ancien résistant, ouvrier mineur, militant syndical (CGT) et politique (PCF), maire de Blaye-les-Mines de 1971 à 1989, conseiller général du Tarn de 1973 à 1982, conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1982 à 1986[12] ;
  • Guy-Pierre Fabre (1930-2010), maire de Blaye-les-Mines de 1989 à 2001, conseiller général du canton de Carmaux-Sud de 1994 à 2008[13] ;
  • Bernard Saint-Girons (1945-), universitaire spécialiste du droit public économique et des relations internationales, né à Blaye-les-Mines[14] ;
  • Karine Delpas (1974-), dernière présidente de l'UNEF, a passé son enfance à Blaye-les-Mines.

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : D'or embrassé à dextre de sable.

Vie pratiqueModifier

Service publicModifier

EnseignementModifier

Blaye-les-Mines fait partie de l'académie de Toulouse.

CultureModifier

Activités sportivesModifier

Écologie et recyclageModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • E. Loubersannes, Petite Histoire de Blaye d'Albigeois, Albi, 1916
  • Patrick Trouche, Sept siècles d'exploitation du charbon dans le pays carmausin, préface de Rolande Trempé, Blaye-les-Mines, Association Histoire des mines du Carmausin,
  • Jean-François Kowalik, Mineurs de fond au XXe siècle dans les houillères du bassin de Carmaux-Albi (Tarn), Éditions Pierre Christian Guiollard, 2005

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Dont l'un des membres, le comte Hubert de Solages, sera arrêté en 1765 (en même temps que sa sœur Pauline de Barrau, épouse de Jean Antoine de Barrau) à la requête de son père par lettre de cachet et interné jusqu'au 14 juillet 1789, date à laquelle il fut le premier prisonnier libéré de la Bastille (voir Histoire de la Bastille depuis sa fondation jusqu'à sa destruction, 1844, p. 274)
  2. Éloi Cabrol décède en cours de mandat
  3. Jusqu'en 2014 : « André Fabre quitte le PS mais reste candidat sur Carmaux 2 » (ladepeche.fr 26 janvier 2015)
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Patrick Trouche 1980, p. 40.
  3. Voir le reportage sur les Mineurs de Carmaux diffusé à la télévision le 12 juillet 1991 [1]
  4. Déficit de Cap'Découverte : rien n'est réglé, par Éric Berger, La Dépêche du Midi, 30 novembre 2005 [2]
  5. http://www.neoen.fr/fr/
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. (fr) « Impôts locaux à Blaye-les-Mines »
  11. Quelques œuvres de l'artiste présentées sur le site de l'Association pour l'histoire des mines du Carmausin [3]
  12. Déclaration d'André Fabre, maire de Blaye-les-Mines et conseiller général du canton de Carmaux-Sud, La Dépêche du Midi, 7 février 2009 [4]
  13. Thierry Carcenac, président du Conseil général du Tarn, rend hommage à Guy-Pierre Fabre [5]
  14. Biographie de Bernard Saint-Girons sur EducPros.fr [6]