Bill-Bocketts

acteur français

François Julien Bontemps dit Bilboquet ou Bill-Bocketts, né le à Tinchebray (Orne)[1] et mort le à Paris (13e)[2], est un artiste de music-hall et un acteur de cinéma français.

Interrogations sur la véritable identité de Bill-BockettsModifier

En 1931 et 1932, la presse se fait le relais d'une polémique entre le clown Bilboquet[3],[4] et l'acteur Bill-Bocketts, le premier reprochant au second d'utiliser un pseudonyme proche du sien pour ses rôles au cinéma[5],[6]. Jusque-là, pourtant, Bilboquet et Bill-Bocketts se présentait comme étant un seul et même artiste[7].

Si Bilboquet[8] est bien le pseudonyme de François Bontemps[9], Bill-Bocketts serait celui d'un certain Stoessel, également artiste de cabaret[10], sur lequel on ne possède pratiquement aucun renseignement[11]. Le problème est qu'après cette date, le surnom de Bilboquet comme celui de Bill Bocketts ont continué à être utilisé par l'acteur pendant plus de 20 ans sans que le clown ne réagisse pendant toute cette période. Il est donc impossible de trancher sur la véritable identité de l'acteur, le nommé Stoessel n'ayant apparemment jamais répondu aux propos du clown dont on ne trouve d'ailleurs aucune trace d'un dépôt de plainte ni d'un quelconque procès à son encontre. Seuls les génériques de deux films sortis en 1930 et 1931 portent les noms de Bill Stoessel et de Bill-Bocket Stoessel.

S'agit-il alors d'une polémique lancée par François Bontemps pour relancer sa carrière de clown en s'inventant un concurrent au cinéma ou Stoessel a-t-il réellement existé ?[12] A ce jour, rien ne permet de trancher définitivement la question.

FilmographieModifier

Comme Bill-BocketModifier

Comme Bill-BockettModifier

 1933 La garnison amoureuse de Max de Vaucorbeil : La major

Comme Bill-BockettsModifier

Comme BilboquetModifier

Comme Bill StoesselModifier

Comme Bill Bocket-StoesselModifier

RéférencesModifier

  1. Acte de naissance n° 16 (vue 245/266) avec mentions marginales du mariage et du décès. Archives départementales de l'Orne en ligne, état-civil de Tinchebray, registre des décès de 1892. Curieusement, en marge de l'acte est portée la mention "dit Bilboquet, clown à Radio-Paris".
  2. Acte de décès n° 831 (vue 24/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 13e arrondissement, registre des décès de 1961.
  3. La vie radiophonique. Informations. L'Homme libre, 10 mai 1930, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  4. Un clown de T.S.F. Candide, 11 août 1927, p. 7, lire en ligne sur Gallica.
  5. Le cinéma dans la vie. Bilboquet contre Bill Bockett's. La Liberté, 6 mars 1932, p. p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  6. Le clown-speaker Bilboquet ne veut pas qu'on le confonde avec l'artiste de cinéma Bill Bocket. Paris-Midi, 2 janvier 1931,
  7. Dont acte. La Liberté, 27 mai 1928, p. 1, lire en ligne sur Gallica.
  8. Devant le micro. Bilboquet. Paris-Midi, 26 octobre 1929. p. 6, lire en ligne sur Gallica.
  9. Publications radio-électriques et scientifiques. Cession de parts. ''Archives commerciales de la France, 30 mars 1932, p. 1447, lire en ligne sur Gallica.
  10. Cinéma. Savez-vous que... L'Intransigeant, 25 janvier 1932, p. 6, lire en ligne sur Gallica.
  11. On ne connait pas même son prénom.
  12. Toute proportion gardée bien sûr, cette anecdote n'est pas sans rappeler celle d'Émile Ajar, le double littéraire créé par Romain Gary pour quatre de ses romans dont celui qui remporta le Prix Goncourt en 1975.

Liens externesModifier