Bernesq

commune française du département du Calvados

Bernesq
Bernesq
Le château de Bernesq.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes Isigny-Omaha Intercom
Maire
Mandat
Gérard d'Andigné
2020-2026
Code postal 14710
Code commune 14063
Démographie
Gentilé Bernesquois
Population
municipale
211 hab. (2018 en augmentation de 16,57 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 28″ nord, 0° 56′ 25″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 62 m
Superficie 5,90 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Trévières
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bernesq
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bernesq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bernesq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bernesq

Bernesq, prononcé [bɛʁnɛ] ou [bɛʁnɛsk][1], est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 211 habitants[Note 1].

GéographieModifier

Le village est situé dans le Bessin et le parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin, à seize kilomètres de Bayeux. La commune (dont le nom vient du Marais de l'Esque) se trouve dans une lande aux nombreux étangs.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bernesq est une commune rurale[Note 2],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (71,7 %), zones agricoles hétérogènes (20,7 %), forêts (7,5 %), terres arables (0,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bernesc en 1180[10], Bernescq en 1801[11].

HistoireModifier

Les houillères de Littry exploitent plusieurs puits de mine sur la commune entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Roger Massu    
2003 mars 2008 Edmond Lemoussu   Boulanger
mars 2008 En cours Gérard d'Andigné[12]   Directeur de chambre des métiers et de l'artisanat
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 211 habitants[Note 3], en augmentation de 16,57 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
472452494542553600601555549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540546531534535554484466444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414372382351330278289368353
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
336301275207167153202188199
2018 - - - - - - - -
211--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Ceci est confirmé par une plaque disposée dans la cheminée principale où est sculptée son sigle : la salamandre entourée de fleurs de lys. Il a offert ce château ainsi que tout ce qui s'y rattachait à une de ses maitresses. Effectivement, ce château était, à l'époque, à l'origine des principales activités du village. Par exemple, à 500 mètres du château, se trouvent des vestiges de cette époque chez le boulanger tels qu'une grande roue servant autrefois à broyer des pommes pour fabriquer du cidre. Aujourd'hui (depuis 1982), ce château est un domaine privé entretenu par un éleveur de chevaux de courses et reconnu comme un des plus grands et plus beaux haras du pays. Le haras de Bernesq n'est pas ouvert aux visites en dehors de périodes bien définies.

Activité, manifestations, cultureModifier

Bernesq et la littératureModifier

Le Roman de Renart fut composé de 1174 à 1250 par plusieurs auteurs, dont notamment Richard de Lison, un clerc qui raconte de manière romancée des faits d'intérêt local ayant pour décor la paroisse du Molay :

« Renart se dirige vers le bois du Vernay mais lorsqu'il rencontre l'abbé Huon et sa meute, il retourne sur ses pas après avoir franchi deux fois la Siette et le Drôme. Il rencontre Tibert le chat étendu sur un rocher dans le bois du Molay, tous deux décident de prendre la direction du Vernay pour aller chercher fortune dans l'enclos de Guillaume Bacon, « loing del castel desos la ville ». Or voici que survient ledit Guillaume Bacon, seigneur du lieu, Renart prend un chemin de traverse, Tibert grimpe sur un chêne. Bientôt se joint aux chasseurs, le prêtre du Breuil-en-Bessin qui fait route vers Saint-Martin-de-Blagny. Tibert réussit à s'enfuir « tot le chemin de Blagnié ». À hauteur de Tournières, entre la Chênée et la lande de Bernesq, il rencontre Renart qui n'en croit pas ses yeux. Il lui annonce son intention de l'emmener avec lui à Saint-Martin à « Blaengnié » où il diront l’office… »

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. René Lepelley, Dictionnaires étymologiques des noms de communes de Normandie, Caen, Presses universitaires de Caen, 1996, p. 65
  2. « couche « Limites Administratives » activée », sur Géoportail, le portail des territoires et des citoyens (consulté le 26 mai 2012).
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Jean Adigard des Gautries et Fernand Lechanteur, Les noms des communes de Normandie - V [article] Annales de Normandie Année 1962, page 10.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Réélection 2020 : « Municipales à Bernesq. Un troisième mandat pour Gérard d’Andigné », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 juin 2020)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :