Bathelémont

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Bathelémont
Bathelémont
Mairie
Blason de Bathelémont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Sânon
Maire
Mandat
Francis Vivier
2020-2026
Code postal 54370
Code commune 54050
Démographie
Gentilé Bathelémontois, Bathelémontoises
Population
municipale
65 hab. (2018 en augmentation de 14,04 % par rapport à 2013)
Densité 9,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 32″ nord, 6° 31′ 33″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 335 m
Superficie 6,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Baccarat
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bathelémont
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Bathelémont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bathelémont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bathelémont

Bathelémont, (précédemment Bathelémont-lès-Bauzemont[1]), est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est. Il ne faut pas la confondre avec une ancienne commune, également nommée Bathelémont, qui fait maintenant partie de Laxou.

GéographieModifier

Le territoire de la commune est limitrophe de 6 communes.

Communes limitrophes de Bathelémont
Athienville Arracourt
Valhey   Bures
Bauzemont Hénaménil

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bathelémont est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,2 %), prairies (10,9 %), forêts (5,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

Bathelani mons (1078-1093), Bathelanmont (1334), Bapteleymont (1447), Bathelémont (1594), Bathellemont et Bathelémont-lez-Arracourt (1600), Barthelémont (1710), Bathelemont les Bauze (1793), Bathelémont-lès-Bauzemont (?).

HistoireModifier

 
Monument à James B. Gresham, Merle D. Hay et Thomas F. Enright, conçu par Louis Majorelle, érigé en novembre 1918 à Bathelémont, détruit par les Allemands en octobre 1940

Présences gallo-romaine et franque.

Le nom de Bathelémont apparaît pour la première fois à la fin du XIe siècle dans une charte de la comtesse Sophie de Bar. Les nombreuses traces gallo-romaines présentes sur le territoire de la commune montrent une occupation du site beaucoup plus ancienne.

Au Moyen Âge, le village rendait une double allégeance : à l'évêque de Metz (qui réside à Vic-sur-Seille à une dizaine de kilomètres de Bathelémont) et au duc de Lorraine. Ce qui fait qu'une partie du village devint française avant l'autre. La période révolutionnaire réunifiera les deux parties du village.

Le village fait partie des seigneuries de la famille de Ficquelmont[9].

En 1753, y naît Jean-Nicolas Stofflet, le futur général vendéen.

En 1870, la commune aurait pu devenir allemande, mais avec huit autres communes, elle fut détachée du canton de Vic-sur-Seille pour former le canton d'Arracourt. La nouvelle frontière passant à six kilomètres du village, ce ne fut pas sans conséquence puisque les habitants se tournèrent plus alors vers Lunéville que vers Vic-sur-Seille ou Château-Salins.

La Première Guerre mondiale fut cruelle pour le village ; c’est là à Bathelémont-lès-Bauzemont que les soldats américains tirèrent leurs premiers obus et c’est à proximité, du côté de Bures, qu’ils eurent leurs premiers morts[10] et prisonniers (novembre 1917).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Jacques Marchal    
mars 2001 mars 2008 Claude Pilon    
mars 2008 - décédé en cours de mandat le 05/12/2019 mai 2020 Serge Husson[11]   Retraité de l'enseignement
mai 2020 En cours Francis Vivier[11],[12]   Ancien ouvrier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 65 habitants[Note 3], en augmentation de 14,04 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
209220262274261237222255270
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
243239213206200200182179165
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
16614999123109110889784
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
797166716559606465
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Jean-Baptiste, reconstruite après 1918.
  • Fontaine Saint-Jean.
  • Plaque Souvenir français du caporal Vautrin, mort à Marengo, 1800.
  • Meule souvenir de la maison natale de Jean-Nicolas Stofflet.
  • Le premier monument aux trois premiers morts américains tués en France en 1917 fut dessiné par Louis Majorelle. Il fut détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, en octobre 1940.
  • Un second monument fut édifié après la guerre.
  • Face à la mairie se trouve un Blockhaus allemand de 1914-1918.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Le village lorrain de Bathelémont vit naître Jean-Nicolas Stofflet, devenu l’un des deux principaux chefs des Vendéens.
 
plaques commémorant le général Sufflet

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
D'azur à la fasce d'or accompagnée en chef de deux besants d'argent, à la clef d'argent brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Renommage de la commune par le décret no 2011-311 du 22 mars 2011, consulté le 29 mars 2011.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. "[...] le 22 mars 1715, Charles-Henri, comte de Ficquelmont, chambellan de S.A.R., comte de Parroy etc., fait ses foi et hommage pour ses terres et seigneuries de Parroy, Hénamenil, Crion, Bathelémont, Laneuveille-aux-Bois et le fief de Flin" [1]
  10. http://le-souvenir-francais.fr/la-lettre/trois-premiers-morts-americains-de-premiere-guerre-mondiale/
  11. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2015, 2016, 2017 et 2018.