BMW 700

modèle d'automobiles

La BMW 700 est une petite voiture du constructeur BMW produite entre 1959 et 1965.

BMW 700Modifier

BMW 700
 
BMW 700

Marque   BMW
Années de production 1959 - 1965
Production 180000 exemplaire(s)
Moteur et transmission
Énergie Essence
Position du moteur Longitudinale arrière
Cylindrée 697 cm3
Puissance maximale 30 ch DIN
Couple maximal 51 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle à 4 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 705 kg
Vitesse maximale 120 km/h
Consommation mixte 6.6 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline, coupé et cabriolet
Suspensions Ressorts à lames
Direction Crémaillère
Freins Mécaniques à tambour
Dimensions
Longueur 3540 mm
Largeur 1480 mm
Hauteur 1250 mm
Voies  AV/AR 1270 mm  / 1200 mm
Chronologie des modèles

Contexte de la conceptionModifier

Cette voiture fut conçue à la suite d'une demande de l'importateur BMW en Autriche, Wolfgang Denzel, qui était également un micro-constructeur de voitures spéciales et un ancien pilote de course.

Actionnaire minoritaire de BMW, alors en crise financière et sur le point d'être absorbée par Daimler Benz, il prit sur lui de faire réaliser une carrosserie spéciale par Michelotti en Italie, alors que le produit phare de BMW, l'Isetta 600, du type "pot de yaourt" se vendait très mal, rappelant la période d'austérité du lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Le célèbre designer italien traça une voiture aux lignes beaucoup plus aguichantes, déclinée en coupé et en berlines deux portes. Lancée en 1959 (salon de Francfort) elle restera cinq ans en production avec un total enviable de presque 180 000 exemplaires produits, toutes versions confondues, en Allemagne mais aussi en Italie et en Belgique.

TechniqueModifier

La BMW 700 recycle un certain nombre d'éléments de la "Grosse" Isetta, la 600, en particulier son châssis et son moteur.

Le moteur, d'inspiration motocycliste, est un bicylindre à plat (Flat Twin) dérivé de celui de la moto BMW R51/3 et placé en position "tout à l'arrière". Une turbine à air forcé refroidit les cylindres via une boite à air et deux gros conduits, comme sur la 2 CV Citroën, la Panhard Dyna ou la Coccinelle VW.

Délivrant originellement 30 ch, ce moteur sera poussé plus tard à 40 ch, voire à 70 ch sur quelques versions spéciales RS (Renn Sport, compétition). Ces versions RS étaient destinées à des pilotes d'usine, comme Hans Stuck et à des pilotes privés triés sur le volet, notamment le jeune Jacky Ickx à 18 ans au Tour de France automobile 1963, ou encore Hubert Hahne qui débute avec aux 500 kilomètres du Nürburgring 1961, et l'utilise jusqu'en 1963.

Des suspensions à roues indépendantes très efficaces et diverses solutions "nobles" comme la direction à crémaillère ou la boîte de vitesses à synchros Porsche ainsi qu'un poids limité (autour de 650 kg) en feront une remarquable voiture de sport et de rallye malgré sa petite taille [1].

Notes et référencesModifier

  1. Hugues Chaussin, « 5 petites voitures qui ne manquent pas d'air », Gazoline, no 229,‎