Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colani.
Luigi Colani
Luigi colani.jpg
Luigi Colani en 2007
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (90 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université des arts de Brême (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Lutz Colani, dit Luigi Colani (né le à Berlin) est un designer allemand d'ascendance suisse par son père et polonaise par sa mère.

Sommaire

BiographieModifier

 
Colani en 2014

Après des études de sculpture et peinture aux Beaux-arts de Berlin, Luigi Colani étudie l'aérodynamique à la École polytechnique et Philosophie analytique à la Sorbonne à Paris de 1949 à 1952.

Des années 1950 à aujourd'hui il reconçoit l'aérodynamique des automobiles pour des constructeurs comme Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Volkswagen, Ferrari, Lada, BMW etc. Il travaille également pour l'aviation pour des constructeurs tels que Rockwell ou Boeing en sculptant des avions polymorphes équipés d'hélices expérimentales.

En 1957, il abandonne son prénom de Lutz et donc utilise celui de Luigi[1]. Dans les années 1960 il dessine de nombreux meubles, des lunettes, des vêtements, et dans les années 1970, il élargit son action dans plusieurs domaines comme des stylos, des trains, des aéronefs, des coques de télévision aux camions ou des cuisines complètes (Poggenpohl). Un grand piano est commercialisé par l'entreprise Schimmel.

Il est l'inventeur du bio-design[2], connu surtout pour avoir réalisé l'appareil photo Canon modèle T-90, premier appareil réellement ergonomique et conçu autour de l'interface homme-objet.

L'étendue de sa créativité et de son art, l'a qualifié de « Léonard de Vinci » du XXe siècle[3], ou de « messie du design » au Japon[4].

Son travail s'oriente autour de l'homme et de son rapport optimal et efficace à l'objet et à son interaction avec son environnement, les formes sont inspirées de la perfection de la nature elle-même ; et sont loin d'un « effet de style », c'est de conception utile dont son œuvre fait preuve. Conservant son aspect prospectif, le design de Colani rejette la dimension post industrielle pour se concentrer sur l'unique progression de la forme : c'est le « design voltairien » tel que défini par l'essayiste français Philippe Pernodet[5].

Aujourd'hui il dirige « Colani Design Germany » et collabore avec plusieurs marques, comme Volvo.


BibliographieModifier

  • Philippe Pernodet et Bruce Mehly: Luigi Colani. Dis voir, 2000, (ISBN 2-906571-96-2).
  • Luigi Colani, Albrecht Bangert: The Complete Oeuvre. Édition Bangert, Schopfheim 2004, (ISBN 3-936155-75-5), (en).
  • Luigi Colani, Albrecht Bangert: Colani – The Art of Shaping the Future. Édition Bangert, Schopfheim 2004, (ISBN 3-936155-78-X), (en).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. Ariane Lindemann: Colani, Prof. h.c. Luigi (Lutz). In: Karlsruher Köpfe: Menschen, die man in Karlsruhe kennt, Info-Verlag, Karlsruhe 2004, (ISBN 978-3-88190-371-4), p. 35f.
  2. jaybees80: Luigi Colani, le bio-Design et les prototypes Canon. Sur: lomography.fr, 13 juin 2013.
  3. Geoffroy Barre: Luigi Colani: les créations du « Léonard de Vinci » du XXe siècle. Sur: Circuit Classic, 2 mai 2013.
  4. Gilles Verlant & Pierre Mikaïloff: Le Dictionnaire des années 80. Larousse, Paris 2011, (ISBN 2035861500), p. 135.
  5. Philippe Pernodet et Bruce Mehly: Luigi Colani. Dis voir, 2000, (ISBN 2-906571-96-2).
  6. Vincent Royer: Alfa Romeo 1000 Abarth de 1958. Sur: AutosItal.com, 12 février 2009.