Ouvrir le menu principal
Aurore Lalucq
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité
auteure et femme politique française
Autres informations
Parti politique
EELV (jusqu'en 2017)
Génération.s (2017-2019)
Place publique (2019-)

Aurore Lalucq (née en 1979 à Longjumeau) est une auteure et femme politique française, porte-parole du mouvement Génération.s jusqu'à son départ pour Place publique.

Sommaire

Parcours professionnelModifier

Économiste de formation[réf. nécessaire], conférencière, auteure et femme politique, Aurore Lalucq a fondé l'Institut Veblen qu’elle co-dirige[1],[2].

Directrice de la collection de livres portant sur la théorie économique et sur la transition écologique chez l'éditeur Les Petits matins (maison d'édition), elle est notamment à l'origine de la traduction française de l'économiste américain, réputé pour avoir prévu la crise de 2008[3],[4],[5], Hyman Minsky, mais aussi des premiers écrits de Yánis Varoufákis. Parmi les auteurs de la collection qu’elle dirige, on trouve : Gaël Giraud, Éloi Laurent, André Orléan, Bernard Perret, Jean-Charles Hourcade, Tim Jackson, Lucas Chancel, Juliet Schor

Proche d'économistes écologistes, d'économistes hétérodoxes et de socio-économistes, elle collabore avec James K. Galbraith, avec lequel elle organise régulièrement des conférences et écrit des tribunes. Elle travaille aussi régulièrement avec Dominique Méda avec laquelle elle dirige des séminaires sur le travail et l’écologie et a organisé en 2017 l’audition des candidats à la présidentielle sur la transition écologique.

Spécialiste de la monétarisation et de la financiarisation de la nature, de la transition sociale-écologique et de la régulation bancaire, Aurore Lalucq est auteure de plusieurs livres sur les questions économiques, sociales et écologiques. Elle a notamment écrit avec l'économiste Jean Gadrey l'ouvrage Faut-il donner un prix à la nature ?, salué par certains critiques[6],[7] et qui a obtenu le prix de la fondation de l’écologie politique 2015[8].

En 2016 et 2017, elle coordonne[9] avec d’autres le « European new deal » de DiEM25, le mouvement fondé par Yánis Varoufákis.

À l'occasion du sommet One Planet Summit, elle signe avec 80 économistes de différents pays (Tim Jackson, Yánis Varoufákis, Mariana Mazzucato…) l'appel pour la fin immédiate de tout investissement dans de nouveaux projets de production d'énergies fossiles.

Elle intervient régulièrement dans les médias, notamment dans l'émission 24h Pujadas, l'info en questions sur LCI, et La République LCI.

Elle enseigne l'économie internationale à Sciences Po Lille à partir de .

Parcours politiqueModifier

Novice en politique mais sympathisante et proche d'EELV, notamment de Julien Bayou et Thomas Porcher, Aurore Lalucq commence sa collaboration avec Benoît Hamon dès le lancement de sa primaire des présidentielles 2017 lors de laquelle elle est invitée à prendre la parole[10],[11]. Elle participe ensuite à l’écriture du programme du candidat dans le pôle « projet présidentiel »[12].

Engagée au sein du mouvement Génération.s, elle en devient la porte-parole en 2018[13], et travaille à la mise en lien des économistes au sein de Génération.s et des autres mouvements progressistes à l’étranger. Elle est à l’origine, avec James Galbraith, de la réunion entre Chi Onwurah de l’équipe Jeremy Corbyn, d’économistes proches de Bernie Sanders, de Yánis Varoufákis et de Benoît Hamon qui s’est déroulée à Austin au Texas en .

Le , elle rejoint le mouvement Place publique (PP), créé par Raphaël Glucksmann, en vue des élections européennes[14].

OuvragesModifier

  • Transition écologique, mode d’emploi, avec Philippe Frémeaux et Wojtek Kalinowski, Les petits matins et Alternatives économiques, 2014.
  • Faut-il donner un prix à la nature ?, avec Jean Gadrey, prix du livre de la fondation de l'écologie politique, 2015.
  • Produire plus, polluer moins : l'impossible découplage, avec Gaël Giraud et Dominique Méda, Les petits matins et Institut Veblen, 2014.
  • Transition écologique mode d'emploi, avec Philippe Frémeaux et Wojtek Kalinowski[1], Les petits matins et Alternatives économiques, 2014.
  • Les banquiers contre les banques — Le rôle de la criminalité en col blanc dans les crises financières, avec William K. Black, Edts. Charles Léopold Mayer 2015.

RéférencesModifier

  1. a et b « Aurore Lalucq - Expertes France », sur expertes.fr, Les Expertes (consulté le 28 juillet 2018).
  2. « Aurore Lalucq », sur alternatives-economiques.fr, Alternatives économiques (consulté le 28 juillet 2018).
  3. Michel Santi, « Hyman Minsky, mal-aimé clairvoyant », sur latribune.fr, La Tribune, (consulté le 1er aout 2018).
  4. Dominique Plihon, « Minsky, une interprétation prémonitoire des crises », sur alternatives-economiques.fr, Alternatives économiques, (consulté le 1er aout 2018).
  5. Antoine Reverchon, « Dix ans après la crise, retour sur ces économistes qui avaient sonné l’alerte… en vain », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 1er aout 2018).
  6. Jade Lindgaard, « Aurore Lalucq : « On ne peut pas compenser la destruction de la nature » », sur mediapart.fr, Mediapart, (consulté le 1er aout 2018).
  7. Weronika Zarachowicz, « Faut-il donner un prix à la nature ? », sur telerama.fr, Télérama, (consulté le 1er aout 2018).
  8. « Prix de la FEP 2015 : Faut-il donner un prix à la nature ? de J.Gadrey et A.Lalucq », sur fondationecolo.org, Fondation de l’écologie politique, (consulté le 1er aout 2018).
  9. « European new deal », sur diem25.org, DiEM25, (consulté le 1er aout 2018).
  10. Dominique Sanchez, « Primaire socialiste/Hanotin dans le sillage d'Hamon », sur lejsd.com, Le Journal de Saint-Denis, (consulté le 1er aout 2018).
  11. Anne-Sophie Lechevallier, « Hamon-Valls, le choc des programmes « irréconciliables » », sur parismatch.com, Paris Match, (consulté le 1er aout 2018).
  12. Quentin Laurent, « Aurore Lalucq, l’économiste écolo de Benoît Hamon », sur leparisien, Le Parisien, .
  13. « Hamon dévoile l'organigramme de son mouvement, avec plusieurs anciens ministres », sur bfmtv.com, BFM TV, (consulté le 1er aout 2018).
  14. Sylvia Zappi, « Une première défection sur la liste de Benoît Hamon aux européennes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2019).

Liens externesModifier