Edirne

ville turque
(Redirigé depuis Andrinople)

Edirne (autrefois Andrinople, du grec Ἁδριανούπολις / Adrianoúpolis) est la préfecture de la province turque du même nom, limitrophe de la Bulgarie et de la Grèce. La ville compte environ 143 000 habitants. Elle est traversée par la Maritsa, l'Hèbre des Anciens (Meriç en turc). Ses habitants sont les « Adrianopolitains ».

Edirne
Andrinople
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de Marmara
Province Edirne
Maire
Mandat
Recep Gürkan (CHP)
2019-2024
Préfet Ekrem Canalp
2018
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 22
Démographie
Population 143 459 hab.
Géographie
Coordonnées 41° 40′ 28″ nord, 26° 33′ 39″ est
Altitude 42 m
Localisation
Localisation de Edirne
Districts de la province d'Edirne.
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte topographique de Turquie
City locator 13.svg
Edirne
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte administrative de Turquie
City locator 13.svg
Edirne
Liens
Site de la mairie http://www.edirne.bel.tr
Site de la province http://www.edirne.gov.tr

HistoireModifier

À cause de sa situation de point de passage, la ville fut le théâtre de nombreux affrontements militaires (voir les divers articles sur les batailles d'Andrinople). Dans son Histoire de la guerre, John Keegan indique que la ville a connu une quinzaine de sièges ou de batailles importantes. Sa position géographique explique largement cette particularité puisqu'elle se trouve à la confluence de trois fleuves et d'autant de vallées, dans une région accidentée où les lieux de passage sont donc restreints. La ville constituant un verrou stratégique sur le chemin de Constantinople[1].

AntiquitéModifier

La ville fut fondée en 125 par l’empereur romain Hadrien (d'où son nom grec ’Adrianopolis) sur le site d'une agglomération thrace plus ancienne nommée Orestias, Oscodama ou Odrysia. Il y eut plusieurs batailles d'Andrinople au IVe siècle : dans l'une, Constantin défit Licinius, en 324 ; dans l'autre, en 378, l'armée romaine, commandée par l'empereur Valens, affronta les envahisseurs germaniques (principalement Wisigoths ou Thervingues et Ostrogoths ou Greuthungues) commandés par Fritigern ; l'empereur romain y fut blessé et en mourut le 9 août.

Moyen ÂgeModifier

Le , Andrinople fut le théâtre d'une autre bataille entre les Bulgaro-Valaques et l'armée de l'empereur latin de Constantinople, Baudouin de Flandres, qui y fut fait prisonnier. Geoffroi de Villehardouin, sénéchal de Champagne et chroniqueur de la 4e croisade, y montra ses talents de stratège en sauvant l'armée de Baudouin de la déroute.

La ville revînt en 1261 à l'Empire grec puis, en 1361 ou en 1369, elle fut prise par les Ottomans ; plus tard, le sultan Mourad Ier en fera sa capitale. La date et les circonstances exactes de la prise d'Andrinople, désormais Edirne en turc et Odrin en bulgare, ne sont pas connues avec certitude et font l'objet de débats[2],[3]. La ville resta la capitale ottomane jusqu’à la prise de Constantinople en 1453.

 
Population 100-2012.

Période moderne et époque contemporaineModifier

C'est à Andrinople que Sabbataï Tsevi est arrêté et jugé par le sultan Mehmed IV en . Pour échapper à la condamnation à mort, ce kabbaliste juif qui affirmait être le messie, embrasse l'islam, suivi par une partie de ses disciples, ce qui donne naissance au mouvement des sabbatéens ou dönme.

Sous l'Empire ottoman, la ville est le chef-lieu d'un sandjak (district) et une des résidences du beylerbey, gouverneur du pachalik de Roumélie qui regroupe la plus grande partie des provinces balkaniques ; elle est abandonnée pour Bitola (Manastir en turc) au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, elle devient en 1826 la capitale du pachalik d'Andrinople, transformé en vilayet en 1865-1867.

Les Russes et les Ottomans signent en 1829 le traité d'Andrinople par lequel ces derniers reconnaissaient l'indépendance des Grecs et l'autonomie des Serbes, rendent à la Moldavie le libre usage du port de Galatsi et à la Valachie les rayas de Turnu Măgurele, Djurdjouk et Ibrahil, mais surtout cédent à la Russie elle-même les bouches du Danube, la Circassie, la Géorgie et une grande partie du territoire actuel de l'Arménie, lui accordant en outre la libre navigation sur le Danube, dans la mer Noire et dans les détroits[4].

Le Mirza Husayn Ali Nuri vécut quatre ans à Andrinople, entre 1864 et 1868. La maison qu'il occupa (connue sous le nom de Beyaz ev, littéralement « maison blanche ») est un haut lieu de pèlerinage baha’i, religion monothéiste dont il est l'un des fondateurs.

La ville est l'objet d'un siège de la guerre russo-turque de 1877-1878, qui aboutit à sa prise par les armées russes, bulgares et roumaines. Vaincus, les Turcs doivent signer le traité de San Stefano, qui donne la ville à la Bulgarie (sous le nom d’Odrin). Selon les statistiques ottomanes de 1908, la population d'Andrinople se composait alors de 30 000 musulmans (Turcs, Circassiens, Albanais, Tziganes et autres), de 22 000 Grecs ou hellénophones, de 12 000 Juifs, de 10 000 Bulgares, de 4 000 Arméniens, et de 2 000 « non classés ». Le Congrès de Berlin rend la ville à l'Empire ottoman.

Pendant la Première Guerre balkanique (-), Andrinople est à nouveau prise par les Bulgares lors du siège de 1913 ; mais une fois encore elle est reprise par les Ottomans durant la Deuxième Guerre balkanique (juin-). Deux tiers de ses habitants, soit environ 60 000 personnes de langue bulgare, doivent alors quitter la ville et sont remplacés par des colons anatoliens appelés Konyariotes (de la région de Konya).

En 1918, l'Empire ottoman se trouve au côté des Empires centraux vaincus de la Première Guerre mondiale. Le traité de Sèvres () cède Edirne — redevenue Andrinople — à la Grèce. Mais, à l'issue de la guerre gréco-turque de 1919-1922, Andrinople — redevenue Edirne — fait une troisième fois retour à l'Empire ottoman, devenu la Turquie, par le traité de Lausanne ().

Edirne a été la « destination européenne d’excellence » sélectionnée pour la Turquie, à l'issue de la session 2008 du concours européen pour l’excellence dans le domaine touristique, organisé dans le cadre du projet EDEN, et qui récompense une destination par pays participant. Le thème du concours cette année-là était « tourisme et patrimoine immatériel local »[5].

 
Vue panoramique prise du sommet du minaret de la mosquée de Selim (2012).

MonumentsModifier

  • Le palais d'Edirne (Edirne Sarayı) était la résidence du sultan ottoman du milieu du XIVe siècle à 1453, après quoi il est devenu officieux.
  • La mosquée de Selim (Selimiye Camii) fut construite par l’architecte Mimar Sinan à plus de 80 ans entre 1568 et 1574 sous le règne du sultan ottoman Sélim II. Il était enfin parvenu à relever le défi que lui avait toujours posé la coupole de Sainte-Sophie de Constantinople : faire une coupole encore plus large. Son dôme fait deux mètres de plus en diamètre, mais Sainte-Sophie garde près d’un millénaire d'avance. Cette mosquée est sans doute un des chefs-d’œuvre de l’art ottoman.
  • La mosquée aux Trois Balcons (Üç Şerefeli Cami) construite entre 1443 et 1447 sous le règne de Murad II. Son plan est celui que Sinan reprendra dans ses propres constructions.
  • La Vieille Mosquée (Eski Cami) qui est le plus ancien monument ottoman de la ville, commencée sous Suleyman (frère et rival de Mehmed Ier Çelebi) en 1403 et terminée par Mehmed Ier en 1414. Sur ses murs, deux calligraphies arabes proclament « Allah est grand » et « Mahomet est son prophète ».
  • La mosquée de Mourad (Muradiye Camii) construite pendant le règne de Mourad II (1421-1451). Son mirhab est décoré de magnifiques carreaux de céramique blancs et bleus de forme hexagonale.
 
Façade de la mosquée de Mourad II.
  • La mosquée de Bajazet Ier (Yıldırım Bayezid Camii). C’est une église byzantine sur un plan cruciforme transformée en mosquée en 1400. L’axe du bâtiment ne correspond pas à la direction de La Mecque (qibla).
  • Le complexe de Bajazet II (Bayezit Külliyesi) est un ensemble architectural comprenant une mosquée, une école de théologie (medrese), une école de médecine, un hôpital psychiatrique (darüşşifa), une auberge pour les pèlerins (imaret), un bain (hamam), des cuisines. L’hôpital psychiatrique était une innovation qui n’apparaîtra que beaucoup plus tard en Europe occidentale.
  • La Grande Synagogue, copie de celle de Vienne et construite entre 1903 et 1907, elle fut la plus grande synagogue des Balkans.
  • L'église bulgare Saint-Georges.
  • Plusieurs musées.

Le rouge d'AndrinopleModifier

Dans le domaine de la couleur et des teintures, il existe un rouge qui s'appelle le rouge d'Andrinople.

C'est un composé de chromate de plomb et d'oxyde de plomb, un pigment toxique en voie avancée d'élimination. Sa composition actuelle est exactement la même que la version du défunt jaune de chrome orangé. En fait, le terme de « rouge » d'Andrinople correspond à une ancienne lacune linguistique. Aujourd'hui, il serait plutôt classé parmi les orangés. Il contenait de l'éosine (comme le jaune de chrome précité).

Son procédé de fabrication — un peu spécial — était un secret commercial majeur qui fut percé au cours du Moyen Âge. Graisses rances, huile, urine et excréments, sangs animaux : la fabrication était particulièrement infecte. Cette couleur servait en premier lieu à la teinture.

Le rouge d'Andrinople, ou rouge turc, ou rouge des Indes, désigne à la fois un procédé de teinture en rouge du coton, et le résultat de cette opération. Contrairement à ce qui se passe avec la laine, il est extrêmement difficile de teindre en rouge le coton avec la garance. Or un procédé extrêmement complexe existait. L’Inde en garde le monopole jusqu'au XVIIe siècle. De là, il passe au Moyen-Orient, et atteint l'Europe occidentale au XVIIIe siècle. Il s'implante d'abord en France, à Rouen et Nîmes, puis en Alsace, Suisse et pays germaniques. De leur côté, l'Angleterre (Manchester) et la Hollande ne restent pas inactives. Le processus traditionnel, qui utilise une très longue succession d'opérations particulièrement nauséabondes (bains de graisses rances, huiles, urine et excréments, sangs d'animaux) est progressivement simplifié. Le rouge d'Andrinople est très à la mode au XIXe siècle, et constitue une des spécialités des teintureries de Mulhouse[6],[7].

CitationModifier

« Mrs Parker connaît un épicier roumain, nommé Popesco Rosenfeld, qui vient d'arriver de Constantinople. C'est un grand spécialiste en yaourt. Il est diplômé de l'école des fabricants de yaourt d'Andrinople. »

Articles connexesModifier

GalerieModifier

Personnalités liéesModifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. John Keegan (trad. Régina Langer), Histoire de la guerre, Perrin, coll. « Tempus », , p. 120-121.
  2. Revue des études byzantines, no 25, 1967, p. 345 [lire en ligne]
  3. Gilles Veinstein, Les esclaves de la Porte dans l'Empire ottoman. II : recrutement, formation, carrières [lire en ligne].
  4. Robert J. Kerner, (en) « Russia's New Policy in the near East after the Peace of Adrianople; Including the Text of the Protocol of 16 September 1829 » in Cambridge Historical Journal n° 5.3, IV, 1937, pp. 280–290.
  5. http://ec.europa.eu/enterprise/sectors/tourism/eden/destinations-2008/index_fr.htm.
  6. Andrinople, le rouge magnifique, ouvrage rédigé sous la direction de J. Jacqué, La Martinière, Paris, 1995.
  7. D. Cardon, Le monde des teintures naturelles, Belin, 2003, sp. p. 106-108.

Liens externesModifier