Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Cadoine de Gabriac.
Ernest de Cadoine de Gabriac
Marquis de Gabriac.png
Fonctions
Sénateur du Second Empire
-
Pair de France
-
Ambassadeur de France en Suisse
-
Ambassadeur de France au Brésil
-
Ambassadeur de France en Suède
-
Conseiller d'État
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Famille
Père
Mère
Marie de Celesia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Catherine Alexandrovna Davydova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Membre de
Distinction
Sépulture de la famille de CADOËNE DE GABRIAC - Cimetière Montmartre.JPG
Vue de la sépulture.

Alphonse-Joseph-Paul-Marie-Ernest de Cadoine, marquis de Gabriac (, Heidelberg - , Paris) est un diplomate et homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

D'une famille de la vieille noblesse du Gévaudan, il est le fils d'un officier, Joseph-Louis-Claude de Cadoine, marquis de Gabriac, aide de camp du prince de Condé, son parent, dans l'Armée des émigrés, et de Marie de Celesia (fille du marquis Pietro Paolo Celesia et de Dorothea Mallet).

Après le retour de sa famille en France, il devient page de Napoléon Bonaparte à l'âge de seize ans. Auditeur au Conseil d'État en 1808, puis conseiller d'État en 1810, il entre l'année suivante dans la diplomatie comme secrétaire d'ambassade à Naples en 1811.

Premier secrétaire d'ambassade à Turin en 1814, il y assure les fonctions d'ambassadeur par intérim en 1816 et est chargé de l'extradition de Didier et des autres personnes impliqués dans les troubles de Grenoble. Il est nommé premier secrétaire de légation à Saint-Pétersbourg en 1819.

Il passe ministre plénipotentiaire à Stockholm en 1823, puis à Rio de Janeiro en 1826. Il prit part avec succès à deux importantes négociations au Brésil : la séparation du Portugal et du Brésil sous la même couronne et l'adoption par le Brésil du droit maritime français.

Lors de son mariage le 22 décembre 1826 avec Catherine Davydov, fille du général Alexandre Lvovitch Davydov et petite-fille du duc Antoine-Louis-Marie de Gramont et d'Aglaé de Polignac, le roi Charles X se chargea de la dot et de la corbeille.

Gabriac est nommé ambassade en Suisse en 1829 et est chargé de faire modifier le code pénal auquel étaient soumis les soldats suisses au service du roi Charles X. Attaché à la branche ainée des Bourbons, il quitte son ambassade après la Révolution de Juillet 1830 et resta en dehors de la vie publique durant plusieurs années.

Sur l'insistance de l'ancien ministre des Affaires étrangères, le comte Horace Sébastiani (second époux d'Aglaé de Gramont, sa belle-mère), Gabriac accepte de finalement reprendre sa place dans le corps diplomatique et est envoyé en mission spéciale au Mexique en 1837 et à Washington en 1839.

Le marquis de Gabriac est nommé pair de France le , puis sénateur en .

Il fut vice-président du Comité consultatif du contentieux au Ministère des Affaires étrangères.

Le 4 avril 1856, il assiste à la fondation de L'Œuvre des Écoles d'Orient[1] (connue actuellement sous le nom de L'Œuvre d'Orient)[2] et est membre de son 1er Conseil général[3] du 25 avril 1856.

Il est le père d'Alexandre (1827-1898), jésuite et homme de lettres, et de Joseph Jules (1830-1903), ambassadeur.

Il est inhumé au cimetière Montmartre dans une chapelle où reposent de nombreux membres de sa famille.

PublicationsModifier

  • La question Brésilienne (1829)
  • Les républiques de l'Amerique du Sud considérées dans leur avenir (1851)
  • Dom Pedro I., notes et souvenirs personnels (1854)
  • De l'origine de la guerre d'Italie et des conséquences de la paix de Villafranca (1859) [1]
  • Souvenirs d'un secrétaire d'ambassade à Naples de 1811 à 1814, excursion dans la principauté de Bénévent (1891)

Notes et référencesModifier

  1. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  2. https://oeuvre-orient.fr
  3. Voir le 1er fascicule de l’Œuvre des Écoles d’Orient publié à Paris, le 25 avril 1856 mentionnant la composition de son 1er Conseil Général

SourcesModifier

  • « Gabriac (Alphonse-Joseph-Paul-Marie-Ernest de Cadoine, marquis de) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Les Sénateurs du Consulat dt de l'Empire
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains: contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Volume 1, 1858
  • Jean Charles Biaudet, La Suisse et la monarchie de juillet, 1830-1838, 1941
  • « Gabriac (Paul-Joseph-Alphonse-Marie-Ernest de Cadoine) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1863-1890, 15 vol. [détail des éditions].
  • Fredrik Ulrik Wrangel, Liste des diplomates franc̜ais en Suède 1541-1891, 1891

Voir aussiModifier