Ouvrir le menu principal

Alaric Ier

roi des Wisigoths de 395 à 410

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaric.

Alaric Ier
Illustration.
Alaric Ier représenté dans la Chronique de Nuremberg.
Titre
Roi des Wisigoths
Prédécesseur Athanaric
Fritigern
Successeur Athaulf
Biographie
Titre complet Roi des Wisigoths
Dynastie Balthe
Date de naissance vers 370
Lieu de naissance Pteros (en Dobrogée)
Date de décès
Lieu de décès en Calabre
Nature du décès fièvre
Père Alaviv
Conjoint fille de Modaharius
Enfants Pélagie
Pédauque reine des Wisigoths

Alaric Ier (en gotique, 𐌰𐌻𐌰𐍂𐌴𐌹𐌺𐍃), né vers 370 à Pteros (en Dobrogée, dans l'actuelle Roumanie), mort en 410 en Italie, est un aristocrate wisigoth, roi des Wisigoths de 395 à 410. Il est particulièrement connu, en raison de la prise et du pillage d'Athènes en 396, puis de Rome en 410.

Sommaire

BiographieModifier

Origine et formationModifier

Alaric appartient à une famille noble, membre du clan des Balthes. Selon Herwig Wolfram, il était le fils d'Alaviv.

 
Alaric, reproduction photographique de 1894 d'une peinture de Ludwig Thiersch.

Il naît dans le castrum de Platei Pegiae, aux bouches du Danube, à l'époque où les Wisigoths (alors nommés Thervingues) se trouvent, depuis le traité de 332 avec Constantin, pourvus du statut de fédérés (fœderati[1]), occupant le territoire de l'ancienne province de Dacie, abandonnée récemment par Rome.

Durant son enfance, il participe sous la direction de Fritigern et Alaviv au grand déplacement des Wisigoths : l'entrée dans l'Empire romain en 376 afin d'échapper à la menace des Huns ; la bataille d'Andrinople en 378, où est tué l'empereur Valens, remplacé par Théodose ; le nouveau traité de fédération de 382, qui installe les Wisigoths en Mésie.

En 394, il devient chef des fédérés wisigoths et participe, sous les ordres de Stilicon, à la campagne contre l'usurpateur Eugène dans les parages de la rivière Frigidus. Lors de la bataille qui s'ensuit, les Goths n'ayant ni ravitaillement, ni soutien des Romains, ressentent l'attitude impériale comme une trahison : ils repartent vers l'Est et rejoignent la Mésie en pillant tout sur leur passage, mais là, ils se retrouvent face aux Huns qui viennent de franchir le Danube.

En 395, Théodose meurt, partageant son empire entre ses deux fils, Arcadius en Orient et Honorius en Occident.

Roi des Wisigoths (395) et première invasion de l'Italie (400-403)Modifier

Alaric espère recevoir un grand commandement à l'occasion du changement de règne, mais cela lui est refusé, et de plus les fœderati sont spoliés de leur part de butin. Ils acclament Alaric roi, et celui-ci envahit et pille la Thrace, la Macédoine et le Péloponnèse en 395-396, mettant à sac les prestigieuses cités grecques et vendant leurs habitants comme esclaves. Aux frontières de l'Élide et de l'Arcadie, ils se heurtent aux troupes de leur ancien commandant, Stilicon qui les force à évacuer le Péloponnèse. Sans doute dans l'espoir de neutraliser Alaric, Arcadius le nomme « Maître des Milices en l'Illyrie », importante province romaine. Il se trouve donc général de l'armée romaine qui commande une légion palatine, six auxilia palatines, huit légions comitatenses, neuf légions pseudo-comitatenses et deux corps de cavalerie conduites chacune par un comte (vexillationes) soit près de 150 000 hommes[2]. La plupart des historiens pensent que ce contingent correspond à l'effectif des Goths, environ cent mille hommes. Malgré la puissance évoquée par son titre et ses hommes, Alaric est sous l'autorité du Préfet du Prétoire et ne peut collecter directement les impôts alors que son titre le lui permet.

Le 12 juillet 400, les Goths assiègent Constantinople mais se font massacrer ; à l'annonce de cette nouvelle, Alaric s'allie avec le chef Ostrogoth Radagaise, marche sur l'Italie et en dévaste toute la partie nord, avant d'être arrêté de nouveau par Stilicon, le 6 avril 402. Stilicon n'extermine pas les troupes d'Alaric, espérant peut-être en faire des mercenaires. Après une autre défaite à la bataille de Vérone, Alaric quitte l'Italie en 403 pour revenir en Illyrie. À cause de son invasion, l'empereur quitte Rome en 402 et la capitale de l'empire d'Occident passe de Milan à Ravenne (Rome, délaissée par les empereurs depuis bien des années, n'était plus la capitale de l'Empire).

Seconde invasion de l'Italie (408-410)Modifier

Mort d'Arcadius et de StiliconModifier

En 408, Arcadius meurt. Alaric en profite pour demander à être payé pour cesser la guerre, et réclame la somme de 2 000 kg d'or, que Stilicon fait promettre au Sénat romain de payer. Alaric reçoit alors le titre de « Maître des Milices des Gaules »[3] dans l'espoir qu'il se débarrasse de l'usurpateur Constantin.

Quelques mois plus tard, Honorius, jaloux du prestige et du pouvoir de son général et influencé par ses favoris, fait tuer Stilicon et ses proches. Dans la confusion qui s'ensuit, les troupes romaines massacrent les familles des fœderati, qui rejoignent alors en grand nombre les troupes d'Alaric. En septembre 408, Alaric franchit de nouveau les Alpes et assiège Rome. Les habitants affamés finissent par accepter de payer plus de 2 500 kg d'or, 15 000 kg d'argent, 4 000 robes de soie, 3 000 peaux teintes en pourpre et 1 500 kg de poivre.

Alaric établit un camp permanent en Toscane et organise son armée. Il est rejoint par Athaulf et ses cavaliers.

Le siège et la prise de Rome (409-410)Modifier

 
Sac de Rome en 410
(miniature française du XVe siècle).

Alaric réclame également un vaste territoire entre le Danube et la Vénétie, ainsi que le titre de commandant en chef de l'armée impériale. Protégé à Ravenne, Honorius refuse. En 409, Alaric met de nouveau le siège devant la « Ville éternelle ». Le Sénat romain s'accorde alors avec lui pour instituer un nouvel empereur, le faible Priscus Attale, qui s'avère vite incompétent, et perd la riche province d'Afrique, grenier de l'Empire, tenue par les partisans d'Honorius. Alaric doit faire face à des émeutes frumentaires à Rome et à des légions envoyées par le neveu d'Honorius, Théodose II. Il chasse Priscus Attale, et tente d'ouvrir de nouveau des négociations avec Honorius. Après leur échec, il fait une troisième fois le siège de Rome, en 410. En voyant les hautes murailles de la ville, qui semblent quasiment imprenables, il dit : « …plus l'herbe est drue, plus elle est facile à faucher… ». Il prend la ville sans grande difficulté, car on lui ouvre tout simplement l'une des portes, et c'est alors le célèbre sac de Rome d'août 410, le premier depuis la prise de la ville par des Celtes au IVe siècle av. J.-C.. Le pillage dure à peine trois jours ; les Goths épargnent tous ceux qui trouvent refuge dans les lieux saints[4], et rendront ensuite aux basiliques tout ce qui leur a été pris. Galla Placidia, fille du défunt Théodose et sœur de l'empereur Flavius Honorius, est retenue captive dans la ville par les Goths[5]. Cette violation de l'ancienne capitale impériale, tombant aux mains des « Barbares », marque durablement les esprits dans les deux empires.

Tentative de gagner l'Afrique et mort d'AlaricModifier

Peu de temps avant sa mort, Alaric pille l'Italie du Sud, et tente d'envahir l'Afrique, mais ses navires sont détruits par une tempête. Lui-même meurt d'une fièvre, à la fin de l'année 410 en Calabre, dans l'actuelle province de Cosenza. Selon une légende citée déjà vers 550 par Jordanes[6], il serait enterré sous le lit de la rivière Busento[7], qui coule à Cosenza : la rivière est détournée, la tombe creusée, son corps est inhumé avec un important trésor, puis la rivière recouvre son cours. Les esclaves ayant creusé la tombe sont mis à mort pour garder le secret. Son successeur est son beau-frère Athaulf.

 
Inhumation d'Alaric dans le lit du fleuve Busento.

Représentations artistiquesModifier

  • 1687 : Alaric le Balte, ou l’audacieux roi des Goths, opéra en trois actes, d'Agostino Steffani.
  • 1952 : dans l'album de Tif et Tondu « Le Trésor d'Alaric », les héros partent à la recherche du trésor du roi wisigoth.
  • 1990 : Jean d'Ormesson écrit une Histoire du Juif Errant où le héros rencontre Alaric avant le sac de Rome en 410 et permet d'éviter sa destruction totale par le chef des Goths. Alaric éteint seulement le feu sacré des Vestales entretenu depuis plus de mille ans. À la mort d'Alaric, le héros donne l'idée d'enterrer le corps du roi sous le lit du fleuve Busento.
  • 1989 : Pierre Michon publie chez Fata Morgana un ouvrage intitulé "L'Empereur d'Occident" dans lequel Alaric est raconté par Priscus Attale.

Notes et référencesModifier

  1. De fœdus, "traité" : un peuple fédéré est un peuple barbare ayant signé un traité d'alliance avec Rome ; il obtient certains avantages en échange de certaines obligations militaires.
  2. selon la Notitia Dignitatum Imperii
  3. Zosime, V,31, 4-6.
  4. (la) Hydace de Chaves, Hydatii Gallaeciae episcopi chronicon (lire en ligne), "Alaricus, rex Gothorum, Romam ingressus, cum intra et extra urbem caedes agerentur, omnibus indultum est qui ad sanctorum limina confugerunt. "
  5. (la) Hydace de Chaves, Hydatii Gallaeciae episcopi chronicon (lire en ligne), "Placidia Theodosii filia, Honorii imperatoris soror, a Gothis in urbe capta"
  6. Jordanes, Histoire des Goths, Paris, 1995.
  7. Voir la description de cet enterrement que donne Pierre Michon dans L'empereur d'Occident (Fata Morgana, 1989 ; réédition Verdier, 2007).

Voir aussiModifier

Sources anciennesModifier

  • Sidoine Apollinaire, Lettres, V, 9.1. Édition Les Belles-Lettres (Collection des Universités de France), Tome II (Correspondance, livres I-V), 199. Texte établi et traduit par André Loyen. (ISBN 2251012486)
  • Grégoire de Tours, Histoire des Francs, II, 9. Histoire des Francs, éd. Belles lettres, coll. « Classiques de l'Histoire », Paris, 1980. (ISBN 2251340378)
  • Marcellinus, Chroniques, 379-444.
  • Zosime Histoire nouvelle. Livre V. Belles lettres texte établi par François Paschoud. (ISBN 978-2-251-00391-7)

BibliographieModifier

Articles connexesModifier