Pierre Michon

écrivain français
Pierre Michon
Pierre Michon.jpg
Pierre Michon en septembre 2007 aux Rencontres de Chaminadour à Guéret.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Elodie Chamblas-Montel
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Pierre Michon, né le à Châtelus-le-Marcheix – au hameau des Cards – dans la Creuse, est un écrivain français.

BiographieModifier

FamilleModifier

Pierre Michon naît à Châtelus-le-Marcheix dans la maison de ses grands-parents maternels[1]. Il est le deuxième enfant d'Aimé Michon, lui-même fils d'Eugène Michon et de Clara, née Jumeau, et d'Andrée Gayaudon, fille de Félix Gayaudon et d'Élise, née Mouricaud. Le premier enfant d'Aimé et d'Andrée est une fille, prénommée Madeleine, née à l'automne 1941 et morte prématurément « le au matin »[2]. Le jeune Pierre est élevé par sa mère, institutrice, après que son père a quitté le foyer.

Formation et débutsModifier

Il passe son enfance à Mourioux puis au lycée Notre-Dame de Guéret, où il est pensionnaire.

Il étudie ensuite les lettres à Clermont-Ferrand et veut consacrer à Antonin Artaud un mémoire de maîtrise, projet qu'il abandonne. Il voyage par la suite dans toute la France, ayant rejoint une petite troupe de théâtre ; il n'exerce pas de profession stable.

ReconnaissanceModifier

Pierre Michon se fait connaître en 1984 avec Vies minuscules qui reçoit le prix France Culture.

En 2009, il publie Les Onze, livre dans lequel il évoque l'histoire du peintre Corentin et celle de la Révolution française à partir de la description d'un grand tableau représentant les onze membres du Comité de salut public (Robespierre, Saint-Just, Barrère, etc.) pendant la Terreur, tableau qui serait exposé au Louvre — en réalité le peintre et le tableau sont fictifs. Pour ce roman, il reçoit le le grand prix du roman de l'Académie française[3].

En 2015 lui est attribué, pour l’ensemble de son œuvre, le premier prix Marguerite-Yourcenar[4].

Vie privéeModifier

Le , il devient père d'une fille prénommée Louise dont la mère est Yaël Pachet (née en 1968)[5], fille de Pierre Pachet (1937-2016), sœur de François Pachet, et cousine de Colombe Schneck et d'Antoine Schneck.

DécorationsModifier

Style et influencesModifier

Pierre Michon vise avant tout un travail attentif et soigné de la langue ; dans ce sens, on peut rapprocher ses écrits de la poésie en prose : chaque mot doit pour lui être choisi précisément et avoir une signification propre dans la phrase. Par le même travail, l'écriture de Michon aspire à l'oralité, dans le sens où chaque phrase a une musicalité qui la rapproche d'un discours ou d'un texte poétique chanté. Le premier point a amené certains auteurs[Qui ?] à trouver dans les écrits de Michon une influence des grands orateurs du XVIIe siècle. Quant au second point, on peut y voir une influence de la poésie chantée des troubadours du Moyen Âge, et comme une tentative de retour au langage parlé, avec lequel, semble-t-il, le lien s'est estompé.[réf. nécessaire]

Dans son ouvrage Le Roi vient quand il veut, Michon expose sa vision de la littérature et ses buts littéraires. Il explique notamment son rapport à la peinture, dont on a un exposé dans Les Onze ; ou son rapport à Rimbaud, à qui il a consacré Rimbaud le Fils, ou encore son admiration pour le roman de Flaubert Madame Bovary, dans lequel on trouve, selon lui, une richesse inégalée dans la littérature, à part peut-être dans la Bible. Il s'intéresse également aux vertus du récit bref, l'un de ses domaines d'écriture favoris :

« Je voudrais que, le livre une fois refermé, l'épure de ce récit minimal soit claire au lecteur, strictement évidente et longuement résonnante comme le sont les rimes d'un sonnet. Cette joie de la totalité embrassée et comprise est évidemment inaccessible au lecteur de roman, dont la lecture entrecoupée a pu durer une semaine, et à qui ne reste, le livre fini, qu'une tonalité générale, un feeling : une vague frustration accompagne cette trop grande liberté de lecture. Pour parler franc : le récit bref permet de tenir en main le lecteur, de lui interdire la lecture plurielle, de lui ôter sa liberté et de le charmer au sens fort[réf. nécessaire]. »

Comme il l'a déclaré lui-même dans ce même ouvrage, on peut le rapprocher d'autres auteurs contemporains, notamment Pierre Bergounioux[8].

PublicationsModifier

PostfacesModifier

ArticleModifier

  • « La terre, on en porte le deuil »[11], article paru dans Paris Match

Autres prixModifier

Parmi les autres prix reçus par Pierre Michon, on peut citer[12] :

Adaptations au théâtreModifier

  • Intégrale de Vies minuscules, mise en scène par Jean-Christophe Cochard, Théâtre de l'Argile
  • Vie de Joseph Roulin, mise en scène de Guillaume Delaveau (Le Grand T, Nantes, 2009)[13]

FilmographieModifier

Radio, lectureModifier

Notes et référencesModifier

  1. De nombreuses informations sur sa famille sont données dans Vies minuscules qu'il publie en 1984.
  2. Pierre Michon, Vies minuscules, éditions Gallimard, , 256 p. (ISBN 978-2-07-040118-5), p. 241.
  3. « Le Prix du Roman de l'Académie à Michon », dépêche AFP du 29 octobre 2009.
  4. a et b Laurence Houot, « Pierre Michon : premier lauréat du Prix Marguerite Yourcenar pour l'ensemble de son œuvre », sur Culturebox, (consulté le ).
  5. (en) « Corps du roi for free by Pierre Michon », sur ekuntienda.com (consulté le ).
  6. Arrêté du 31 août 2018 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  7. Anne-Sophie Pic, Yvan Attal et Laurence Haïm parmi les nouvelles nominations dans l’ordre national du Mérite
  8. Le Roi vient quand il veut : propos sur la littérature de Pierre Michon, édition Le Livre de poche numéro 31892.
  9. Voir sur editionsdelherne.com.
  10. « l’Anaristopathe n°2 », anaristopathe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Voir sur parismatch.com.
  12. Les prix littéraires de Pierre Michon, sur le site des éditions Verdier.
  13. Vie de Joseph Roulin, Le Grand T.
  14. Voir sur franceculture.fr.
  15. Voir sur culturesfrance.com.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Thierry Bouchard :
    • article « Pierre Michon », Dictionnaire des auteurs, Paris, éd. Laffont-Bompiani, coll. « Bouquins », 1994
    • article Vies minuscules, Dictionnaire des œuvres, Paris, éd. Laffont-Bompiani, coll. « Bouquins », 1994
  • Vincent Pélissier, Autour du Grand Plateau (Pierre Bergounioux, Alain Lercher, Jean-Paul Michel, Pierre Michon, Richard Millet), Tulle, Éditions Mille Sources, 2002
  • Jean-Pierre Richard, Quatre lectures, Fayard, 2002
    Sur quatre auteurs : Yves Bichet, Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Dominique Barbéris.
  • Sylviane Coyault-Dublanchet, La Province en héritage. Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Richard Millet, Genève, Librairie Droz, 2002
  • Pierre Michon. L’écriture absolue, textes réunis par Agnès Castiglione, publication de l’université de Saint-Étienne, 2002
  • Dominique Viart, Les Vies minuscules de Pierre Michon, Paris, Gallimard, 2004
  • Ivan Farron, Pierre Michon. La Grâce par les Œuvres, Genève, Zoé, 2004
  • Carnets de Chaminadour, no 3, actes des Rencontres de Chaminadour 2007, publication de l’ALMJAC, Guéret-Creuse
  • Agnès Castiglione, Pierre Michon, Culturesfrance/Textuel, Paris, 2009, coll. « Auteurs » (ISBN 978-2-35476-055-7 et 978-2-84597-320-6) Avec 1 CD audio, archives INA, extraits des cinq émissions Pierre Michon/Colette Fellous À voix nue. Grands entretiens d'hier et d'aujourd'hui, France Culture.
  • Patrick Crowley, Pierre Michon: The Afterlife of Names, Oxford, Peter Lang, 2007
  • Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent, Paris, Bordas, 2005 ; édition augmentée, 2008
  • Laurent Bourdelas, Du Pays et de l'exil - Un abécédaire de la littérature du Limousin, postface de Pierre Bergounioux, Limoges, Les Ardents Éditeurs, 2008
  • Jean-Pierre Richard, Chemins de Michon, Lagrasse, Verdier, 2008
  • Ivan Farron, L'Appétit limousin. Quelques réflexions sur Les Onze de Pierre Michon, Lagrasse, Verdier, 2011
  • Pierre Michon. La lettre et son ombre, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Paris, Gallimard, 2013
  • Pierre Michon, fictions & enquêtes, dir. Agnès Castiglione, Nantes, Théodore Balmoral, 2015
  • Michon, Cahier de L'Herne no 120, 2017 (ISBN 9782851971906)
  • Annie Mavrakis, L'Atelier Michon, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2019
  • Jean-Claude Pinson, Sur Pierre Michon, Trois chemins dans l'œuvre, Paris, Fario, coll. « Théodore Balmoral », 2020 (ISBN 979-10-91902-55-7)
  • Laurent Demanze, Pierre Michon, l'envers de l'histoire, Paris, éditions José Corti, coll., 2020 (ISBN 979-10-91902-55-7)
RevuesModifier

EntretienModifier

Liens externesModifier