Adrienne Monnier

libraire, éditrice de livres et poétesse française

Adrienne Monnier, née le à Paris où elle est morte le , est une libraire, éditrice de livres, organisatrice de soirées et rencontres littéraires, écrivaine et poétesse française.

Adrienne Monnier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Libraire, éditrice, écrivaine, poétesse
Fratrie
Autres informations
Domaine

BiographieModifier

Parisienne de naissance, fille d'un salarié des postes, Adrienne Monnier reçoit, ainsi que sa sœur l'artiste Marie Monnier, une éducation soignée. Elle obtient son brevet et devient dans la foulée secrétaire d'Yvonne Sarcey[1], fille du célèbre journaliste et critique dramatique Francisque Sarcey qui la met en contact avec le milieu littéraire de l'avant-guerre.

Le [2], Adrienne ouvre la librairie La Maison des Amis des Livres au 7, rue de l'Odéon à Paris, qui fait également office de bibliothèque de prêt et où elle organise des séances de lectures publiques et des expositions.

Elle y accueille de nombreux écrivains : Paul Fort, Paul Valéry, Gisèle Freund, Pascal Pia, Jules Romains, Djuna Barnes, James Joyce, Gertrude Stein, Louis Aragon, Ezra Pound, Marianne Moore, Charles Vildrac, Georges Duhamel, Ernest Hemingway, Jacques Lacan, Francis Scott Fitzgerald, Léon-Paul Fargue, André Gide, Walter Benjamin, Nathalie Sarraute, Valery Larbaud, André Breton, Simone de Beauvoir, Jacques Prévert, Jacques Benoist-Mechin, Maurice Saillet et des musiciens, notamment Francis Poulenc et Erik Satie.

Elle fut la compagne de Sylvia Beach, qui ouvrit en 1919 (au 8 rue Dupuytren) la célèbre librairie Shakespeare and Company qui, en , migra au 12 rue de l'Odéon. Ainsi naquit LOdéonie qui fut un des foyers les plus actifs de la vie culturelle parisienne de l'entre-deux-guerres.

En 1919, Satie compose sa Marche de Cocagne pour l'almanach de cocagne des Éditions de La Sirène, qui deviendra l'hymne des « Potassons », surnom des membres de la librairie.

Lorsqu'en 1922, Sylvia Beach publie l'édition originale du roman de James Joyce, Ulysses, Adrienne Monnier en publiera la première traduction en français en 1929.

Adrienne Monnier était aussi la directrice de la revue littéraire Le navire d'argent [3].

Atteinte de la maladie de Menière, diagnostiquée en , elle se suicidera le .

PostéritéModifier

Le professeur Jean Bernard, qui fut un fidèle de la librairie pendant 18 années, y découvrant à 14 ans (juin 1921) Barnabooth et Sous les Yeux d'Occident, a décrit dans un livre de souvenirs Adrienne Monnier « siégeant, face à la rue, au centre d'une sorte de chaire, d'enceinte fortifiée à l'intérieur de laquelle était ménagée une ruelle pour les amis intimes (...) spirituelle, gourmande, experte en belles lettres et en bonne cuisine, toujours avenante, enjouée, apte à saisir le gai, le souriant, alliant l'amour des livres à l'amour des lecteurs. »

En 1956, le Mercure de France publie un numéro spécial : Le Souvenir d'Adrienne Monnier (no 1109).

En 1960, Albin Michel fait paraître un recueil de souvenirs intitulé Rue de l'Odéon, réédité en 1989 et en 2009 et complété par Maurice Imbert de textes d'Yves Bonnefoy, Pascal Pia, Julius Eisenstein et Paul Claudel.

L’ouvrage de Laure Murat Passage de l'Odéon, publié en 2003 chez Fayard, est la première étude d'envergure sur le sujet.

PublicationsModifier

  • Les Gazettes (Gallimard, 1960);
  • La Figure, poèmes (René Julliard, 1923);
  • Les Vertus, poèmes (Julliard, 1926);
  • Fableaux (Julliard, 1932);
  • Souvenirs de Londres, avec une lettre de Michel Leiris (Mercure de France, 1957.

Notes et référencesModifier

  1. « Adrienne Monnier et La Maison des Amis des Livres, 7, rue de l'Odéon », sur www.sh6e.com (consulté le )
  2. Magazine littéraire no 293, novembre 1991, p. 4.
  3. Le navire d'argent (lire en ligne sur Gallica).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Sylvia Beach, Shakespeare and Company (Mercure de France, 1960);
  • Laure Murat, Passage de l'Odéon (Fayard, 2003):
  • Trois agendas d'Adrienne Monnier, texte établi et annoté par Maurice Saillet et publié par ses amis (Paris, 1960);
  • Les Gazettes d'Adrienne Monnier 1925-1945 (René Julliard, 1953);
  • Jean Bernard, Mon beau navire (Buchet-Chastel, 1980).
  • Saint-John Perse, Œuvres complètes, « Adrienne Monnier », dans : Hommages, Paris : Gallimard, collection de la Pléiade, 1972, pp. 486-487.

Liens externesModifier