42e division d'infanterie (Empire allemand)

42e division d'infanterie
Création 1912
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Division d'infanterie
Garnison Sarrebourg[1]
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - bataille de Morhange
1914 - Bataille de la trouée de Charmes
1914 - Bataille du Grand-Couronné
1914 - bataille d'Albert
1915 - Seconde bataille des lacs de Mazurie
1915 - Offensive de Gorlice-Tarnów
1916 - Offensive du lac Narotch
1917 - Offensive Kerenski
1917 - Bataille de Riga
1917 - Opération Albion
1918 - Bataille de la Lys
1918 - Bataille de la Marne
(Bataille du Soissonnais)
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Offensive Meuse-Argonne)

La 42e division d'infanterie est une unité de l'armée allemande qui combat lors de la Première Guerre mondiale. Au déclenchement de la guerre elle forme, avec la 31e division d'infanterie, le 21e corps d'armée (de) rattaché à la 6e armée allemande. La 42e division d'infanterie combat en Lorraine vers Dieuze, vers Lunéville et au nord de Nancy. Elle est ensuite transférée sur la Somme puis occupe un secteur dans cette région jusqu'au début de 1915.

En 1915 la 42e division d'infanterie est transférée sur le front de l'Est en Prusse orientale. Elle combat à la seconde bataille des lacs de Mazurie puis est engagée lors de l'offensive de Gorlice-Tarnów et occupe ensuite un secteur du front dans la région du lac Narotch durant l'année 1916. En 1917 la division est transférée en Galicie pour s'opposer à l'offensive Kerenski de retour au nord dans les pays baltes, elle participe à la prise de Riga et à l'opération Albion. En la division est stationnée sur le front de l'Ouest et combat dans les Flandres à la bataille de la Lys puis est engagée dans la bataille du Soissonnais. Elle est ensuite utilisée dans les combats défensifs de l'été et de l'automne. Après la signature de l'armistice la division est ramenée en Allemagne où elle est dissoute au cours de l'année 1919.

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Temps de paix, début 1914Modifier

97e régiment d'infanterie (Sarrebourg)
138e régiment d'infanterie (Dieuze)
17e régiment d'infanterie (de) (Morhange)
131e régiment d'infanterie (Morhange)
  • 42e brigade de cavalerie (Sarrebourg)
11e régiment d'uhlans (de) (Sarrebourg)
15e régiment d'uhlans (de) (Sarrebourg)
  • 42e brigade d'artillerie de campagne (Sarrebruck)
8e régiment d'artillerie de campagne
15e régiment d'artillerie de campagne

Composition de la mobilisation à 1915Modifier

  • 59e brigade d'infanterie
97e régiment d'infanterie
138e régiment d'infanterie
  • 65e brigade d'infanterie
17e régiment d'infanterie
131e régiment d'infanterie
  • 42e brigade d'artillerie de campagne
8e régiment d'artillerie de campagne
15e régiment d'artillerie de campagne

1916Modifier

  • 65e brigade d'infanterie
17e régiment d'infanterie
131e régiment d'infanterie
138e régiment d'infanterie
  • 42e brigade d'artillerie de campagne
8e régiment d'artillerie de campagne
15e régiment d'artillerie de campagne
  • 1(er ?) escadron du 7e régiment de dragons
  • 2e et 3e compagnies du 27e bataillon de pionniers

1917Modifier

  • 65e brigade d'infanterie
17e régiment d'infanterie
131e régiment d'infanterie
138e régiment d'infanterie
  • Bataillon de réserve de jäger (chasseurs) de la Garde
  • 42e commandement d'artillerie divisionnaire
15e régiment d'artillerie de campagne
  • 1(er ?) escadron du 7e régiment de dragons
  • 2e et 3e compagnies du 27e bataillon de pionniers

1918Modifier

  • 65e brigade d'infanterie
17e régiment d'infanterie
131e régiment d'infanterie
138e régiment d'infanterie
  • 42e commandement d'artillerie divisionnaire
15e régiment d'artillerie de campagne
2e bataillon du 15e régiment d'artillerie à pied (4e, 11e et 12e batteries)
  • 1(er ?) escadron du 7e régiment de dragons
  • 2e et 3e compagnies du 27e bataillon de pionniers

HistoriqueModifier

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la 42e division d'infanterie forme, avec la 31e division d'infanterie, le XXIe corps d'armée rattaché à la VIe armée allemande.

1914Modifier

 : retrait du front dans la région de Dieuze.

1915 - 1916Modifier

  • -  : retrait du front, transport par V.F. sur le front de l'Est avec la 31e division d'infanterie en Prusse orientale pour renforcer la VIIIe armée allemande du général Hindenburg[2].
  • 4 -  : engagée dans la seconde bataille des lacs de Mazurie, combat dans la région de Augustów.
  • -  : occupation d'un secteur le long de la Biebrza.
  • 6 -  : combats violents autour de Sejny, violente contre-attaque russe le causant de fortes pertes.
  • -  : mouvement vers le Nord, la division occupe un secteur vers Mariampol.
-  : combats nombreux et violents.
18 -  : le Niémen est atteint, combats autour de Kauen.
 : prise de Vilnius.
 : le lac Narotch est atteint, le front est stabilisé.
  • -  : occupation d'un secteur comprenant Krewo, Smarhon, le lac Naratch et Tweretsch.
automne 1915 : le 97e régiment d'infanterie est transféré à la 108e division d'infanterie nouvellement créée[2].
-  : engagée dans l'Offensive du lac Narotch, violentes attaques russes qui entraine de fortes pertes. Combats intenses vers Pastavy.

1917Modifier

  • -  : transport en Galicie orientale et occupation d'un secteur à l'est de Zolotchiv.
14 -  : bataille autour de Zolotchiv, engagée dans la contre-attaque allemande suivant l'offensive Kerenski.
-  : combat le long de la Siret.
  • - 1er septembre : retrait du front, transport en Lituanie.
  • 1er -  : engagée dans la Bataille de Riga.
  • -  : occupation d'un secteur et combat le long de la Daugava.
  • 11 -  : engagée dans l'opération Albion.
11 -  : conquête de l'île de Saaremaa.
17 -  : conquête de l'île de Muhu.
17 -  : conquête de l'île de Hiiumaa.
  • -  : occupation et défenses des îles conquises.
  • - 1er décembre : occupation d'un secteur le long de la Styr et de la Stochid.
  • 2 -  : retrait du front, concentration et transport vers le front de l'Ouest par Varsovie, Thorn, Posen, Leipzig, Dortmund, Cologne, Herbesthal, Bruxelles pour atteindre Ascq[3].
  • -  : repos dans la région de Lille.

1918Modifier

Chefs de corpsModifier

Grade Nom Date
Generalleutnant Hasso von Bredow (de) -
Generalleutnant Thilo von Hanstein -
Generalleutnant Ludwig von Estorff -
Generalmajor Carl Buchholtz -
Generalmajor Friedrich Zechlin -

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Durant l'année 1914, les pertes du 131e régiment d'infanterie s'élèvent à 87 officiers et 3 233 hommes.
  2. Durant son engagement dans la bataille de la Lys, la 42e division d'infanterie déplore la perte de 50 % de son effectif[3].
  3. Au cours de la bataille du Soissonnais, la 42e division d'infanterie a 1 400 hommes faits prisonniers[3].
  4. Au cours les combats défensifs du mois de septembre 1918, la 42e division d'infanterie perd 2 000 hommes, faits prisonniers[3].

RéférencesModifier

  1. Wegner 1990, p. 135
  2. a et b US Army 1920, p. 452
  3. a b c d e f et g US Army 1920, p. 453

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) United States Army, American Expeditionary Forces, Intelligence Section, Histories of Two Hundred and Fifty-one Divisions of the German Army which Participated in the War (1914–1918), Washington, Government Print Office, (ISBN 5-87296-917-1, lire en ligne)
  • (de) Gunter Wegner, Stellenbesetzung Der Deutschen Heere, 1815-1939 Die Hoheren Kommandostellen, vol. 1, Osnabruck, Bibliophile Books, (ISBN 3-7648-1780-1)

Articles connexesModifier