Ouvrir le menu principal

157e division d'infanterie (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 157e division d'infanterie.

157e Division d'Infanterie
Création 28 avril 1915
Dissolution 20 décembre 1918[1]
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1915 - Bataille de Champagne
1918 - 3e bataille de l'Aisne
1918 - bataille de Somme-Py
1918 - Bataille de Champagne et d'Argonne

La 157e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale. Elle fut connue lorsque deux régiments Américains l"intégrèrent, comme la 157e Red Hand Division (Division main rouge)

Les chefs de la 157e division d'infanterieModifier

  • -  : général Gillain
  • -  : général Tassin
  • -  : général Blazer
  • -  : général Brulard
  • -  : général Beaudemoulin
  • -  : général Goybet

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

HistoriqueModifier

1915Modifier

8 -  : engagée par éléments dans la 2e Bataille de Champagne : attaques françaises au nord de la ferme des Wacques. À partir du , tenue prête à intervenir, vers la ferme des Wacques.
  •  : retrait du front et transport par V.F. dans la région de Belfort ; repos. À partir du , repos vers Montbéliard et Héricourt. À partir du , travaux d'organisation défensive vers Delle et Saint-Hippolyte.

1916Modifier

 : coup de main allemand.

1917Modifier

  •  : retrait du front, mouvement vers Arches, par Mélisey, le Thillot et Rupt. À partir du , repos et instruction au camp d'Arches.
  •  : mouvement vers la région de Belfort, par Remiremont, le Thillot et Montreux-Château ; occupation d'un secteur entre la frontière suisse et le canal du Rhône au Rhin.
  •  : retrait du front ; transport par V.F., de Belfort, dans la région d'Épernay ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers Reims, et, à partir du , occupation d'un secteur entre Courcy et Loivre.
  •  : retrait du front ; repos vers Damery.
  •  : occupation d'un secteur entre Courcy et le sud du Godat, étendu à droite, le , jusque vers les Cavaliers de Courcy.

1918Modifier

 
Drapeau de la 157e division d'infanterie Française, dite « Red Hand Division », « division Main Rouge » commandée de mai à par le général Mariano Goybet[2].
  • 21 –  : retrait du front ; mouvement par étapes vers la région de Fismes ; repos et instruction ; puis mouvement vers le front.
  •  : 27 mai 1918, engagée dans la 3e bataille de l'Aisne : résistance, entre Saint-Mard et Maizy, à la poussée allemande ; puis repli vers la Marne ; occupation des points de passage de cette rivière, entre Chézy et La Ferté-sous-Jouarre.
  • 4 –  : mouvement par étapes vers Villenauxe ; repos et instruction.
  •  : transport par camions dans la région de Clermont-en-Argonne, puis occupation d'un secteur entre l'Aire et le bois d'Avocourt.
  • 13 -  : retrait du front ; repos vers la ferme de Grange-le-Comte.
  • -  : occupation d'un secteur vers le bois d'Avocourt et l'ouest de Forges, étendu à gauche, le , jusqu'au pont des Quatre Enfants.
  • 14 –  : retrait du front ; mouvement par étapes vers Vanault-les-Dames et Possesse ; repos dans la région de Valmy.
  •  : mouvement vers le front. Engagée, à partir du 28, sur les rives de la Dormoise, dans la bataille de Somme-Py (Bataille de Champagne et d'Argonne) et son exploitation : progression jusqu'à Monthois et Challerange.
  •  : retrait du front et repos vers Valmy. À partir du , transport par V.F. vers Bruyères. À partir du 13, occupation d'un secteur entre la haute vallée de la Weiss et de la Fave.

RattachementsModifier

  • Affectation organique :
Isolée d' à
34e corps d'armée, de à
8 -
-
1er

Notes et référencesModifier

  1. Historique du 333e régiment d'infanterie. Guerre de 1914-1918, Belley, Impr. Louis Chaduc ; libr. F. Montbarbon, , 72 p., p42, disponible sur Gallica
  2. Le 28 septembre, le général Mariano Goybet commandant la 157e division d'infanterie Française, a lancé ses troupes dans l'offensive Meuse-Argonne. Il a rompu le front devant Monthois. Un seul régiment était Français, le 333e. Deux de ses régiments (les 371e et 372e régiments d'infanterie américains) étaient composés d'Afro-Américains. Dans ses neuf premiers jours de combats dans le secteur de Meuse-Argonne, le 372e régiment peut être crédité d'avoir progressé de 8 kilomètres dans une défense très organisée. Dans le processus, il a fait prisonniers 600 Allemands, capturé 15 canons lourds, 20 minenwerfers et environ 150 mitrailleuses, ainsi qu'une quantité énorme de matériel d'ingénierie et de munitions d'artillerie. Le 372e a joué un rôle clé dans l'offensive Meuse-Argonne et subi des pertes de 500 hommes tués, blessés ou gazés dans l'action. Ils se sont battus vaillamment à Verdun, Bussy Ferme (où tous les officiers de la compagnie ont été tués ou blessés, et Séchault. Il a ensuite débordé les lignes et a participé à l’offensive en Champagne. Le 371e dans l'offensive Meuse-Argonne a pris la cote 188, Bussy Ferme, Ardeuil-et-Montfauxelles et Trières Ferme près de Monthois. Le régiment a capturé de nombreux prisonniers allemands, 47 mitrailleuses, 8 engins de tranchées, 3 pièces de campagne de 77 mm, un dépôt de munitions, de nombreux wagons et des quantités énormes de matériel. Il a abattu trois avions allemands au fusil et à la mitrailleuse lors de l'avance. Pendant les combats entre le 28 septembre et le 6 octobre 1918, les pertes, pour la plupart dans les trois premiers jours, ont été de 1 065 sur 2 384 soldats effectivement engagés. Le caporal Freddie Stowers s'est particulièrement distingué à l’assaut de la cote 188 près de Bussy ferme.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

articles connexesModifier

Liens externesModifier