Ouvrir le menu principal
Article principal : Libye.
État de Libye
دولة ليبيا

Depuis 2011

Drapeau
Drapeau de la Libye
Blason
Armoiries de la Libye
Devise الحرية والعدالة , « Liberté, justice, démocratie »)
Hymne Libye, Libye, Libye
Description de l'image Libya (orthographic projection).svg.
Informations générales
Statut Transition
(Déclaration constitutionnelle provisoire de la Libye)
Capitale Tripoli
Monnaie Dinar libyen
Chef de l'État
2011-2012 Moustapha Abdel Jalil
2012 Mohammed Ali Salim (intérim)
2012-2013 Mohamed Youssef el-Megaryef
2013 Giuma Ahmed Atigha (intérim)
2013-2016 Nouri Bousahmein (contesté)
depuis 2014 Aguila Salah Issa (contesté)
depuis 2016 Fayez el-Sarraj
Organes législatifs
2012-2016 (contesté à partir de 2014) Congrès général national
depuis 2014 Chambre des représentants
Chambre basse
depuis 2016 Haut Conseil d'État
Chambre haute
Organes exécutifs
2011-2012 Conseil national de transition
2012-2016 (contesté à partir de 2014) Gouvernement issu du Congrès général national et son président
depuis 2014 (contesté depuis 2016) Gouvernement issu de la Chambre des représentants et son président
depuis 2015 Conseil présidentiel[1]

Entités précédentes :

L'État de Libye est le nom donné au régime de la Libye durant sa période de transition qui dure depuis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011.

Cette transition est marquée par l'affrontement de plusieurs gouvernements depuis les élections législatives de 2014.

Sommaire

HistoireModifier

Fin du régime de KadhafiModifier

2011-2014 : Le Conseil national de transition prends le pouvoirModifier

2012-2014 : Le Congrès général national éluModifier

Article détaillé : Congrès général national.

Suite aux premières élections législatives depuis la "libération" du pays, le Congrès général national de 200 membres est investi et élit son président qui sera chef d'Etat de facto.

Depuis 2014 : La chambre des représentantsModifier

Article détaillé : Chambre des représentants (Libye).

En juin 2014, les élections législatives recueillent moins de 30 % de participation. En août, le gouvernement et la Chambre des représentants, le parlement nouvellement élu — qui doit remplacer le Congrès général national mais que les islamistes, battus aux élections, boycottent — déménagent à Tobrouk, à plus de 1 000 km de la capitale libyenne jugée trop dangereuse. Quelques semaines plus tard, la coalition « Aube de la Libye » (Fajr Libya) formée par les groupes islamistes, prend le contrôle de Tripoli et reforme le Congrès général national. Deux gouvernements se disputent alors la légitimité : celui de la Chambre des représentants, à Tobrouk, et celui du Congrès général national, à Tripoli. Le gouvernement de Tobrouk est cependant le seul à être reconnu par la communauté internationale.

Depuis 2016 : Le Conseil présidentiel et le Gouvernement d'union nationaleModifier

Face à l'urgence de la situation en Libye, et à la progression de l'État islamique, la communauté internationale pousse à la formation d'un nouveau gouvernement. Après plusieurs mois de négociations, Fayez el-Sarraj forme officiellement, le 12 mars 2016, un gouvernement « d'union nationale », initialement rejeté par les parlements de Tripoli et de Tobrouk. Grâce au soutien des Occidentaux, ce gouvernement peut s'installer fin mars à Tripoli ; il obtient ensuite un vote favorable des parlementaires de Tobrouk, et installe progressivement son autorité.

À l'issue d'une rencontre le 25 juillet 2017 entre le Premier ministre Fayez el-Sarraj issu du gouvernement d'entente nationale et le chef de l'Armée nationale libyenneKhalifa Haftar à La-Celle-Saint-Cloud, le Président de la République française Emmanuel Macron annonce qu'un accord a été trouvé pour l'organisation d’élections dans le pays au « printemps ».

SynthèseModifier

Notes et référencesModifier

  1. Aussi appelé Gouvernement d'union nationale, il est installé par l'ONU.