Ouvrir le menu principal

Khalifa al-Ghowel

homme politique libyen

Khalifa al-Ghowel
خليفة الغويل
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Libye[N 1]
(gouvernement de salut national)

(5 mois et 2 jours)
Gouvernement al-Ghowel
Prédécesseur Fayez el-Sarraj
Successeur Fayez el-Sarraj
[N 2]
(1 an et 4 jours)
Élection
Chef de l'État Nouri Bousahmein (de facto)
Gouvernement al-Ghowel
Législature Congrès général national
Prédécesseur Omar al-Hassi
Successeur Fayez el-Sarraj
Ministre de la Défense
(gouvernement de salut national, intérim)

(5 mois et 2 jours)
Gouvernement al-Ghowel
Prédécesseur al-Mahdi Ibrahim al-Barghathi
Successeur al-Mahdi Ibrahim al-Barghathi

(4 mois et 4 jours)
Chef de l'État Nouri Bousahmein (transition)
Premier ministre Lui-même
Gouvernement al-Ghowel
Successeur al-Mahdi Ibrahim al-Barghathi
Premier vice-Premier ministre libyen
(gouvernement de Tripoli)

(1 an, 2 mois et 25 jours)
Chef de l'État Nouri Bousahmein (transition)
Premier ministre Omar al-Hassi
Gouvernement al-Hassi
Successeur Abdell Moneïm Eddali
Biographie
Date de naissance (54-55 ans)
Nationalité libyenne
Profession Ingénieur[1]
Premiers ministres libyens

Khalifa al-Ghowel (arabe : خليفة الغويل), né en 1964[2], est un ingénieur et homme d'État libyen, Premier ministre investi par le Congrès général national de 2015 à 2016. Il est aussi premier vice-Premier ministre de 2014 à 2015 et ministre de la Défense par intérim de décembre 2015 à avril 2016. il reprend le pouvoir en octobre 2016 puis est de nouveau chassé en mars 2017.

BiographieModifier

Avant le 31 mars 2015, Al-Ghawil était député ou assistant d' Omar al-Hassi , Premier ministre du gouvernement contesté, basé à Tripoli. Après le limogeage d'Al-Hassi à la tête du GNC, il a été demandé à Al-Ghawil d'occuper le poste de Premier ministre pendant un mois, à titre temporaire. Le , il est nommé Premier ministre par intérim par le Congrès général national après la destitution d'Omar al-Hassi[3]. Son mandat devait initialement durer un mois[4]. Il est investi dès le lendemain[5].

Le 1er décembre suivant, il forme un nouveau gouvernement[6] et devient aussi ministre de la Défense par intérim.

Le , après l'arrivée de Fayez el-Sarraj à Tripoli, il se réfugie à Misrata[7] et présente sa démission le lendemain[8]. Le 5 avril suivant, son gouvernement annonce son ralliement au gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj[9]. Le lendemain cependant, Ghowel déclare n'avoir pas démissionné[10]. Il se replie alors à Misrata[11].

Depuis avril 2016, il est avec Nouri Bousahmein et Aguila Salah Issa, visé par des sanctions de l'Union européenne[12].

Le , Khalifa al-Ghowel annonce que son gouvernement reprend le pouvoir après s'être rendu maître de l'hôtel Rixos, siège du Haut Conseil d'État[13].

Le , il est de nouveau chassé du pouvoir puis quitte Tripoli après la prise par les forces du GNA de l'hôtel Rixos, combats au cours desquels il est blessé[14].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En concurrence avec Abdallah al-Thani à partir du et avec Fayez el-Sarraj à partir du . Ce dernier est cependant le seul reconnu par la communauté internationale.
  2. Par intérim jusqu'au .

RéférencesModifier

  1. Le Point, magazine, « Libye: le gouvernement d'union avance malgré un premier accroc », sur Le Point (consulté le 7 avril 2016)
  2. « Countries L » (consulté le 10 mars 2017)
  3. http://www.middleeasteye.net/news/head-libyas-tripoli-parliament-sacked-1732732306
  4. http://www.ft.com/intl/cms/s/0/38cc4400-d861-11e4-ba53-00144feab7de.html
  5. http://www.opemam.org/node/6431?language=en
  6. « GNC approves a mini-government » (consulté le 28 février 2016)
  7. « Libye : le chef du gouvernement rebelle Khalifa al-Ghwell a quitté Tripoli - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 1er avril 2016)
  8. « Tripoli Salvation Government resigns, hands power back to GNC - Libyan Express », sur Libyan Express (consulté le 4 avril 2016)
  9. « Libye : les autorités de Tripoli cèdent le pouvoir au gouvernement soutenu par l’ONU », Le Monde, 5 avril 2016
  10. Le Point, magazine, « Libye: le chef du gouvernement non reconnu de Tripoli refuse de partir », sur Le Point (consulté le 6 avril 2016)
  11. Frida Dahmani, Libye : le chef du gouvernement rebelle Khalifa al-Ghwell a quitté Tripoli, Jeune Afrique, 1er avril 2016.
  12. « Libye : Bruxelles prolonge les sanctions contre trois responsables - International - El Watan » (consulté le 6 octobre 2016)
  13. « Libye : un rival du gouvernement d’union affirme avoir repris le pouvoir », Jeune Afrique, 16 octobre 2016
  14. « Fighting in Libya’s Capital as One Government Seizes Another’s Compound » (consulté le 16 mars 2017)

Voir aussiModifier