Ouvrir le menu principal

Émile Deschanel

auteur et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deschanel.
Émile Deschanel
Émile Deschanel by Nadar.jpg
Émile Deschanel, photographié par Nadar.
Fonctions
Sénateur inamovible
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Archives conservées par

Émile Augustin Étienne Deschanel, né le à Paris et mort le , est un professeur, écrivain et homme politique français. Il est le père de Paul Deschanel, président de la République française en 1920.

BiographieModifier

Origines familialesModifier

Issu d'un milieu modeste, il est selon son acte de naissance le fils d'Étienne Martin Deschanel et de Marie Palmyre Jubline (1799-1849)[1]. Mais son acte de naissance est un faux, « Deschanel » étant le nom de famille de sa mère et « Jubline » celui de sa grand-mère maternelle. Il serait le fils d'un certain Édouard Martin, avocat à la Cour de cassation n'ayant pas voulu épouser sa maîtresse en raison de sa condition sociale mais qui s'occupe de la famille. Émile Deschanel a une sœur, Zélie, née neuf ans après lui, dans les mêmes conditions familiales[2].

Formation et débuts professionnelsModifier

Après avoir été scolarisé au collège Sainte-Barbe et au lycée Louis-le-Grand, où il côtoie Charles Baudelaire et où il affiche déjà des convictions républicaines, il entre à l'École normale supérieure, dont il sort en 1843[2]. Il devient alors professeur de rhétorique au collège Charlemagne, puis enseigne la littérature grecque à l'École normale supérieure à partir de 1845. Il exerce également au lycée Louis-le-Grand.

Ses œuvres les plus connues sont Études sur Aristophane (1867), Le Romantisme des classiques (1882) et les études controversées « Catholicisme et socialisme » (1850), qui provoquent son exil.

Opposition à BonaparteModifier

À partir de 1843, il contribue à La Revue indépendante, publiant des vers appelant à un régime démocratique, à la Revue des Deux Mondes, au National et à La Liberté de penser.

Partisan des droits de l'homme, il se réjouit de l'avènement de la IIe République et s'oppose à Louis-Napoléon Bonaparte lors de l'élection présidentielle de 1848. Il publie en 1850, dans La Liberté de penser, les études « Catholicisme et socialisme » ; il y relative l'influence de la religion catholique, critique Charles de Montalembert, théoricien du catholicisme libéral proche du pouvoir, et défend des mesures socialistes (crédit populaire, impôt progressif sur les successions). À la suite de ces écrits, le Conseil supérieur de l'instruction publique le révoque de l'École normale et du lycée Louis-le-Grand. Pour Victor Hugo, ce n'est pas tant pour cette publication qu'il est sanctionné mais « sa fierté et son talent »[2].

Exil en BelgiqueModifier

Le , le mois suivant le coup d'État de Bonaparte, Émile Deschanel est arrêté à son domicile et emprisonné. Trois jours plus tard, il est libéré et, interdit de séjour en France, contraint à l'exil.

Réfugié à Bruxelles, il écrit des feuilletons pour le journal L'Indépendance belge et tient des conférences de littérature, auxquelles assistent notamment Victor Hugo, Edgar Quinet et Alexandre Dumas. L'université de Lausanne (Suisse) lui propose d'enseigner en son sein, mais il décline la proposition, souhaitant quitter la Belgique pour regagner directement la France.

Il entretient une relation amoureuse avec une femme rencontrée dans l'assistance de ses conférences, Adèle Feignaux, née le d'un médecin belge et d'une mère anglaise. Ils se marient le et ont un fils, Paul, né le dans une maison de la rue de Brabant à Schaerbeek (Bruxelles). Dans son livre Le Bien et le mal qu'on a dit des enfants (1857), Émile Deschanel écrit que son fils « donne à votre esprit la patience nécessaire pour attendre que le triomphe de l'iniquité ait son terme et que le droit soit rétabli »[3]. Le parrain spirituel de l'enfant, qu'Edgar Quinet qualifie de « premier-né de la proscription », est Victor Hugo[2].

Retour en France et mandats de parlementaireModifier

En 1859, l’amnistie décidée par Napoléon III dans la foulée de la campagne d'Italie permet à Émile Deschanel et sa famille de rentrer en France. À nouveau, il écrit dans des journaux, notamment au Journal des débats politiques et littéraires, publie des ouvrages et anime des conférences. Il refuse de prêter serment au Second Empire, bien que le ministre Victor Duruy lui propose un poste de professeur de littérature française au Collège de France[4].

Député de la Seine de 1876 à 1881, il est l'un des signataires du manifeste des 363 en mai 1877. Il est ensuite, de 1881 à 1904, sénateur inamovible.

Il devient professeur au Collège de France en 1881.

En 1894, il est sans succès candidat à l'Académie française[5].

ArchivesModifier

Les papiers personnels de la famille Deschanel concernant notamment Emile Deschanel et son fils Paul Deschanel sont conservés aux Archives nationales sous la cote 151AP[6].

HommagesModifier

ŒuvresModifier

  • Catholicisme et socialisme, 1850
  • Le Mal qu'on a dit des femmes, 1854
  • Le Bien qu'on a dit des femmes, 1855
  • Les Courtisanes grecques, 1855
  • Le Bien qu'on a dit de l'amour, 1856
  • Le Mal et le bien qu'on a dit des enfants, 1857
  • Histoire de la conversation (1857)
  • Le mal et le bien qu'on a dit des femmes (1867)
  • La vie des comédiens (1860)
  • Causeries de quinzaine (1861)
  • Christophe Colomb et Vasco de Gama (1862)
  • Physiologie des écrivains et des artistes (1864)
  • Études sur Aristophane (1877)
  • A bâtons rompus (1868)
  • Le peuple et la bourgeoisie (1881)
  • Le romantisme des classiques (1882)
  • Pascal, La Rochefoucauld, Bossuet (1888)
  • Corneille, Rotrou, Molière, Les Don Juan de toutes les littératures (1891)
  • Les déformations de la langue française (1898)

RéférencesModifier

  1. Arlette Schweitz (dir. Jean-Marie Mayeur), Les Parlementaires de la Seine sous la Troisième République : dictionnaire biographique, vol. I, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles », (1re éd. 1981) (ISBN 978-2-85944-432-7, lire en ligne), p. 192.
  2. a b c et d Thierry Billard, Paul Deschanel, Paris, Belfond, , 16-20 p. (lire en ligne).
  3. Émile Deschanel, Le Bien et le mal qu'on a dit des enfants, Hetzel, , 217 p. (notice BnF no FRBNF30329212).
  4. Thierry Billard, Paul Deschanel, Paris, Belfond, , 21-??? p. (lire en ligne).
  5. Paul Aron, « Les candidatures de Zola à l'Académie française : une obstination significative », Les Cahiers naturalistes, no 91,‎ , p. 283 (lire en ligne).
  6. site des Archives nationales

SourcesModifier

Liens externesModifier