Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincent Gérard (homonymie).

Vincent Gérard
Vincent Gérard en 2018
Vincent Gérard en 2018
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (32 ans)
Lieu Woippy
Taille 1,88 m (6 2)
Masse 96 kg (211 lb)
Poste Gardien de but
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 1
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
2003-2006 Drapeau : France SMEC Metz
2006-2008 Drapeau : France Montpellier Handball 24 (0)
2008-2010 Drapeau : France Istres OPH 52 (0)
2010-2015 Drapeau : France Dunkerque HGL 125 (0)
2015-2019 Drapeau : France Montpellier Handball 100 (1)
2019- Drapeau : France Paris Saint-Germain 0 (0)
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
2013- Drapeau : France France 77 (7)[1]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Vincent Gérard, né le à Woippy, est un joueur de handball français. Il évolue au poste de gardien de but au club du PSG Handball depuis 2019 et en équipe de France depuis 2013. Il est notamment champion d'Europe en 2016, vice-champion olympique en 2016 et champion du monde en 2017.

Sommaire

CarrièreModifier

En clubModifier

Vincent Gérard a un parcours assez atypique puisqu'il n'est pas passé par un centre de formation[2]. Lorsqu'il intègre à 15 ans le Pôle Espoirs de Strasbourg, sa taille (1,70 m contre 1,88 m aujourd’hui) semble être un frein mais il a la confiance de Philippe Schlatter au Pôle Espoirs. Puis son père, son entraîneur au SMEC Metz hésite à le lancer en deuxième division alors qu’il avait à peine 18 ans[2]. Si le club messin est relégué en Nationale 1 au terme de la saison 2005-2006, il est élu meilleur gardien de but espoir du championnat par Handzone[3].

En 2006, il est ainsi recruté par le Montpellier Handball dans le rôle du deuxième puis le troisième gardien de 2006 à 2008, derrière Daouda Karaboué et Marouène Maggaiez. S'il est par ailleurs régulièrement sélectionné en équipe de France junior, son temps de jeu à Montpellier est néanmoins réduit . Il ouvre toutefois son palmarès avec un championnat de France, une coupe de France et deux coupes de la Ligue. I

Laissé libre par Montpellier, Gérard signe un contrat de deux ans avec le club d'Istres Ouest Provence Handball s'engager avec Istres pour les 2 prochaines saisons. Il joue un rôle majeur dans la victoire surprise du club istréen lors de la coupe de la Ligue 2009, disputée à Miami. Homme du match en finale, il permet à son équipe de battre son ancien club, Montpellier, quintuple tenant du titre[4].

À la fin de l'année 2009, son transfert à Dunkerque est annoncé pour le début de la saison 2010/2011[5]. Rejoignant effectivement le club dunkerquois, il y est le gardien titulaire devant Arnaud Siffert et ses performances lui valent d'être nommé meilleur joueur du mois de décembre du championnat. Il joue également un rôle décisif dans le premier titre remporté par Dunkerque : la Coupe de France 2010-2011. En finale, il est impérial pendant le temps réglementaire (17 arrêts) comme lors de la séance des tirs au but, arrêtant les tentatives de Cédric Paty, Benjamin Gille, puis Guillaume Saurina[6]. Au terme de la saison, il est ainsi élu meilleur gardien du championnat de France[7].

Ainsi qualifié en Coupe de l'EHF pour la saison suivante, Gérard et les Dunkerque atteignent la finale de la coupe d'Europe après avoir notamment écarté les allemands du SC Magdebourg en demi-finale avant de chuter face à un autre club allemand, le Frisch Auf Göppingen.

La saison 2012-2013 débute par la victoire lors du Trophée des champions : après avoir éliminé Montpellier en demi-finale, Dunkerque bat Chambéry en finale à nouveau aux tirs au but et Dunkerque s'impose d'un but grâce aux arrêts de Gérard sur les tirs de Cédric Paty et Guillaume Gille[8],[9].

Trois mois plus tard, il est l'un des principaux artisans de la victoire de Dunkerque en Coupe de la Ligue[10]. En mars 2013, la prolongation de son contrat jusqu'en fin de saison 2017 est annoncée[11]. Pourtant en avril 2015 le club nordiste, dont le budget a baissé de 200 000 euros cette saison[12], décide de le laisser partir pour l'Hérault où il signe pour quatre saisons avec le Montpellier Handball[13].

Si le club montpelliérain est moins impérial sur la scène nationale à la suite de la montée en puissance du Paris Saint-Germain, Vincent Gérard est décisif, notamment lors du doublé Coupe de France-Coupe de la Ligue en 2016. Il est ensuite élu meilleur gardien du championnat de France en 2016-2017[14] et 2017-2018, pour la cinquième fois de sa carrière. Lors de cette saison 2017-2018, Montpellier réalise un excellent parcours en championnat mais s'incline lors de l'avant dernière journée face à Saint-Raphaël (26-25) et ne peut empêcher le PSG, son futur club[15], de remporter son cinquième titre de champion de France. Au terme du match, il met alors en cause le manque de professionnalisme de l'arbitrage[16]. Néanmoins, cinq jours plus tard, le club héraultais remporte sa deuxième Ligue des champions.

En 2019, il est élu président de l'Association des Joueurs Professionnels de Handball (AJPH)[17].

En sélectionModifier

Les bonnes performances de Vincent Gérard tout au long de l'année 2012 font qu'il devient un prétendant à l'équipe de France, mais se trouve devancé aux yeux du sélectionneur Claude Onesta par le duo Thierry Omeyer-Daouda Karaboué et par Cyril Dumoulin[18],[19]. À la suite de la retraite internationale de Karaboué à l'issue du Championnat du monde 2013, Gérard est sélectionné en avril pour une double confrontation face à la Norvège dans le cadre des qualifications à l'Euro 2014. S'il n'est pas aligné sur la feuille de match en Norvège, il entre en jeu dans les dernières minutes du second match disputé à Nancy le 6 avril alors que les deux équipes sont à égalité 24-24. Avec 2 arrêts en 9 minutes de jeu[20],[21], il contribue à la victoire 32-28 qui permet à la France de se qualifier pour cet Euro avant même la fin des matchs de qualification.

Puis, pour le Championnat d'Europe 2014, Thierry Omeyer étant insuffisamment remis de sa blessure, Gérard en profite pour être sélectionné en compagnie de Cyril Dumoulin[22]. Si, au vu de la hiérarchie des gardiens de buts, Dumoulin semblait avoir l'avantage sur Gérard, le gardien chambérien a aligné les contre-performance avec son club, si bien que Gérard commence le premier match de ce championnat face à la Russie. Faisant preuve de nervosité, il doit toutefois attendre quinze minutes pour faire son premier arrêt et est finalement remplacé par Dumoulin qui réalise une meilleure performance avec neuf arrêts contre deux pour Gérard[22]. Dumoulin réalise également un bon deuxième match et Gérard fera finalement les frais du retour de Thierry Omeyer pour le tour principal. S'il terminera la compétition dans les tribunes, il reçoit tout de même sa première médaille d'or en équipe de France[23].

Si Vincent Gérard ne participe pas au Championnat du monde 2015, Claude Onesta lui préférant Cyril Dumoulin derrière Thierry Omeyer[24], il est retenu au Championnat d'Europe 2016 (terminé à la 5e place) puis au JO de Rio où il contribue à la médaille d'argent remportée par les Experts.

Le Championnat du monde 2017 en France est la dernière compétition internationale de Thierry Omeyer. Si ce dernier est titulaire en début de compétition, Vincent Gérard se montre décisif à compter des quarts de finale pour permettre à la France de remporter son sixième titre mondial et est ainsi élu meilleur gardien de la compétition.

Un an plus tard, au Championnat d'Europe 2018, il est à nouveau élu meilleur gardien de la compétition, même si lui et les Bleus sont passés à côté de leur demi-finale face à l'Espagne.

Au Championnat du monde 2019, s'il est plus performant que lors de son début de saison en club, il est moins décisif que lors des deux précédentes compétitions, même s'il termine 9e meilleur gardien avec 34,1 % d'arrêts, étant celui ayant réalisé le plus d'arrêts. Il remporte à cette occasion sa seconde médaille mondiale, le bronze.

PalmarèsModifier

En clubModifier

Compétitions internationales
Compétitions nationales

En sélectionModifier

Jeux olympiques
championnats d'Europe
championnats du monde

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. Statistiques avant le <championnat du monde 2019.
  2. a et b « Le destin de Gérard », Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le 21 janvier 2019)
  3. « Les Oscars de la D2, Guillaume Saurina numéro 1 ! », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  4. « Coupe de la Ligue 2009 : Le rêve américain d'Istres », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  5. « Vincent Gérard s’engage avec Dunkerque », sur Site officiel de la LNH, (consulté le 21 janvier 2019)
  6. « La première étoile du Nord », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  7. a et b « Trophées du hand 2011 - William Accambray grand triomphateur », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  8. « Trophée des Champions : Bis repetita pour Dunkerque », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  9. « Dunkerque au bout du suspense », sur L'Equipe.fr, (consulté le 21 janvier 2019)
  10. « Vincent Gérard avance la date du carnaval », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  11. « USDK: le gardien Vincent Gérard prolonge jusqu'en 2017 », sur lavoixdunord.fr (consulté le 21 janvier 2019)
  12. « Gérard à Montpellier », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 21 janvier 2019)
  13. « Vincent Gérard quatre ans à Montpellier », Midi libre, (consulté le 21 janvier 2019)
  14. a et b « Les Trophées LNH de la saison 2016-2017 », sur handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  15. « Vincent Gérard au PSG en 2019 », sur handnews.fr, (consulté le 21 janvier 2019)
  16. « Le gardien international Vincent Gérard dénonce l'arbitrage », Le Parisien, (consulté le 21 janvier 2019)
  17. « Vincent Gérard élu président de l'Association des Joueurs Professionnels de Handball », L'Equipe, (consulté le 4 juillet 2019)
  18. « Vincent Gérard, l'antithèse de Cyril Dumoulin », sur handzone.net, (consulté le 8 avril 2013)
  19. « Vincent Gérard a-t-il séduit Claude Onesta ? », sur handzone.net, (consulté le 8 avril 2013)
  20. « Première sélection en Equipe de France : Du Norvégien à peau dure ! », sur handzone.net, (consulté le 8 avril 2013)
  21. « Ils ont dû s’employer », sur Republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain, (consulté le 8 avril 2013)
  22. a et b « L'heure de Gérard et Dumoulin », sur lequipe.fr, (consulté le 10 mars 2014)
  23. « Vincent Gérard, champion d’Europe avec les Bleus : « Une aventure extraordinaire » », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 10 mars 2014)
  24. « N'Guessan et Gérard rentrent à la maison », sur Handzone.net, (consulté le 17 janvier 2015)
  25. « Nuit du handball 2013 - N. Karabatic et Liscevic MVP », L'Équipe, (consulté le 28 mai 2014)
  26. « Nuit du handball 2014 - Fernandez, Oftedal et les autres... », sur Handzone.net, (consulté le 21 janvier 2019)
  27. Décret du 30 novembre 2016 portant promotion et nomination

Liens externesModifier