Ouvrir le menu principal

Sir Vince Cable
Illustration.
Vince Cable, en .
Fonctions
Chef des Libéraux-démocrates

(2 ans et 2 jours)
Prédécesseur Tim Farron
Successeur Jo Swinson

(2 mois et 3 jours)
(intérim)
Prédécesseur Menzies Campbell
Successeur Nick Clegg
Secrétaire d'État aux Affaires, à l'Innovation et aux Compétences

(4 ans, 11 mois et 29 jours)
Premier ministre David Cameron
Gouvernement Cameron I
Prédécesseur Lord Peter Mandelson
Successeur Sajid Javid
Membre de la Chambre des communes
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 10 jours)
Élection 8 juin 2017
Circonscription Twickenham
Législature 57e
Prédécesseur Tania Mathias

(17 ans, 10 mois et 29 jours)
Élection 1er mai 1997
Réélection 7 juin 2001
5 mai 2005
6 mai 2010
Circonscription Twickenham
Législature 52e, 53e, 54e et 55e
Prédécesseur Toby Jessel
Successeur Tania Mathias
Biographie
Nom de naissance John Vincent Cable
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance York (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique LibDems
Diplômé de Université de Cambridge
Université de Glasgow
Profession Économiste

Signature de Sir Vince Cable

Vince Cable
Secrétaires d'État aux Affaires, à l'Innovation et aux Compétences du Royaume-Uni

Sir John Vincent Cable, dit Vince Cable, né le à York, est un économiste et personnalité politique membre des Libéraux-démocrates (LibDems).

Économiste formé à Cambridge, il est tour à tour universitaire, fonctionnaire et cadre dans le secteur privé. En et après un premier échec en , il se fait élire député de Twickenham, dans le Grand Londres.

Il rejoint la direction des LibDems en comme porte-parole pour le trésor, avant d'être nommé en chef adjoint du parti par Sir Menzies Campbell. Il assure brièvement l'intérim à la tête des Libéraux-démocrates en .

Après la formation d'un gouvernement de coalition par le conservateur David Cameron en , Cable devient secrétaire d'État aux Affaires, à l'Innovation et aux Compétences. À l'issue de la législature, il est battu aux élections générales de , mais retrouve son mandat aux élections anticipées de . Il est ensuite élu chef des LibDems.

BiographieModifier

FormationModifier

Il a étudié les sciences naturelles et les sciences économiques au Fitzwilliam College de l'université de Cambridge, puis a obtenu un doctorat de sciences économiques de l'université de Glasgow.

CarrièreModifier

Au niveau professionnel, il fut lecteur à l'université de Glasgow et à la London School of Economics, et a travaillé pour le gouvernement du Kenya comme agent du Trésor public. Il a également été conseiller de John Smith lorsque celui-ci occupait le poste de secrétaire d'État à l'Industrie, et économiste en chef de Shell.

Militant et députéModifier

Membre du Parti libéral pendant ses études supérieures, il a ensuite rejoint le Parti travailliste (Labour). À ce titre, il se présente lors des élections générales anticipées du dans la circonscription de Glasgow Hillhead, en Écosse, une place forte conservatrice. Il y obtient 7 303 voix, soit 30,5 % des suffrages et deux fois moins de bulletins favorables que le sortant Tam Galbraith.

Il adhère au Parti social-démocrate (SDP) en . Six ans plus tard, il intègre donc les Libéraux-démocrates. Il postule aux élections générales du dans la circonscription de Twickenham, dans le Grand Londres. C'est alors un bastion du Parti conservateur, qui la représente à la Chambre des communes depuis .

Avec environ 39 % des voix, il échoue à 11 points du sortant Toby Jessel, élu depuis . Il décide de s'y représenter au cours des élections générales du . Alors qu'il progresse de 5 200 voix, Jessel en perd 4 900, et à 43 ans, Vince Cable est élu député avec 45,1 % des suffrages exprimés.

Cadre des LibDemsModifier

Il rejoint en le « cabinet fantôme » des Libéraux-démocrates formé par Charles Kennedy. Il est alors secrétaire d'État fantôme au Commerce et à l'Industrie. Facilement réélu en avec 48,7 % des voix et une avance de 7 600 bulletins sur son concurrent conservateur, il devient en chancelier de l'Échiquier fantôme. Au nom de son parti, il donne donc la réplique à Gordon Brown, pilier des gouvernements de Tony Blair. Il conserve son mandat de député aux élections de avec 51,6 % des voix.

Le , le chef adjoint du parti Sir Menzies Campbell prend la succession de Kennedy, contraint à la démission pour raisons personnelles, comme chef des LibDems. Cable se porte alors candidat pour devenir son « numéro deux ». Lors du premier tour de vote au sein du groupe parlementaire, il recueille 21 voix, contre 25 à Matthew Taylor. Avec la redistribution des votes de David Heath, éliminé, il l'emporte finalement avec 31 suffrages contre 29.

Au sein du cabinet fantôme que Campbell constitue, il reste chancelier de l'Échiquier. Cable est promu chef des Libéraux-démocrates par intérim le , après que Campbell a été poussé à la démission. Nick Clegg est élu à sa succession le suivant. Il maintient alors Vince Cable dans l'intégralité de ses fonctions.

Ministre de David CameronModifier

 
Portrait officiel de Vince Cable, secrétaire d'État aux Affaires, à l'Innovation et aux Compétences.

Les élections générales du sont un triomphe pour lui. Dans Twickenham, il remporte 32 843 voix, soit 54,4 % des suffrages et 12 100 bulletins d'avance sur la conservatrice Deborah Thomas. Depuis la Seconde Guerre mondiale, seul Gresham Cooke en a recueilli plus de suffrages sur son nom dans cette circonscription.

Le , après que les Libéraux-démocrates ont formé une coalition avec le Parti conservateur, Vince Cable est nommé à 67 ans secrétaire d'État aux Affaires, à l'Innovation et aux Compétences. Il renonce à son poste de chef adjoint des LibDems deux semaines plus tard. Simon Hughes le remplace le .

Membre très populaire du gouvernement, ses déclarations contre Rupert Murdoch remettent en cause son impartialité en tant que secrétaire d'État chargé du commerce dans le dossier de rachat de BSkyB par News Corporation, le groupe de Murdoch, avec le risque que le gouvernement soit exposé à une action en justice intentée par l'entreprise. Dans ses déclarations à deux journalistes travaillant sous-couvert, Vince Cable affirme que de nombreux désaccords existaient au sein du gouvernement sur des sujets comme la réforme des frais d'entrée à l'université, les quotas d'immigration ou le contrôle des bonus des banquiers[1].

La défaite historique de 2015Modifier

Lors des élections générales du , il postule à un cinquième mandat parlementaire. Il totalise alors 23 500 voix, soit 38 %, et se voit devancé de 2 000 suffrages par la candidate conservatrice Tania Mathias[2].

Il regagne son mandat dans Twickenham lors des élections générales anticipées du , réunissant 34 969 voix, soit 52,8 % des suffrages[3]. Il réalise ainsi le record de voix obtenues par un candidat dans cette circonscription.

MariagesModifier

Vince Cable s'est marié deux fois. Sa première femme était Olympia Rebelo, une catholique indienne de Goa, qu'il a épousée dans la cathédrale catholique de Nairobi en 1968. Elle est morte d'un cancer en 2001. Vince Cable s'est remarié avec Rachel Wenban Smith, sa femme actuelle, en 2004. Dans une entrevue avec la BBC, Cable a dit qu'il porte les alliances de ses deux mariages.

Résultats électorauxModifier

Chambres des communesModifier

Élection Circonscription Parti Voix % Résultats
1970 Glasgow Hillhead Travailliste 7 303 30,5 Échec
1983 York Social-démocrate 13 523 23,0 Échec
1987 York Social-démocrate 9 898 15,9 Échec
1992 Twickenham Libéraux-démocrates 21 093 39,7 Échec
1997 Twickenham Libéraux-démocrates 26 237 45,1 Élu
2001 Twickenham Libéraux-démocrates 24 344 48,7 Élu
2005 Twickenham Libéraux-démocrates 26 696 51,6 Élu
2010 Twickenham Libéraux-démocrates 32 483 54,4 Élu
2015 Twickenham Libéraux-démocrates 23 563 38,0 Échec
2017 Twickenham Libéraux-démocrates 34 969 52,8 Élu

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Un ministre britannique va-t-en-guerre se fait piéger, Le Figaro, 22 décembre 2010
  2. (en) « Vince Cable loses his seat to the Conservatives », BBC News,‎
  3. (en) « Former Liberal Democrat minister Vince Cable retakes London Twickenham seat from Conservatives », The Independent,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier