Ouvrir le menu principal

Urou-et-Crennes

ancienne commune française du département de l'Orne

Urou-et-Crennes
Urou-et-Crennes
L’église Notre-Dame-de-la-Nativité (Urou).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Argentan-2
Intercommunalité Argentan Intercom
Statut Commune déléguée
Maire délégué Laurent Renaudin
2017-2020
Code postal 61200
Code commune 61496
Démographie
Gentilé Urocrennois
Population 746 hab. (2016 en diminution de -6.16 % par rapport à 2011)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 50″ nord, 0° 00′ 51″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 225 m
Superficie 7,03 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Gouffern en Auge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Urou-et-Crennes

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Urou-et-Crennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Urou-et-Crennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Urou-et-Crennes

Urou-et-Crennes est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 746 habitants[Note 1].

GéographieModifier

La commune est en plaine d'Argentan, aux portes du pays d'Auge ornais. Urou et Crennes sont, en réalité, deux îlots urbains nettement éclatés. Urou est situé le long de l'ancienne route royale menant à Paris, dans un espace relativement plat et proche de la ville d'Argentan. Crennes, à l'inverse, s'étend sur les contreforts de la forêt de Bonménil, et donc en hauteur par rapport à Argentan. Ils sont situés l'un et l'autre à l'est de la ville, de part et d'autre de la route départementale 926, ancienne RN 26 et RN 24bis. Le bourg d'Urou est à 4 km du centre-ville argentanais[1].

ToponymieModifier

Urou est dérivé de Ure, rivière bordant le bourg, et du suffixe gaulois -avo évoquant la présence[3].

René Lepelley présente deux pistes pour l'origine de Crennes : le gaulois crenn, « arbre », ou le bas latin crena, « entaille », ce dernier se référant à un relief accidenté[3]. Crena, dans le vocabulaire géographique de la France, désigne souvent « une échancrure, une brèche faite de main d'homme ».

Le gentilé est Urocrennois.

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les deux bourgs existent depuis fort longtemps, visiblement depuis le Moyen Âge.

La commune naissante d'Urou a absorbé la paroisse de Crennes entre 1790 et 1794. Urou est doté de sa propre église et sa mairie. Le bourg est articulé autour des haras qui le bordent. Il peut être considéré comme l'une des banlieues d'Argentan. Son activité a toujours été à dominante agricole, mais aussi d'élevage hippique. Le bourg s'est développé de par sa proximité d'Argentan, ainsi que de la route nationale. Entre le 15 et 19 août 1944, le bourg sera pris et repris sans cesse (pas moins de huit fois selon certaines mémoires locales). Les combats seront furieux entre les Américains (selon toute vraisemblance des soldats de la 80e division d'infanterie américaine) et des blindés allemands (9e, 2e et 116e Panzerdivision du groupe d'armée blindée Eberbach) qui se tapissent le jour sous les vergers longeant la route et contre-attaquent à la nuit tombée.

Crennes semble à l'origine de taille plus modeste. Une vierge incrustée dans la façade d'un bâtiment laisse supposer que le bourg est d'origine bien ancienne. Le bourg était autrefois plus spécialisé dans les travaux du bois et de coupe des ligneux que les activités agricoles et même d'élevage, même si ces dernières subsistent seules aujourd'hui. La ville est juchée sur les versants sud des monts qui bordent Argentan. En 1944, une part importante de l'armée allemande en déroute se cacha dans la forêt bordant Crennes. Ce massif boisé fut longtemps interdit tant il avait été truffé de mines.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1992 mars 2008 Josiane Guillain-Porchet SE Clerc de notaire
mars 2008[4] En cours Laurent Renaudin[5] SE Acheteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[6].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 746 habitants, en diminution de -6,16 % par rapport à 2011 (Orne : -1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %). Urou-et-Crennes a compté jusqu'à 240 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
412407397240413405410408400
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
447389347335347317319322331
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
285276283304299295508365353
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
353448659799662667775753746
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Distance routière les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 261
  4. « Laurent Renaudin enlève la mairie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 septembre 2014)
  5. Réélection 2014 : « Laurent Renaudin a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 avril 2014)
  6. « Urou-et-Crennes (61200) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 septembre 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  11. « Tabernacle, retable, portes de la sacristie, tableau : L'Assomption de la Vierge », notice no PM61000749, base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « Statue : Saint Nicolas », notice no PM61000748, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM61000747, base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :