Heinrich Eberbach

militaire allemand

Heinrich Eberbach
Heinrich Eberbach
Eberbach en tant qu'Oberst dans la Panzerwaffe.

Naissance 24 novembre 1895
Stuttgart (Royaume de Wurtemberg)
Décès 13 juillet 1992 (à 96 ans)
Notzingen (Allemagne)
Origine Allemand
Allégeance Flag of Germany (1867–1919).svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Panzertruppe
Années de service 1914 – 1945
Commandement Panzer-Regiment 35
5. Panzer-Brigade
4. Panzer-Division
XLVIII. Panzerkorps
7. Armee
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne
Croix allemande

Heinrich Kurt Alfons Willy Eberbach ( à Stuttgart - à Notzingen) est un General der Panzertruppe allemand qui a servi au sein de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a été récipiendaire de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne.

BiographieModifier

Première Guerre mondialeModifier

Durant la fin de 1914, Eberbach combat en France en tant que caporal. En , il est promu au grade de leutnant. Durant l'année 1915, il est blessé à deux reprises en France, et une balle française lui fracasse le nez (en remplacement, une prothèse en caoutchouc lui a été apposée) ; il est ensuite capturé par les Français. En , il est échangé contre un prisonnier français.
En 1918, il est affecté en Palestine. Parlant le turc, il est incorporé dans la 8e armée turque.

Entre-deux-guerresModifier

Durant les années 1920, Eberbach est officier de la police civile au Wurtemberg et en 1935, il rejoint l'armée allemande. En 1937, il est promu lieutenant-colonel (Oberstleutnant) et en 1938, il est nommé commandant du Panzer-Regiment 35, un élément de la nouvelle 4e Panzerdivision sous les ordres du général (Generalmajor) Georg-Hans Reinhardt à Bamberg.

Seconde Guerre mondialeModifier

Eberbach participe à l'invasion allemande de la Pologne en en conduisant son Panzer-Regiment 35 dans les batailles près de Łódź et à Varsovie.

Durant les années 1940, toujours aux commandes du Panzer-Regiment 35, au cours de la Bataille de France, l'Oberst Eberbach soutient le général Hasso von Manteuffel pendant l'offensive à travers la Meuse en Flandre jusqu'à Lyon.

Eberbach est encore aux commandes du Panzer-Regiment 35 au début de au cours de l'invasion de l'Union soviétique, mais il est promu six semaines plus tard, aux commandes de la 5. Panzer-brigade sous les ordres du Generaloberst Heinz Guderian, commandant du XXIV. Panzerkorps. En , il est promu commandant général de la 4.Panzer-division à Tula en Russie. Plus tard, il devient commandant du XLVIII. Panzerkorps en activité près de Kiev.

 
Uniforme de Heinrich Eberbach (au Deutsches Panzermuseum de Munster). En bas à gauche, une photo montre Eberbach à l'extrême droite et le Generalfeldmarschall Walter Model (au centre en train de boutonner sa veste de cuir).

À la fin de , Eberbach est blessé près de Stalingrad et hospitalisé jusqu'en . Peu après, il devient inspecteur des troupes blindées de l'armée en Allemagne, reçoit la croix de chevalier de la croix de fer et est promu au grade de Generalleutnant (correspondant au grade français de général de division).

En , Eberbach devient commandant du groupe d'armées autour de Nikopol et combat dans les batailles autour de Jitomir en Union soviétique. En décembre, il est atteint d'une maladie du rein et devient, plus tard, inspecteur des troupes blindées.

Au début de 1944, Eberbach est promu au rang de General der Panzertruppe. Pendant l'invasion de la Normandie, il combat contre les débarquements britanniques le long des plages « Juno » et « Sword ». En juillet, il prend le commandement du Groupe de Panzer Ouest dans la région de Caen et, après une réorganisation de son unité, celle-ci est renommée 5e Panzer Armee. En août, il forme le Panzergruppe Eberbach au sein de la 7e armée lors de sa tentative avortée de reconquérir Avranches. Plus tard, il devient commandant de cette 7e armée.

« Aux environs du 1er août 44, le Général Walter Warlimont, de l'OKW, est arrivé à mon quartier général pour obtenir une vue détaillée de la situation… Je lui ai dit que je considérais l'attaque de Mortain désespérée parce que les forces aériennes de l'ennemi allaient nous arrêter. J'ai ajouté qu'à mon avis, la seule solution envisageable était une retraite immédiate sur une ligne Seine-Yonne. » [Heinrich Eberbach, Groupe Panzer Eberbach et l'encerclement de Falaise, l'armée américaine et du patrimoine: Educatiuon Center, Carlisle Barracks, PA, p. 9 et 10.] Poche de Falaise. Mais, le général Warlimont rejette cette proposition de retraite. Le , alors qu'il fait une reconnaissance, Eberbach est capturé par les Britanniques à Amiens.

Après-guerreModifier

 
Eberbach (assis, le 2e à partir de la gauche) en détention à Trent Park (en) en .

Jusqu'en 1948, Eberbach est interné en tant que prisonnier de guerre. Peu après, il dirige un organisme de charité protestant. Au début des années 1950, il reprend du service actif comme conseiller pour la mise en place de la nouvelle armée allemande, la Bundeswehr, qui voit le jour en 1955.

PromotionsModifier

Fahnenjunker
Leutnant
1937 Oberstleutnant
Oberst
Generalmajor
Generalleutnant
General der Panzertruppe

DécorationsModifier

RéférencesModifier

Citations
  1. Alman 2008, p. 108.
  2. a et b Alman 2008, p. 109.
Source

Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).
  • (en) Battle of the Falaise Gap, G. Florenton, Hawthron Books, 1967.
  • (en) Battle Group! German Kampfgruppen Action of WWII, James Lucas, Arms & Armour Press, 1993.
  • (en) Bravery in Battle, D. Eshel, ppg. 47-48.
  • (en) Hitler's Commanders, James Lucas, 2000.
  • (en) Panzer: A Revolution In Warfare, Roger Edwards.
  • (de) Alman, Karl (2008). Panzer vor - Die dramtische Geschichte der deutschen Panzerwaffe und ihre tapferen Soldaten. Würzburg, Allemagne: Flechsig Verlag. (ISBN 978-3-88189-638-2).
Liens externes