Ouvrir le menu principal

Un cow-boy à Paris

histoire de la série Lucky Luke

Un cow-boy à Paris
122e histoire de la série Lucky Luke
Scénario Jul
Dessin Achdé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Lucky Luke

Éditeur Lucky Comics (Dargaud)
Collection Les Aventures de Lucky Luke d'après Morris
Première publication 2018
Nb. de pages 48
Albums de la série Lucky Luke

Un cow-boy à Paris est la cent vingt-deuxième histoire de la série Lucky Luke. Écrite par Jul, dessinée par Achdé et mise en couleur par Mel, elle est publiée pour la première fois en album le dans la collection Les Aventures de Lucky Luke d'après Morris, no 8[1]. Grand succès de librairie, elle est selon le rapport de Livres Hebdo la meilleure vente de bandes dessinées pour l'année 2018, et la 8e meilleure vente tous livres confondus[2].

SynopsisModifier

Alors qu'il a une nouvelle fois capturé les Dalton et les ramène en prison, Lucky Luke libère un homme fait prisonnier par les Indiens alors qu'il transportait une énorme sculpture en cuivre représentant une main qui tient une torche. L'homme s'avère être Auguste Bartholdi, sculpteur français, en pleine tournée aux États-Unis pour achever le financement de son projet de statue, La Liberté éclairant le monde, qu'il a l'intention de faire construire sur un îlot en face de la ville de New York. Après avoir dissipé le malentendu avec les Indiens, Bartholdi rencontre un grand succès auprès d'eux en leur faisant visiter la main géante. Lucky Luke poursuit son chemin jusqu'au pénitencier de Cross Junction, où Jolly Jumper et lui doivent se plier à des normes de sécurité inédites. Le directeur, Abraham Locker, accueille Luke et lui confie son grand projet de pénitencier qu'il a lui aussi l'intention de faire bâtir sur l'îlot faisant face à New York. Locker est excédé d'apprendre la présence de Bartholdi dans la région.

En sortant du pénitencier, Luke croise Bartholdi, qui a été roulé dans le goudron et les plumes par les clients d'un saloon à Riverbank. Après avoir donné une leçon aux coupables, Luke accepte d'escorter Bartholdi le temps de sa tournée. Bartholdi organise un grand gala au saloon de Riverbank pour continuer à financer la statue. Un saboteur envoyé par Locker est repéré à temps par Luke, mais il apparaît clairement que le projet a des ennemis déterminés. Après un accueil réussi à Abilène, Luke et Bartholdi déjouent une nouvelle tentative de sabotage pendant la nuit. La tournée se poursuit sans autre incident jusqu'à Washington où le vice-président reçoit les deux hommes... et demande officiellement à Lucky Luke d'accompagner la statue jusqu'à Paris. Luke, qui n'a jamais quitté le continent américain, accepte à contrecœur. La nuit qui précède l'embarquement, les caisses contenant la statue, laissées en vue sur le quai, sont réduites en cendres par un incendie criminel. Mais le vice-président inspecte les dégâts avec sérénité : le véritable chargement est déjà parti la veille, pour déjouer ce genre de sabotage.

Lucky Luke et Jolly Jumper traversent l'Atlantique à bord d'un bateau à vapeur de croisière où ils ont tous les trois droit à une cabine de luxe. Cela n'allège qu'en partie l'inconfort du cow-boy qui a le mal de mer. Enfin débarqué à Rouen, le cortège prend le train pour la Normandie, où Lucky Luke discute avec un docteur nommé Charles Bovary et son épouse Emma. Le cow-boy et son cheval, arrivés à la gare Saint-Lazare, découvrent Paris et logent dans un hôtel de luxe qui les déroute un peu. Lucky Luke rencontre les ouvriers de Bartholdi ainsi que son ami ingénieur, Gustave Eiffel, et la présidente de l'Association pour l'amitié franco-américaine. Bartholdi fait visiter la ville à son hôte : l'opéra Garnier, les peintres impressionnistes, la Sorbonne, les restaurants, Notre-Dame de Paris, les troquets à absinthe (où ils croisent Paul Verlaine et Arthur Rimbaud) et les cafés aux serveurs désagréables. Alors qu'il se repose à une terrasse de café, Luke se fait lire les lignes de la main par une vendeuse de bouquets qui voit un funeste présage. Il part aussitôt retrouver la statue mais arrive trop tard : le nez de celle-ci a été dynamité. Luke repère le saboteur qui s'enfuit à cheval et une course-poursuite s'engage en plein Paris, pour s'achever sans succès sur l'hippodrome de Longchamp. Bartholdi et ses ouvriers ont juste assez de cuivre et de temps pour faire la réparation. La nuit suivante, Lucky Luke est réveillé par un Bartholdi fébrile : le fameux écrivain Victor Hugo vient visiter la statue ! Hugo repère un petit personnage au sommet de la couronne de la Liberté : c’est un saboteur, et Luke se lance derechef à sa poursuite en escaladant la statue. Acculé sur le bras qui tient la torche, le saboteur fait une chute périlleuse mais son atterrissage est un peu adouci par Jolly Jumper. Il porte sur lui des documents prouvant qu'une fois de plus il a été engagé par Locker.

La statue, intacte, peut enfin prendre la mer pour les États-Unis. La traversée du retour s'effectue sans incident particulier. De retour à Cross Junction, Lucky Luke fait irruption dans le bureau de Locker et l'avertit de ne plus jamais saboter la statue, sans quoi il l'enverra en prison. Quelques mois plus tard à New York, la statue de la Liberté est inaugurée sans encombre. Lucky Luke fait ses adieux à Bartholdi et reprend sa route de cow-boy solitaire, tandis que Locker finit quelque temps plus tard à Alcatraz.

Clins d'œil et caricaturesModifier

Références à la série Lucky LukeModifier

  • À plusieurs reprises, des Parisiens croisés par Lucky Luke le prennent pour un Belge, à cause de sa tenue. En effet, il porte perpétuellement un foulard rouge, une chemise jaune et un gilet noir. Ce qui est une référence aux trois couleurs du drapeau de la Belgique, pays d'origine du créateur du personnage, Morris[3].
  • La vendeuse qui lit les lignes de la main de Lucky Luke lui prédit notamment qu'il vivra plus de 70 ans. Ce qui est effectivement le cas du personnage et de la série de Lucky Luke, qui furent créés en 1946, soit 72 ans avant la parution de cette histoire.
  • Une des gargouilles de Notre-Dame de Paris ressemble à Rantanplan[4].
  • Après la construction de la statue de la Liberté, plusieurs touristes posent devant le monument pour une photo. Parmi eux, on reconnait différents personnages de la série : Calamity Jane, la famille de Juifs de La Terre promise, etc.

Personnages caricaturés/mentionnésModifier

  • Emma Bovary, héroïne du roman de Gustave Flaubert Madame Bovary, qui drague Luke.
  • Le peintre impressionniste réalisant un tableau est Claude Monet, un des fondateurs de ce mouvement artistique.
  • L'ingénieur Gustave Eiffel[4].
  • Dans un troquet, on peut voir les poètes Paul Verlaine et Arthur Rimbaud, avec ce dernier menaçant le barman avec un revolver. Arthur Rimbaud, représenté à la manière du personnage de la série Billy the Kid, réclame des caramels mous, dont est aussi friand le bandit américain. Les auteurs de l'histoire ont choisi cette analogie entre ces deux personnages parce que le poète « faisait les 400 coups et avait la gâchette facile »[5].
  • L'écrivain Victor Hugo, qui a réellement visité le chantier parisien de la statue de la Liberté[5],[4].
  • Christophe Colomb est mentionné.
  • La chanson de Jacques Dutronc Il est 5 heures Paris s'éveille.

Lieux et monuments représentésModifier

Dans les dessins, nombre de lieux et monuments sont représentés, dont la plupart se situent à Paris

AccueilModifier

CritiquesModifier

Sur le site BD Zoom[1], Henri Filippini est pleinement convaincu par l'album : il loue les qualités de scénariste de Jul, qu'il qualifie de « digne héritier de René Goscinny », grâce à l'« idée géniale » à l'origine de l'album et à la « documentation minutieuse » réalisée pendant l'élaboration du scénario. Le dessin d'Achdé, qui dessine la série depuis 2001, le convainc tout autant, car « sans chercher à copier Morris, il en propose une version que même les inconditionnels les plus pointus du créateur belge savourent avec plaisir ».

VentesModifier

L'album paraît le 2 novembre 2018 avec un premier tirage de 400 000 exemplaires. Il figure aussitôt dans le top 20 GfK/Livres Hebdo des ventes de livres tous genres confondus [7].

RéférencesModifier

  1. a et b Lucky Luke à Paris…, article d'Henri Filippini sur BD Zoom le 27 octobre 2018.
  2. [1]
  3. « Morris, dans l’ombre de Lucky Luke », La Croix,‎ 17 décembre 2016 (consulté le 20 novembre 2018) (lire en ligne)
  4. a b et c Jul et Achdé, interviewés par Olivier Delcroix, « Paris, la capitale qui tire plus vite que son ombre », Le Figaroscope, semaine du 14 au 20 novembre 2018, p. 8-11.
  5. a et b « Lucky Luke, Un cowboy à Paris : le scénariste Jul lance un défi aux auditeurs de franceinfo », Franceinfo,‎ mis à jour le 01/11/2018 | 17:59 – publié le 01/11/2018 | 10:27 (lire en ligne)
  6. a b c d e et f Olivier Delcroix, « La folle chevauchée parisienne de "Luke le chanceux" ! », Le Figaroscope, semaine du 14 au 20 novembre 2018, p. 12-14.
  7. Zoom sur les meilleures ventes de BD du 14 novembre 2018, article de Laurent Turpin sur BD Zoom le 14 novembre 2018. Page consultée le 20 novembre 2018.