Ouvrir le menu principal

Trimer

commune française d'Ille-et-Vilaine

Trimer
Trimer
L'église paroissiale de Trimer.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Combourg
Intercommunalité Communauté de communes Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Pierre Chesnot
2014-2020
Code postal 35190
Code commune 35346
Démographie
Gentilé Trimerois
Population
municipale
208 hab. (2016 en augmentation de 16,85 % par rapport à 2011en augmentation de 16,85 % par rapport à 2011)
Densité 58 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 29″ nord, 1° 53′ 33″ ouest
Altitude Min. 29 m
Max. 87 m
Superficie 3,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Trimer

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Trimer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trimer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trimer

Trimer est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Elle fait partie de la communauté de communes de la Bretagne Romantique.

GéographieModifier

La commune de Trimer (Tremeur) fait partie du canton de Tinténiac. Trimer dépend de l'arrondissement de Saint-Malo du département d'Ille-et-Vilaine. Les villes voisines sont Tinténiac, La Baussaine et Saint-Thual. La latitude de Trimer est de 48,3406 et sa longitude est de -1,88333. La superficie de Trimer est de 356 hectares. L'altitude minimale est de 29 mètres et l'altitude maximale est de 87 mètres.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tremer en 1040, capella de Treimer en 1202.

HistoireModifier

Trimer est cité pour la première fois en 1040. En 1202, sa chapelle appartient à l'abbaye Saint-Georges de Rennes. Il reste une trêve de Tinténiac jusqu'à la Révolution. Trimer est érigé en paroisse en 1803 ; celle-ci est supprimée en 1811 et annexée à Saint-Thual. L'ordonnance royale du 26 avril 1826 rétablit définitivement Trimer au rang de paroisse. L'économie du bourg est exclusivement agricole[1].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Trimer appartient à l'arrondissement de Saint-Malo et au canton de Combourg depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle faisait partie du canton de Tinténiac.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la troisième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis 2012 par François André (app. LREM, maj.prés.).

IntercommunalitéModifier

Depuis le , Trimer appartient à la communauté de communes Bretagne Romantique.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[2].

Liste des mairesModifier

 
La mairie de Trimer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Edmond Delaunay    
mars 2008 En cours Pierre Chesnot SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 208 habitants[Note 1], en augmentation de 16,85 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : +5,55 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350332341344373352345368360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332325312313314302311314300
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
263260258236222220212196214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
173152131111102102161177204
2016 - - - - - - - -
208--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

La commune compte un seul monument historique protégé :

On trouve aussi :

  • Ancien presbytère, 1875, granit.
  • Mairie et ancienne école communale, granit et brique.
  • Ancien magasin de négociant, début du XXe siècle, granit bleu de Lanhélin.
  • Ancienne école publique de filles, début du XXe siècle[7].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

LoisirsModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, Ed. Flohic, Paris, 2000.
  2. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, Editions Le Flohic, Paris, 2000