Ouvrir le menu principal

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

jeu vidéo de 2017

Tom Clancy's
Ghost Recon
Wildlands
Image illustrative de l'article Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Éditeur Ubisoft
Développeur Ubisoft Paris[1]
Concepteur Nouredine Abboud (producteur)
Eric Couzian (directeur Créatif)
Vincent Delassus (directeur Artistique)
Musique Alain Johannes

Début du projet 2012
Date de sortie 7 mars 2017
Franchise Ghost Recon
Genre Jeu de tir tactique
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Microsoft Windows
PlayStation 4
Xbox One
Média Blu-ray, DVD, téléchargement
Contrôle Manette
Clavier et souris

Moteur Anvil Next

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands est un jeu vidéo de tir tactique en monde ouvert développé par Ubisoft Paris et édité par Ubisoft, sorti le 7 mars 2017 sur Microsoft Windows, PlayStation 4 et Xbox One[2].

Il s'agit du dixième jeu de la franchise Tom Clancy's Ghost Recon et du premier jeu à présenter un environnement en monde ouvert. Le jeu abandonne le décor futuriste introduit dans Tom Clancy's Ghost Recon Advanced Warfighter pour se dérouler dans un cadre similaire au premier opus, Tom Clancy's Ghost Recon.

SynopsisModifier

Le jeu se déroule en Bolivie, qui est dans le jeu le plus grand fournisseur de drogues du monde, et notamment de cocaïne. Celles-ci sont contrôlées par le cartel de la drogue de Santa Blanca, une organisation puissante dont l'influence a déstabilisé la région. Devenus une menace mondiale, la montée en puissance de ces cartels de la drogue préoccupe le gouvernement des États-Unis. Par conséquent, l'armée des États-Unis envoie une unité d'opérations spéciales d'élite appelée «Ghosts» («Fantômes» en français) afin de détruire et de révéler les connexions qui existent entre le cartel de la drogue et le gouvernement local[3].

Système de jeuModifier

Le jeu est un jeu de tir tactique à la troisième personne se déroulant en monde ouvert. Le joueur dispose également de plusieurs gadgets améliorables tels que des drones, des grenades de diversions qui peuvent être débloqués et améliorés grâce à des ressources que le joueur peut récupérer dans le monde, aussi bien en explorant des installations que dans des missions secondaires où le joueur doit récupérer des ressources en arrêtant des convois, en volant des avions remplis de matériels et d'autres missions secondaires nombreuses.

DéveloppementModifier

Le développement de Wildlands commence en 2012[4], le jeu est officiellement révélé à la fin de l'E3 2015 pendant la conférence de presse d'Ubisoft[5]. Ubisoft affirme également que Wildlands met en scène le plus grand environnement en monde ouvert que la société n'ait jamais créé[6]. Afin de créer un environnement bolivien réaliste, les développeurs ont visité la Bolivie pendant deux semaines[4].  Un nouveau moteur de jeu est également en cours d'élaboration pour le jeu[7]Tom Clancy's Ghost Recon: Wildlands est édité sur Microsoft Windows, PlayStation 4 et Xbox One[8].

Voix françaisesModifier

Contenus supplémentairesModifier

Depuis la sortie du jeu, de nombreuses mise à jour ont eu lieu, apportant de nombreux correctifs de bugs et de contenus pour le jeux, incluant entre autres des véhicules, des éléments de personnalisation visuels pour les personnages, des armes et des fonctionnalités supplémentaires comme le Tier 1 ou le mode photo... Mais globalement, on notera 2 grandes catégories de contenus.

DLCModifier

Quatre grandes extensions sont à ce jour proposés au joueur :

- "Narco Road" sorti le 25 avril 2017. En tant que mercenaire, l'équipe de Ghosts devra s'infiltrer afin de dénicher El Invisible, le leader de la Santa Bianca.

- "Fallen Ghosts" sorti le 10 juin 2017. L'équipe de Ghosts devra évacuer l'ensemble des ressortissants américains menacés par le nouvel ordre représenté par l'Unidad et les Estranjeros (les étrangers).

- "Ghost War" sorti le 10 octobre 2017. Il s'agit d'un DLC un peu particulier puisque qu'il s'agit du mode de jeu PVP.

- "Mode Ghost" sorti le 24 juillet 2018. Il s'agit d'un mode de jeu reprenant la campagne, mais décrit comme un "défi PVE"[9] : 1 arme principale au lieu de 2, le tir allié, la perte de munitions au rechargement ou encore la "mort permanente" qui supprime le personnage définitivement.

Crossover / Opérations spécialesModifier

Le 14 décembre 2017 est lancé la mise à jour Jungle Storm[10], incluant pour la première fois une mission PVE inédite et hors histoire principale[11] : une série de meurtre dans la jungle bolivienne a poussé les Ghosts à enquêter sur ses origines, mais ce qu'il ne pensait pas, c'était de rencontrer le plus grand chasseur de l'univers... Le Prédator (oui oui, celui-là même des films)

Par la suite, alors que le jeux fête son premier anniversaire, Ubisoft annonce une série de mise à jour gratuite connu sous le nom de "Special Operation", ou "Opérations spéciales"[12], visant à rajouter une mission PVE et des contenus supplémentaires aussi bien pour le PVE que pour le PVP.

Opération Watchman[13]Modifier

Sorti le 10 avril 2018, cette mise à jour permet de trouver une toute nouvelle mission qui fait se rencontrer la série Ghost Recon avec la série Splinter Cell. En effet, cette mission spéciale va amener l'équipe de Ghosts à retrouver Sam Fisher en territoire ennemi, tout en étant le plus discret possible.

Opération Archangel[14]Modifier

Sorti le 24 juillet 2018, cette mise à jour est sans aucun doute l'une des plus fournies en contenus. La nouvelle mission incluse est un crossover avec Rainbow Six : Siege : elle consiste à retrouver l'agent de Rainbow, Caveira, avec l'aide des agents Twitch et Valkyrie de cette même unité.

Opération Silent Spade[15]Modifier

Sorti le 11 décembre 2018, cette mise à jour est un crossover entre Ghost Recon : entre Wildlands et Future Soldier. La mission consiste à empêcher des ultranationalistes russes de mettre la main sur de l'uranium bolivien, avec l'aide du légendaire Scott Mitchell et de John Kosak alors qu'il n'était qu'une jeune recrue.

Opération Oracle[16]Modifier

Sorti le 2 mai 2019, ce DLC ouvre un nouvel arc narratif dans lequel les Ghosts vont rencontrer Cole D. Walker, incarné par Jon Bernthal qui a été également été modélisé. Cet arc narratif est en réalité un prologue pour le nouvel épisode de la licence : Ghost Recon Breakpoint.

AccueilModifier

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 7 / 10[17]
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 7 / 10[18]
GameSpot (US) 7 / 10[19]
IGN (US) 7,9 / 10[20]
Jeuxvideo.com (FR) 17 / 20[21]

L'accueil de l'annonce du jeu est positive, avec des critiques revendiquant que la conception du titre est très éloignée du design typique de jeu en monde ouvert d'Ubisoft[22]. Comme le jeu est dévoilé à l'E3 2015, certaines critiques déclarent qu'il s'agit de l'une des annonces les plus surprenantes de l'E3 2015[23]Wildlands est nommé pour obtenir les prix de jeu du salon de l'E3 2015, de meilleur jeu PlayStation 4 et meilleur jeu Xbox One, ainsi que pour le prix du meilleur jeu PC. Il reçoit finalement l'un des meilleurs prix de l'E3 2015, récompensé par GameSpot[24],[25]. Le jeu est aussi nommé dans la catégorie du meilleur jeu de tir avec coopération, lors de la remise des prix de l'E3 2015 par Game Informer[26]. La Bolivie exprime son malaise sur la description que le jeu ferait d'elle, représentée comme étant sous l'emprise du narcotrafic[27].




InspirationsModifier

Plusieurs personnages représentés dans le jeu (bien que l'éditeur, face à l'épineux sujet que représente notamment le narco-trafic, nie publiquement toute velléité de décrire quelque individu ayant réellement existé sous réserve d'événements fortuits indépendants de leur volonté) sont néanmoins inspirés de véritables personnes, reconnaissables, souvent leur équivalent dans le trafic de stupéfiants, par les informations que livre le jeu sur les activités de ses personnages.

La plaga (Jose Rodrigo Arrechiga Gamboa): Le personnage de La plaga, dans le jeu vidéo Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands, est présenté comme le chef des sicarios du cartel, fonction qu'occupait le narco-trafiquant Jose Rodrigo Arrechiga Gamboa au sein du cartel de Sinaloa. En plus de partager des traits et caractéristiques physiques communes (grande taille, teint basané, style vestimentaire élégant, musculature athlétique) le personnage de la Plaga est dépeint comme un homme enjoué et exhubérant (qualificatifs que d'aucuns emploient usuellement pour décrire Rodrigo, notamment par l'entremise des nombreuses ballades contant ses faits d'armes) ainsi que comme un accro des réseaux sociaux et toxicomane, aspect sous lequel a également été présenté Gamboa par certains médias occidentaux après son arrestation (ses très nombreux posts et photographies illustrant son train de vie extravagant et son appétence pour les voyages, en Europe notamment, l'aurait placé dans le viseur des autorités) encore que pour ce qui est de sa toxicomanie, cela reste à démontrer. Dans le narcocorrido qui lui est dédié, il est aussi mentionné que le personnage du jeu est originaire de la ville de Culiacan, tout comme le fameux sicario et membre du Cartel de Sinaloa. Le nom même de la plaga, qui en espagnol signifie "la peste", est une référence à Rodrigo Gamboa, surnommé lui "El Chino Antrax" et fondateur de la cellule criminelle de "Los antrax" ; l'antrax étant tout comme la peste un virus mortel fortement contagieux, quasiment éradiqué de nos jours.

Nidia Flores (Claudia Ochoa Felix): Rien n'indique que les scénaristes n'ont pas tant tenté de créer une mouture de la terrible reine des cartels, Claudia Ochoa Felix, avec le personnage de Nidia, qu'une simple déclinaison des nombreux clichés et personnages féminins stéréotypés de criminelles dont la première en est l'inspiration par son parcours hors du commun, comme l'héroïne de la telenovela "la reine du Sud" en est un exemple tout indiqué, parmi de nombreux autres.

El Chido (Alfredo Rios "El Komander"): Outre sa ressemblance physique (frappante) avec le chanteur de narco-corridos notoire connu sous le nom de "El Komander", il est répété à plusieurs reprises dans le jeu que le personnage d'El Chido, connu aussi comme Marcelo Rios (dont la similitude avec le véritable patronyme d'El Komander, Alfredo Rios, est là aussi criante) n'est autre que le chanteur de narco-corridos le plus réputé du Mexique, titre que l'on pourrait attribuer dans la réalité à "El Komander". L'implication de ce dernier avec des groupuscules mafieux locaux est d'ailleurs souligné dans un reportage pour une chaîne de télévision française, ce qui est également le cas du personnage de "El Chido" dans le jeu vidéo. L'on pourrait aussi avancer le nom du non moins fameux Gerardo Ortiz, également prétendant au titre de chanteur de corridos mexicain le plus réputé, qui aurait hypothétiquement put inspiré le personnage d'"El Chido" si la création de celui-ci n'avait en réalité eu d'autre prétention que de s'inscrire vaguement dans la même veine que ces chanteurs, avec plus ou moins d'exactitude, mais au contraire de dépeindre avec une fidélité toute relative ce milieu et univers musical, tout en jouissant d'heureuses coïncidences, aussi bien dans les traits que le parcours, avec les artistes mentionnés ci-dessus (si tel est le cas les inspirations des scénaristes pourraient bien entendu dépasser la mention de ces deux seuls artistes ; l'on peut d'ailleurs noter une certaine ressemblance, purement physique toutefois, avec le chanteur Sean Paul). Enfin, et pour être exhaustif, malgré de potentielles autres sources d'inspiration dans le domaine de la musique, il est précisé qu'"El Chido" est né à Culiacan dans l'État de Sinaloa (tout comme "El Komander", son principal "inspirateur"), contrairement à Gerardo Ortiz originaire quant à lui de Californie.

Boston Reed (Barry Seal) : Le personnage de Boston Reed dans le jeu est largement inspiré par Barry Seal, qui fut pilote pour le cartel de Medellin.

El Sueño (Nazario Moreno Gonzalez) : Bien que le leader du cartel de la Santa Blanca, dans Ghost Recon Wildlands, semble être inspiré par nombre de ses homologues chefs de cartels dans la réalité (il partage notamment l'un de ses surnoms, présent sur l'organigramme dépeignant les cibles du jeu, "El jefe de jefes", avec de nombreux trafiquants comme Arturo Beltran Leyva, Miguel Angel Felix Gallardo et Nemesio Oseguera Cervantes "El Mencho", par exemple) El sueño présente de nombreuses similitudes avec l'un d'eux en particulier, Nazario Moreno Gonzalez, dont le cartel de Los caballeros templarios opérait également en tant que culte religieux, s'établissant par son statut de leader du cartel en véritable chef spirituel, tout comme El sueño dans le jeu, ainsi que par son mysticisme et le caractère énigmatique de son personnage. L'antagoniste principale de Ghost Recon Wildlands partage un autre point commun dans ses pérégrinations avec Nazario, qui aurait lui aussi rédigé (ou fait rédigé) sa propre bible, servant de guide de spiritualité dans son organisation.

El Pozolero (Santiago Meza Lopez "El Pozolero") : L'individu ayant servi de muse au studio parisien pour la création du personnage de "El Pozolero" est ici d'autant plus identifiable qu'il porte le même pseudonyme que son pendant virtuel, dans le jeu, "El Pozolero" (le cuistot ou le marmiton en français), et occupe la même fonction au sein de son cartel, à savoir la lourde de tâche de dissoudre des dépouilles compromettantes dans des bidons d'acide. Santiago Meza Lopez aurait avoué avoir ainsi fait disparaître plus de 300 personnes au long de sa sinistre carrière. Un chiffre également avancé dans le jeu, cette fois le nombre d'individus qui seraient passés entre les mains de "El Pozolero" au cours d'une seule année (celle oú se déroule l'action du jeu). Il est aussi précisé que le nombre total des victimes du personnage équivaudrait à plus ou moins 600 individus. Enfin, dans la chanson qui lui est dédié, le personnage de "El Pozolero" est décrit comme étant natif du Nord du Mexique, à proximité de la frontière, zone oú opérait le véritable "Pozolero".

Ricky Sandoval (Enrique "Kiki" Camarena) : De par son aspect, ses pérégrinations, s'établissant ainsi en véritable sosie de l'agent de la DEA défunt "Kiki" Camarena, le personnage de Ricky Sandoval est, sans qu'aucun doute ne puisse subsister, très largement inspiré de ce dernier, tout comme la trame principale (traitant d'un agent américain de la DEA infiltré à l'étranger au sein d'un puissant cartel mexicain et son assassinat) puise ostensiblement son inspiration dans le célèbre "fait divers" notoirement connu comme "l'affaire Camarena".

Notes et référencesModifier

  1. Le jeu est co-développé avec Ubisoft Annecy, Ubisoft Bucarest, Ubisoft Montpellier, Ubisoft Milan, Ubisoft Romania et Ubisoft Reflections.
  2. « E3 2016 : Ghost Recon Wildlands daté pour l'an prochain », Jeuxvideo.com, (consulté le 14 juin 2016)
  3. « Ghost Recon Wildlands is One of Ubisoft's Biggest Open-Worlds Yet - UbiBlog - Ubisoft® », sur UbiBlog - Ubisoft®
  4. a et b Keith Stuart, « E3 2015: Ghost Recon Wildlands will be Ubisoft's largest ever open-world game », sur the Guardian
  5. David Scammell, « Ubisoft announces Ghost Recon Wildlands, a third-person open-world shooter for PS4, Xbox One & PC », sur VideoGamer.Com
  6. « Ghost Recon Open-World Game Revealed at E3 2015 », sur GameSpot
  7. « Tom Clancy’s Ghost Recon: Wildlands Gets Official FAQ With Info Aplenty and Lovely Screenshots », sur dualshockers.com
  8. « E3 2015: Ubisoft Announces Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands », sur hardcoregamer.com
  9. « Year 2 : Focus sur la mise à jour Special Operation 2 », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  10. « Mise à jour 2 : Jungle Storm | Notes de mise à jour », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  11. « Stream spécial : la chasse », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  12. « Ghost Recon® Wildlands entre dans sa 2e année », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  13. « MISE À JOUR 5 : SPECIAL OPERATION 1 », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  14. « Special Operation 2 : notes de mise à jour TU15 », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  15. « 2e année : Special Operation 3 - Notes de mise à jour », sur ghost-recon.ubisoft.com (consulté le 22 décembre 2018)
  16. Ubisoft lance Opération Oracle.
  17. Guy Moqette, Ghost Recon Wildlands : Ubisoft sort son schnouff-movie, 1er avril 2017, Canard PC n°357, p. 12-16.
  18. Stoon, « Test de Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands », sur Gamekult, (consulté le 19 mars 2017).
  19. (en) Miguel Concepcion, « Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Review », sur gamespot.com,
  20. (en) Brian Albert, « Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Review », sur IGN,
  21. Silent_Jay, « Test : Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands », sur jeuxvideo.com, (consulté le 19 mars 2017).
  22. Dan Stapleton, « E3 2015: Ghost Recon: Wildlands Breaks Ubisoft's Open-World Mold », sur ign.com,
  23. GamesRadar Staff, « The 15 biggest surprises of E3 2015 », sur GamesRadar+,
  24. IGN's E3 Crew, « IGN's Best of E3 2015 Awards », sur ign.com,
  25. « GameSpot Best of E3 2015 Awards », sur GameSpot
  26. « Game Informer's Best Of E3 2015 Awards », sur www.GameInformer.com
  27. « La Bolivie froissée par son image dans un jeu vidéo français », AFP,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)

"Narco-corridos des ballades à la gloire des narco-trafiquants très appréciées" pour France 24

"El Pozolero, un mexicain peu fréquentable" -CourrierInternationalhttps://www.courrierinternational.com/breve/2009/01/27/un-mexicain-peu-frequentable#nav

Nazario Moreno Gonzalez https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cial:MobileLanguages/Nazario_Moreno_Gonz%C3%A1lez

Affaire Enrique Camarena https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cial:MobileMenu

Lien externeModifier