Ouvrir le menu principal

Tanneguy IV du Chastel

noble français, vicomte de la Bellière
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanneguy du Chastel et Duchatel.
Tanneguy IV du Chastel
Tannegui du Chatel.jpg
Portrait de Tanneguy IV du Chastel
Biographie
Décès
Blason Famille du Chastel.svg
Blason de la famille du Chastel.

Tanneguy IV du Chastel, aussi orthographié Tannegui IV du Chastel, Tanguy IV du Chatel ou Tannery du Chastel, est un noble français du XVe siècle, né en Bretagne et mort le . Il est vicomte de la Bellière, gouverneur du Lyonnais, du Roussillon et de Cerdagne, sénéchal de Provence. Réfugié en Bretagne, il devient grand maître d'hôtel du duc François II, puis chambellan du roi de France Charles VII.

BiographieModifier

Tanneguy IV du Chastel est issu de la famille du Chastel, nobles de Bretagne dont le château se trouvait à Trémazan dans le Léon. Fils d'Olivier du Chastel, il est le neveu de Tanneguy III du Chastel qui l'introduisit à la Cour, près du roi Charles VII[1].

Article détaillé : Famille du Chastel.

Au service de Charles VIIModifier

 
Charles VII.

Le , il est fait premier écuyer du Roi et grand-maître de l'écurie, puis grand écuyer du Roi jusqu'à la mort de Charles VII le . En 1454 également, il devient le lieutenant du comte du Maine Charles IV d'Anjou, alors gouverneur du Languedoc, et est nommé en 1458 viguier et châtelain de Beaucaire et Aigues-Mortes, pour tenir les États de Languedoc assemblés à Carcassonne.

En 1459, pendant le congrès convoqué à Mantoue par Pie II en vue d'une préparation de la croisade, il est envoyé avec Jean II de Chambes[2], Baron de Montsoreau, à Venise. À la mort du roi, il fait partie de ceux qui organisent ses funérailles[1]. Il est écarté par Louis XI en 1461, qui ne s'entoure au début de sa vie que d'un cercle de très proches amis.

Au service de François IIModifier

Tanneguy revint en Bretagne, où par son mariage avec Jeanne Raguenel de Malestroit, en 1462, il devint vicomte de la Bellière en 1471, après la mort de Jean IV Raguenel, baron de Malestroit, maréchal de Bretagne[3], du nom d'un apanage situé sur la paroisse primitive de Pleudihen, dans les Côtes-d'Armor[4].

Il est un fidèle du duc de Bretagne François II qui le nomme grand maître d'hôtel et capitaine de Nantes[1].

Grand sénéchal de Provence, il fut un proche du roi René d'Anjou, comte de Provence, qu'il soutient financièrement dans les moments difficiles. Il devient chevalier de l'Ordre du Croissant[5].

Nommé gouverneur du Lyonnais en 1462, il fait une entrée solennelle dans la ville de Lyon[6], mais il n'entreprend aucune action dans cette cité[7]. En 1465, il fait partie de l'ambassade qui se rend en Angleterre, pour assister au mariage du roi Édouard IV.

Au service de Louis XIModifier

 
Louis XI.

Lorsque éclate la guerre du Bien Public, il refuse de se battre contre son souverain ; il passe alors au service du roi Louis XI en 1468, et en devient le principal conseiller. Tannery, brillant chef de guerre, se battra sur de nombreux fronts, souvent avec succès. Louis XI lui enlève le gouvernement de Lyon et le nomme gouverneur de Roussillon et de Cerdagne de 1468 à 1471[8] plus adapté à son rôle de militaire. Il lui donne les seigneuries de Châtillon-sur-Indre, Noncourt, Pacy et Ézy. Le 1er août 1469, Tanneguy du Chastel fut choisi pour l'un des premiers chevaliers de l'ordre de Saint-Michel, par lettres patentes[9]. En 1472, alors que la guerre est rallumée par la coalition des ducs de Bretagne et de Bourgogne, Tannery arrive du Roussillon pour les repousser et défaire les troupes. Il rendit hommage lige au roi pour le château, la ville et la châtellenie de Châtillon-sur-Indre, le 20 février 1473, en paiement d'une dette de 36 000 livres que lui devait le roi. Il fut tué d'un coup de fauconneau le au siège de Bouchain (Nord), en Picardie, au cours d'un guerre contre la Bourgogne, après la mort de Charles le Téméraire. Louis XI le fit inhumer à Notre-Dame de Cléry, où lui-même se fera enterrer en 1483[10].

C'était un fin lettré, dont on a conservé plusieurs rondeaux[11]. Il possédait plusieurs livres dont trois manuscrits de l’Histoire ancienne jusqu'à César.[réf. nécessaire]

 
La tombe de Tanneguy IV du Chastel à Cléry-Saint-André.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Demotz et al. 2011, p. 44.
  2. Bibliothèque de l'École des chartes, 1re série, tome III, p. 183
  3. Info Bretagne: Généalogie des seigneurs de Malestroit.
  4. http://www.casteland.com/pfr/chateau/bretagne/finistere/tremazan/tremazan_seigneur4.htm
  5. http://www.heraldique-europeenne.org/Armoriaux/Croissant/Rene_I_1.htm
  6. Jean Duquesne Dictionnaire des gouverneurs de province Éditions Christian Paris (ISBN 2864960990) p. 153
  7. Demotz et al. 2011, p. 46.
  8. Jean Duquesne Op.cit p. 158
  9. https://books.google.fr/books?id=OJ-b2-CLz7EC&pg=PA238 Lettres patentes de Louis XI, Amboise, le 1er août 1469
  10. Louis Moreri, "Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane", tome III, 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5497481f/f559.image.r=Daoulas.langFR
  11. Gaston Raynaud, Rondeaux et autres poésies du XVe siècle, Paris, Société des anciens textes français, 1889, p. 40-50 et 60-61.

BibliographieModifier

  • Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1364-1477 de Prosper Brugière, baron de Barante, conservée à la Bibliothèque nationale de France (BnF N087463). Pour un récit détaillé de l'affaire du pont de Montereau (Extraits du document).
  • Albert Mirot, Vie politique de Tanguy du Chastel, thèse de l'École des chartes, 1926.
  • Philippe de Commines, Mémoire des faits du feu roy Louis onziesme: voir Index: Tanneguy du Chastel, Montereau-Fault-Yonne : le 2e passage concernant Montereau raconte l'assassinat de Jean sans Peur.
  • Bernard Demotz, Henri Jeanblanc, Claude Sommervogel et Jean-Pierre Chevrier, Les Gouverneurs à Lyon 1310 - 2010 : le gouvernement militaire territorial, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 255 p. (ISBN 9782841472260, notice BnF no FRBNF42514690)

Liens externesModifier