Ouvrir le menu principal

Sylvain Eugène Raynal

officier français

Sylvain Eugène Raynal
Sylvain Eugène Raynal
en tenue de colonel.

Naissance
Bordeaux
Décès (à 71 ans)
Boulogne-Billancourt
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Colonel
Commandement 7e régiment de tirailleurs algériens
Fort de Vaux
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Legion Honneur Commandeur ribbon.svg commandeur de la Légion d'honneur
Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg Croix de Guerre 1914-1918
Palmes academiques Chevalier ribbon.svg Ordre des Palmes académiques
Ordre du Nichan Iftikhar Chevalier ribbon (Tunisia).svg ordre de Nichan Iftikhar
Signature de Sylvain Eugène Raynal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raynal.

Sylvain Eugène Raynal, né le à Bordeaux (Gironde) et mort le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un officier français. Son rôle, jugé héroïque, dans la défense du fort de Vaux lors de la bataille de Verdun, lui a valu les honneurs des états-majors français et allemand.

Sommaire

BiographieModifier

 
Le poste de commandement du fort de Vaux avec une représentation de son chef.

Sylvain Raynal nait le à Bordeaux d'une famille originaire du Tarn-et-Garonne. Son père, engagé en 1870 pour la durée de la guerre se retire ensuite à Angoulême où il exerce la profession de bottier. En 1877, Sylvain entre au lycée de cette ville[SER 1].

Engagements civiquesModifier

Avant guerre, Sylvain Raynal s'engage dans des actions civiques fortes. Il soutient l'action de Jaurès[1] et du Parti socialiste. Proche du commandant Rossel[N 1],[2], collaborateur de Jaurès pour L'Armée nouvelle et la rubrique militaire de L'Humanité, il s'investit dans l'animation de la colonie de vacances socialiste « Le Grand Air »[3].

Carrière militaireModifier

En 1885, Sylvain Raynal s'engage au 123e régiment d'infanterie puis passe au 107e à Angoulême, prépare l'école militaire de Saint-Maixent-l'École et en sort premier. Il demande et obtient son affectation au 3e régiment de tirailleurs de Constantine. En 1902, il est promu capitaine et muté au dépôt de Falaise du 5e régiment d'infanterie à Paris. En mars 1913, il est muté avec le grade de major au 7e régiment de tirailleurs indigènes. Il y est nommé chef de bataillon quelques mois après et est à ce poste lors du début du conflit[SER 1].

Au début de la guerre, il est blessé plusieurs fois au combat : en septembre 1914 au cours de la bataille de la Marne puis au nord d’Arras, en , lors du bombardement de son poste de commandement. Il est hospitalisé pendant dix mois avant de retourner au combat le . Suite à une nouvelle blessure à l’automne 1915 en Champagne, provoquée par un tir de shrapnel, Raynal subit une nouvelle convalescence[4]. Ses différentes blessures lui valent d'être promu officier de la Légion d'honneur le [5].

Encore convalescent en , il ne marche qu'avec difficulté et la guerre semble terminée pour lui. C'est alors que le ministère de la Guerre annonce que les officiers qui ne peuvent pas servir en première ligne du fait de leurs blessures peuvent être nommés au commandement de forteresses. S'étant porté volontaire, Raynal demande à servir à Verdun où les Allemands viennent de lancer leur offensive.

Fin mai 1916, à la tête de 600 hommes encerclés dans la clé de voûte défensive du fort de Vaux, isolé des lignes françaises, il résiste seul aux assauts des troupes d'élites allemandes commandées par le Kronprinz, fils de l'empereur Guillaume II d’Allemagne. Assoiffées, dénutries, ses troupes combattent jusqu'à leur ultime limite, entravant l'offensive allemande. Sa résistance, qualifiée d'héroïque par l'état-major français, est considérée comme l'un des points de bascule de la bataille de Verdun, finalement remportée fin 1916 par l'armée française.

Pendant le siège, le , le commandant Raynal est élevé au grade de commandeur de la Légion d'honneur[5], nomination assortie de la citation à l'ordre du jour :

« Raynal (Sylvain Eugène), chef de bataillon au 96e régiment du train, commandant le fort de Vaux. Insuffisamment remis d'une grave blessure et n'ayant pu être remplacé à la tête d'une unité de campagne, a été nommé sur sa demande au commandement du fort de Vaux. Isolé dans cet ouvrage par un violent bombardement a, pendant six jours, repoussé les assauts répétés de l'infanterie ennemie, disputant pied à pied chaque couloir, chaque casemate, et maintenant jusqu'au bout par son exemple , l'inébranlable fermeté de la garnison[6]. »

À court de munitions, d'eau, de nourriture et d'hommes, attaqué aux gaz, le commandant Raynal envoie le un pigeon voyageur vers l'arrière afin d'obtenir d'ultimes instructions. Sans réponse de l'état-major, il remet la reddition du fort de Vaux le .

Pour saluer l'opiniâtreté et la ténacité des défenseurs du fort de Vaux les troupes allemandes assaillantes organisent spontanément une haie d'honneur aux assiégés[SER 2] qui déposent les armes. Impressionné par la résistance française et par l'hommage rendu par ses propres troupes à l'adversaire, le Kronprinz fait venir le commandant Raynal à son quartier général où il lui fait part de son admiration pour sa vaillance. Dans un geste peu commun pour la guerre 1914-1918 le Kronprinz remet solennellement à Raynal le coupe-choux d'un sapeur du génie en lui disant : « Je n'ai pu trouver que cette arme ... je vous prie de l'accepter ... parce que votre sabre n'a pas été retrouvé au fort de Vaux »[SER 3]. Quelques minutes plus tard le kronprinz remet à Raynal un sabre d'officier français « qu'il a fait chercher et trouvé dans Stenay »[SER 4].

En captivité, le , à la citadelle de Mayence puis à Strassburg, au sud de Königsberg en (Prusse Orientale)[SER 5], le , il est ensuite interné à Interlaken (Suisse)[SER 6] le . Il est libéré le et nommé lieutenant-colonel le [SER 1].

En 1920 il est commandant militaire de la ville de Mayence puis est en Syrie de 1921 à 1926 où il est promu colonel en [SER 1]. Il y commande les troupes de la région des Alaouites et, comme adjoint des généraux Michaud et Gamelin, participe aux opérations contre les Druzes[SER 1]. Bien qu'admis à la retraite en , il est chargé d'une mission en Syrie jusqu'en [SER 1].

Il meurt d'une crise cardiaque, à son domicile, le [7].

DistinctionsModifier

Le colonel Raynal est titulaire de plusieurs décorations :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  1. Médaille d'officier de la Légion d’honneur ;
  2. cravate de commandeur de la Légion d’honneur ;
  3. médaille de la croix de guerre 1914-1918 ;
  4. médaille de chevalier des palmes académiques ;
  5. ordre tunisien de Nichan Iftikhar.

HommagesModifier

Une plaque a été apposée en 1966, à l'occasion du cinquantenaire de la bataille de Verdun, sur son dernier domicile, au n° 36 de la rue Denfert-Rochereau à Boulogne-Billancourt[4].

Un décret municipal du a donné à une voie privée du 15e arrondissement de Paris le nom du commandant Sylvain Eugène Raynal[8].

Bordeaux a une place du Colonel-Raynal, Angoulême et Beausoleil ont une place du Commandant-Raynal. Le Mans, Mérignac, Périgueux, Étretat, Montville, Montpon-Ménestérol, Montreuil et Saint-Dizier ont une rue du Colonel-Raynal, Nîmes, Béziers, Montauban, Saint-Quentin, La Roche-sur-Yon, Le Perreux-sur-Marne, Houilles, Neuilly-Plaisance, Viroflay, Castelnaudary, Belleville-sur-Meuse une rue du Commandant-Raynal. Compiègne a un square du Commandant-Raynal. Verdun, comme Toulon, a une impasse du Commandant-Raynal.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. signature sous nom d'emprunt du commandant Henri Gérard du 147ème RI

RéférencesModifier

  • Autres références :
  1. « Le commandant Raynal et l’envoi du dernier pigeon : De l’Algérie à l’enfer des tranchées », sur verdun-meuse.fr (consulté le 5 novembre 2018)
  2. « L'Armée nouvelle : trois introductions », sur jaures.info (consulté le 10 février 2017)
  3. Gilles Candar et Christophe Prochasson, « Jaurès et le milieu des officiers républicains », Cahiers Jaurès, 3, 1994 et Le Populaire, 19 juin 1916.
  4. a et b « Le commandant Raynal et l’envoi du dernier pigeon », sur verdun-meuse.fr (consulté le 8 février 2017)
  5. a et b « Cote LH/2274/39 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. « La citation à l'ordre du jour du commandant Raynal », sur rosalis.bibliotheque.toulouse.fr, Le Midi socialste, (consulté le 5 novembre 2018), p. 2
  7. « Le colonel Raynal héros du fort de Vaux membre du comité d'honneur de l'ARAC est mort hier matin », sur gallica.bnf.fr, L'Humanité, n° 14634, Paris, Parti communiste français, (consulté le 8 février 2017), p. 1
  8. « allée du Commandant-Raynal (15ème arrondissement) », sur .parisrues.com (consulté le 8 février 2017)

BibliographieModifier

  • Sylvain Eugène Raynal (Colonel) (préf. Eugène Étienne), Le drame du fort de Vaux : journal du commandant Raynal, Verdun, Éditions lorraines Frémont, , 256 p. (ASIN B003UAJPJO). Réédition en 1949 par les éditions Albin Michel, Paris

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier