Ouvrir le menu principal

Association républicaine des anciens combattants

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arac.
Association républicaine des anciens combattants
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique

L’Association républicaine des anciens combattants (ARAC) est une association d'anciens combattants de gauche, créée en 1917 et existant encore actuellement.

Historique de l'AracModifier

L'ARAC fut fondée en , durant la Première Guerre mondiale, par Raymond Lefebvre, Henri Barbusse (son premier président) et des proches (dont Georges Bruyère, Paul Vaillant-Couturier, Boris Souvarine…), anciens combattants de la Première Guerre mondiale et souvent militants de la SFIO et de la SFIC .

Ils lui fixèrent quatre principaux objectifs :

  • obtenir, puis défendre et étendre les droits à réparation des anciens combattants et victimes de guerre ;
  • rassembler les hommes et les femmes dans l'action contre la guerre, pour la paix et la solidarité entre les peuples ;
  • cultiver la mémoire de l'histoire dans un esprit de vérité.
  • promouvoir les idéaux républicains de liberté, d'égalité et de fraternité et lutter contre le colonialisme et le fascisme.

Dans l'entre-deux-guerres, l'Arac était la grande organisation d'anciens combattants de gauche (proche du Parti communiste), tandis que beaucoup d'autres organisations (telle l'Union nationale des combattants) étaient (du moins en ce qui concerne leurs dirigeants), attirées par un certain nationalisme voire un activisme nationaliste. Néanmoins, le 6 février 1934, l'Arac a appelé à manifester place de la Concorde, avec les autres associations d'anciens combattants.

Le journal de l'ARAC, "Le Réveil des combattants", ressort en (no 1).

Après la Seconde Guerre mondiale, son siège se trouve 45 rue du Faubourg-Montmartre (9e arrondissement de Paris).

L'Arac aujourd'huiModifier

Les principales missions de l'Arac actuellement sont :

  • Des services juridiques et sociaux (obtention de la Carte du combattant, du titre de Reconnaissance de la nation, de la retraite du combattant, etc. L'assistance d'un avocat et d'un médecin-conseil pour l'obtention des pensions militaires d'invalidité).
  • Service « voyages et loisirs » (organisation de voyages, ainsi que diverses activités dans un objectif de mémoire, de civisme et d’action pour la paix et la solidarité internationale). L'ARAC a créé des Clubs de la mémoire locaux essentiellement ouverts aux jeunes.
  • La Mutuelle de Retraite, la Mutuelle de Santé (rente mutualiste ancien combattant, aide aux frais d'obsèques, complémentaire santé).

Le journal de l'ARAC, Le Réveil des combattants, est tiré à 60 000 exemplaires en 2018.

Depuis plusieurs années, il n'y a plus de service juridique et social. Le service voyages n'existe plus. La Mutuelle de l'ARAC est un organisme indépendant de l'ARAC.

Le siège de l'ARAC se trouve désormais à Villejuif.

Mouvements associés à l'AracModifier

  • Comité pour la construction du Village de l’Amitié au Vietnam (Vanh Can).
  • ARAC–Cuba–Solidarité.
  • Centre national de la mémoire de l’histoire de l’ARAC.
  • Les Amis d'Henri Barbusse-La Maison d'Henri Barbusse.
  • Les Amis de Paul Vaillant-Couturier.
  • Mouvement national et international contre la réhabilitation du fascisme et des fascistes.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Les Archives de l'Arac au Centre d'Histoire du travail-Université de Nantes ([1]).