Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Scandale des œufs contaminés au fipronil

scandale alimentaire touchant l'Union européenne en 2017
Les œufs de poules élevées en batteries — principalement utilisés dans les aliments industriels[1] — sont ceux les plus touchés.

Le scandale des œufs contaminés au fipronil est un scandale sanitaire ayant débuté en Europe en 2017[2] avant de se propager en Asie.

Début , la Belgique est alertée par un exploitant. L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) — l'agence sanitaire belge — détermine alors après enquête qu'une entreprise néerlandaise, Chickfriend, a revendu des traitements acaricides contre le pou rouge pour des poules pondeuses achetés chez Poultry-Vision, une entreprise belge[2]. Ces traitements, à base de fipronil, sont interdits pour les animaux destinés à la consommation humaine. Ils ont été utilisés par des entreprises de désinfection dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne[3]. Plus de six mille litres de produit interdit ont été saisis chez Poultry-Vision[2].

Des millions d'œufs de poule ont été retirés du commerce[2], dont des œufs estampillés « bio » provenant des Pays-Bas[4],[5]. La viande de poulet ne serait pas concernée[6].

Selon des factures, des traitements à base de fipronil pour le secteur avicole auraient été livrés en Belgique dès mai 2016[7]. Il est donc probable que différents aliments industriels − qui utilisent principalement des œufs de poules élevées en batterie[1] − en contiennent[8],[7],[9], mais ils pourraient être consommés en toute sécurité selon l'AFSCA[6].

Fin , le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation français annonce qu'un autre pesticide, l'amitraze, a également été utilisé de façon illégale dans des élevages de poules pondeuses[10].

Sommaire

ChronologieModifier

Le , la Belgique est alertée par un exploitant à la suite d'une analyse du [11].

Le , la Belgique alerte la Commission européenne via le RASFF, un système d'alerte qui signale les problèmes relatifs aux produits agroalimentaires dans l'Union européenne[2].

Le , les Pays-Bas annoncent avoir détecté du fipronil dans des centaines de milliers d’œufs. La Belgique affirme que les Pays-Bas — l’un des plus gros exportateurs d’œufs au monde, avec près de cinquante millions de poules pondeuses — sont au courant depuis , ce que ceux-ci démentent[2],[3]. C'est en que la NVWA (nl) (l'Agence alimentaire néerlandaise) a reçu pour la première fois une indication quant à l'utilisation de fipronil pour lutter contre le pou rouge dans les élevages de volaille[12],[13].

Le , l'AFSCA communique une liste de dix codes œufs à ne pas consommer : 2BE3084-2, 2BE3084-3, 2BE3084-6, 2BE3123-A, 2BE3123-B, 2BE3123-C, 3BE4004, 3BE4005, 1BE8016 et 3BE3114[14].

Le , onze pays européens sont concernés : l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Suède et la Suisse[2].

Dans un communiqué du , la Commission européenne ajoute à la liste des pays touchés la Pologne, l'Irlande, l'Italie, la Slovénie et l'Autriche. En dehors de l'Europe, Hong-Kong est également touché[15].

L'Autriche confirme le être touchée, après l'analyse d'échantillons de jaune d'œuf[16].

Le , le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales sud-coréen annonce que des œufs contaminés ont été découverts dans deux fermes à l'est de Séoul[17]. Le pays ouvre alors ses frontières aux œufs importés d'Espagne[18]. Le même jour en Hongrie sont retirés du marché plusieurs lots d’œufs contaminés importés d'Allemagne et destinés à des restaurants du pays[19].

Le , le directeur du Conseil de l'Agriculture de Taiwan, Chen Chi-chung, déclare que du fipronil a été trouvé dans des œufs produits par des exploitations à Taiwan[20].

Le , le scandale s'étend à Malte où des œufs contaminés sont trouvés.

Le , la Commission européenne déclare à la suite d'une enquête, que la fraude remonte à [21].

Situation en FranceModifier

Évolution chronologiqueModifier

Le , le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation déclare qu'« à ce jour, la France n'est toujours pas dans la liste des pays concernés par cette contamination[22] », évoquant alors un « risque de contamination limité ».

Dès le 7 août, un communiqué de presse du gouvernement annonce que treize lots d'œufs contaminés en provenance des Pays-Bas ont été livrés à deux établissement français de fabrication d'ovoproduits. Un élevage du Pas-de-Calais est alors placé sous surveillance.

Le 8 août, le nombre d'établissement concernés passe à cinq[23].

Le 9 août, Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, tient une conférence de presse où il pointe du doigt la coopération entre les pays européens, qui n'aurait selon lui pas permis aux autorités françaises de réagir « dès les premiers instants »[24].

Le 11 août, Stéphane Travert révèle que 250 000 œufs contaminés ont été vendus en France depuis avril[25]. Entre le 16 avril et le 2 mai, un premier lot de 196 000 œufs contaminés en provenance de Belgique est mis en vente en France, sans répercussion sur la santé constatée d'après l'ANSES[26]. Entre les 19 et 28 juillet, un lot de 48 000 œufs contaminés, venant des Pays-Bas et portant le code 0NL43651-01, est mis en vente dans le commerce en France. Le distributeur Leader Price retire ces œufs de ses rayons dès qu'il est informé du risque de contamination.

Le 15 août, le ministère annonce que la liste des produits dépassant les teneurs en fipronil autorisées sera prochainement publiée[27].

Le 16 août, selon un communiqué de la FCD, bien qu'il n'y ait pas de rappel officiel, les supermarchés retirent les produits qu'ils suspectent d'être contaminés sans en informer les consommateurs au moyen d'affichettes dans les rayons[28].

Le 17 août, le ministère publie une première liste qui sera actualisée le lendemain[29]. 16 produits sont concernés.

Le 17 septembre, un mois après la publication de la première liste, plus de 40 produits sont concernés selon le site officiel du ministère de l'agriculture[30].

Établissements de transformations d'œufs ou d'ovoproduits concernésModifier

Au 17 août 2017, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a identifié seize établissements de transformations ayant reçu des œufs ou des ovoproduits contaminés au fipronil[31].

Le 22 août 2017, un établissement a été retiré de liste officielle après que le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a constaté que la quantité de produits contaminés n'était pas de 10 800 œufs mais de seulement 200 œufs.

Deux nouveaux établissements ont été identifiés le 24 août 2017.

Département Établissement français Origine du fournisseur Quantité d'œufs
Côte d'Armor (22) Agro Terroirs SARL Pays-Bas 10 800 200[32]
Aveyron (12) Soulié Restauration Lodewijckx (  Belgique) 200 kg d'ovoproduits
Maine-et-Loire (49) Igreca Extrade (  Pays-Bas) 743 040
Morbihan (56) Futurœuf Ovocom (  Belgique) 194 400
Morbihan (56) Mix Buffet   Belgique 26 130 œufs écalés
Moselle (57) La Fournée Dorée   Belgique 29 tonnes d'ovoproduits
Nord (59) Ovoservice Van Zetten - Europe Nord (  Pays-Bas) 308 000
Nord (59) Pidy Production   Belgique 4 080
Pas-de-Calais (62) Sovimo Agraprodukt (  Pays-Bas) 64 800
Bas-Rhin (67) Horvat SAS   Allemagne 1 tonne d'ovoproduits
Bas-Rhin (67) Heimburger SAS Global Food (  Pays-Bas)
Haut-Rhin (68) Val Fleuri   Pays-Bas 43,94 tonnes
Rhône (69) Randy SAS Lodewijckx (  Belgique) 900 kg d'ovoproduits
Vendée (85) La Fournée Dorée   Belgique 31 tonnes
Vendée (85) Ex-Trade (Les Œufs Geslin)   Pays-Bas 309 600
Vendée (85) Sofresh   Belgique 23 620 œufs écalés
Vendée (85) Goodwich   Belgique 7 920 œufs écalés
Vendée (85) La Belle Henriette   Belgique 4 992 œufs écalés
Vienne (86) Samo Burger trading (  Pays-Bas) 1 121 040

Centres de conditionnements d'œufs concernésModifier

Au 24 août 2017, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a identifié deux centres de conditionnement ayant reçu des œufs ou des ovoproduits contaminés au fipronil.

Département Établissement français Origine du fournisseur Quantité d'œufs reçus Quantité d'œufs commercialisés en France
Nord (59) Carton Jean SARL Debiest (  Belgique) 305 404 (code 2 BE 3084-3) 196 200
Somme (80) Œuf Nord Europe Eierencentrale West (  Pays-Bas) 172 800 (code 0 NL 43651-01) 63 808

Grossistes concernésModifier

Au 24 août 2017, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a identifié 41 grossistes ayant échangé un total de 57 tonnes d'ovoproduits contaminés.

Département Établissement Origine des produits
06 ANC SURGELES   Belgique
11 PEDRERO SAS   Belgique
13 MANZON JEAN-CLAUDE SA   Belgique
18 GUILMOT-GAUDAIS SAS   Belgique
25 JR DISTRIBUTION   Belgique
26 PELLERIN DISTRIBUTION   Belgique
27 CREMBEUR ETS.   Belgique
28 BOULANGER DISTRIBUTION   Belgique
29 BONDU   Belgique
33 LODIFRAIS LORMONT   Belgique
34 DISTRISUD   Belgique
35 PAVIOT/SAS BONDU   Belgique
40 PATIBOUL SAS   Belgique
42 RHD LABO   Belgique
44 LAITERIE DU GRAND CLOS SA   Belgique
44 LE ROCHER DU LION SARL   Belgique
49 FUSEAU   Belgique
51 PIERRE EURL   Belgique
51 DGF DISTRIBUTION REIMS-BETHENY   Belgique
54 GRIVEL SARL   Belgique
57 CBPL SARL   Belgique
58 LOMBART LEFEBRE SA   Belgique
59 PROLAIDIS   Belgique
59 VANDENBULCKE S.A.R.L.   Belgique
62 WOLNIAK SAS   Belgique
62 PROLAIDIS BOULOGNE   Belgique
62 LECONTE ETS   Belgique
62 DESSAILLY GILLE RESTAURATION SAS   Belgique
63 FRANCE FRAIS AUVERGNE   Belgique
67 SODIFRAIS ILLKIRCH   Belgique
68 COOPERATIVE DES BOULANGERS   Belgique
68 PIERRE MICHEL STE   Belgique
69 BLANCHIN SAS   Belgique
69 BROC SERVICE FRAIS   Belgique
69 JALLON SAS   Belgique
69 RANDY SAS   Belgique
84 SDV SORGUES   Belgique
85 RICHARD DISTRIBUTION (OREPI)   Belgique
86 LEGEAY/GOUDEAU SAS   Belgique
88 CLEURIE SAS   Belgique
93 EUROFROMAGE   Belgique

Produits retirés du marché en France ou rappelés chez les consommateursModifier

Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a publié sur son site internet une liste de produits retirés du marché ou rappelés chez les consommateurs. Les produits listés ci-dessous sont retirés du marché car ils contiennent du fipronil à une concentration supérieure à la limite réglementaire (LMR de 0,005 mg/kg de produit)[33].

Dénomination du produit Marque Origine Date de mise sur le marché Produit sur Open Food Facts
Galette artisanale pur beurre x4 Astruc   France

Matières premières de

  Belgique

5 juillet 2017
Gaufres pur beurre enrobage chocolat noir x8 Astruc   France

Matières premières de

  Belgique

17, 24 août 2017
4 muffins Arizona (ALDI)   Belgique 29018574
Gaufres Biscuiterie Latour   France

Matières premières de

  Belgique

Chocolat mini fourrés x14 420 g Mister Choc (Lidl)   France

Matières premières des

  Pays-Bas

17, 18, 19, 24 et 25 juillet 2017 20083328
Brownie Individuel Chocolat et Pépites 240 g Marque Repère (Leclerc)   Belgique 28 juin 2017 3564700466339
Brownie À Partager Chocolat Pépites 285 g Marque Repère (Leclerc)   Belgique 29 juin 2017 3564700466377
Muffins Pépites Chocolat Noir 4X75 g Marque Repère (Leclerc)   Belgique 3 juillet 2017
Muffins Vanille pépites chocolat 4x75 g Leader Price   Belgique 3263852675513
Muffins chocolat pépites chocolat 4x75 g Leader Price   Belgique 3263852675612
Muffins Vanille pépites chocolat fourrés noisette 4x75 g Leader Price   Belgique
Muffins Vanille fourrés myrtilles 4x75 g Leader Price   Belgique
Pommes Dauphines U   Belgique 3256224701699
Mini torsades 7 œufs 250 g Grand-Mère   France

Matières premières des

  Pays-Bas

17 juillet 2017
Nids 4 mm 7 œufs 500 g Grand-Mère   France

Matières premières des

  Pays-Bas

17 juillet 2017
Nids 4 mm 7 œufs 250 g Grand-Mère   France

Matières premières des

  Pays-Bas

17 juillet 2017 3065620011024
Nids 4 mm 7 œufs 250 g Nos régions ont du talent   France

Matières premières des

  Pays-Bas

17 juillet 2017 3564709000268
8 mini gaufres 165 g Les Trouvailles de Lucile   Pays-Bas 27 juillet 2017 3513851556741
Frangipane 208 g Lotus   Belgique 3 août 2017 5410126050912
Mini frangipane 260 g Lotus   Belgique 7 juillet 2017 5410126120561
4 gaufres 165 g le prix gagnant Leader Price   Pays-Bas 28 juin 2017
12 mini gaufres 250 g Leader Price   Pays-Bas 1er août 2017 3263852672611
6 gaufres poudrées 260 g Leader Price   Pays-Bas 27 juillet 2017 3263852672819
12 mini gaufres 250 g Franprix   Pays-Bas 26 juillet 2017
6 gaufres poudrées 260 g Franprix   Pays-Bas 26 juillet 2017
6 gaufres flash poudrées 260 g Système U   Pays-Bas 3256220178334
6 gaufres pâtissières 250 g Système U   Pays-Bas 6 juillet 2017 3256220178341
Gaufres moelleuses poudrées 260 g Monoprix   Pays-Bas 12 juillet 2017 3350030205089
Mini gaufres molles poudrées 208 g Monoprix   Pays-Bas 23 juin 2017
6 gaufres flash poudrées 260 g Casino   Pays-Bas 3222475538025
Gaufres flash tous les jours 165 g Casino   Pays-Bas
Gaufres molles 345 g Chabrior (ITM)   Pays-Bas 20 juillet 2017
Gaufres molles 260 g Netto (ITM)   Pays-Bas 20 juillet 2017 3250392171384
Gaufres molles 250 g Top Budget (ITM)   Pays-Bas 20 juillet 2017 3410280015835
6 gaufres poudrées 260 g P'tit Déli - Marque Repère (Leclerc)   Pays-Bas 28 juin 2017 3564700818404
12 gaufres aux œufs frais 250 g Eco+ (Leclerc)   Pays-Bas 28 juin 2017 3450970094788
Gaufres poudrées aux œufs frais (4x26 g) Carrefour   Pays-Bas 17 juillet, 29 juillet, 11 août 2017

À cette liste s'ajoute aussi au moins un produit, le Moelleux chocolat sans gluten 450 g de la marque Dessert Factory, rappelé par Auchan Drive pour cause de fipronil[34].

Établissements concernés hors de FranceModifier

La société danoise Danaeg Products reçoit vingt tonnes d’œufs durs écalés d'un fournisseur belge. L'autorité alimentaire et vétérinaire du pays (Fødevarestyrelsen) a déclaré que « les œufs ont essentiellement été vendus à des cafétérias, des cafés et des traiteurs ». Nordic Egg, filiale danoise du groupe allemand Waden Group, a également importé deux tonnes d'ovoproduits contaminés[35].

En Hongrie, l'entreprise Asia Gastro Food (Ázsia Gasztro Élelmiszer Ltd) importe d'Allemagne une préparation surgelée à base d’œuf destinée à la réalisation de plats asiatiques appelée « Tamago Ei-Omelett-Block ». Les plats préparés de ce grossiste sont destinés aux établissements de restauration collective[36].

Au Royaume-Uni, la Food Standards Agency (FSA) publie une liste de produits contenant des œufs contaminés rappelés des supermarchés, on y trouve notamment des salades composées Sainsbury's, des sandwiches Morrisons, des sauces Waitrose ainsi que des salades composées Asda[37].

À Hong-Kong, le Centre de sécurité alimentaire diffuse dès le 4 août une alerte concernant les œufs de la marque Cheer importés des Pays-bas et vendus sur place. Le code sur la coquille est 2-NL 4378101[38].

À Taiwan, 354 exploitations sont contrôlées. Plus d'un million d'œufs contaminés a été retrouvé sur 44 sites de production[39].

En Suisse, les supermarchés Migros annoncent dans un communiqué en date du 4 août le retrait de leurs rayons de lots d’œufs de la marque M-Budget après la détection de fipronil en « valeurs infimes ». Les magasins Coop et ALDI n'ont pas trouvé de traces de fipronil dans leurs œufs importés mais ont décidé de les retirer des étals préventivement[40].

En République tchèque et en Slovaquie, le 6 septembre, Mondelēz rappelle six lots de biscuits de sa marque Zlaté fabriqués avec des jaunes d'œufs en poudre contaminés au fipronil[41].

En Slovaquie, l'autorité de sécurité alimentaire du pays déclare, le 17 août, avoir reçu des résultats positifs de contamination au fipronil pour des préparations d’œufs pasteurisés à destination de quatre hôtels de luxe : le Crowne Plaza, le Sheraton, le Falkensteine et le Grand Hotel River Park de Bratislava. Ce sont 675 de ces préparations qui ont été livrées entre le 25 juillet et le 11 août 2017. C'est une entreprise autrichienne qui a fabriqué en Allemagne ses produits avec des œufs néerlandais. Les analyses réalisées en Autriche ont révélé des taux de 0,026 mg de fipronil par kg alors que la limite résiduelle autorisée est fixée à 0,005 mg/kg[42]. Le 30 août, le ministère de l'Agriculture slovaque signale qu'une boulangerie appartenant à la compagnie néerlandaise Zeelandia installée à Rozhanovce a utilisé des préparations, à base d'œufs pasteurisés, fabriquées en Allemagne et contaminées au fipronil[43].

En Italie, du fipronil est retrouvé dans 127 lots d'omelettes surgelées du groupe allemand Kagerr distribués par une entreprise de Lombardie[44]. À ceux-ci s'ajoutent des pâtes à l'œuf issues d'un atelier artisanal dans la province de Rome et des œufs d'un centre de conditionnement pour la grande distribution situé à Ancône[45].

En Norvège, le 22 août, le groupe agroalimentaire Orkla Foods publie par la voie de deux communiqués de presse deux listes totalisant seize sauces et vinaigrettes utilisant des œufs ou ovoproduits contaminés au fipronil et rappelés en magasin[46],[47].

En Bulgarie, un lot de 500 kg d'ovoproduits contaminés est utilisé pour produire des glaces et de la mayonnaise, un deuxième lot de 93 kg a également été retiré du marché le 29 août[48]. Un troisième lot de mélanges d'œufs surgelés avoisinant les 1 440 kg a également été signalé le 5 septembre[49].

À Malte, des traces de fipronil ont été trouvées dans des œufs importés mais aussi produits localement[50].

Risque sanitaireModifier

Le fipronil est un antagoniste de l'acide γ-aminobutyrique (GABA)[51], il bloque les canaux à chlorures associés aux récepteurs du GABA et du glutamate[52] ce qui en fait un puissant toxique pour de nombreux insectes et d'autres animaux à sang froid[53],[54]. Il se lie à une haute affinité au site EBOB des récepteurs GABA chez les insectes et avec une faible intensité aux site EBOB, TBPS et BIDN des récepteurs GABA des vertébrés[51], ce qui explique sa faible toxicité pour les animaux à sang chaud.

Les traitements, à base de fipronil, sont interdits pour les animaux destinés à la consommation humaine[8],[55],[56].

La toxicité du fipronil a été établie pour des rats de laboratoire[57], mais n'a pas été observée pour l'humain.

L'Environmental Protection Agency (EPA) américaine classe le fipronil cancérigène possible pour l'Homme catégorie C (catégorie au niveau de risque le plus bas)[58].

L'AFSCA affirme que les œufs contaminés peuvent être consommés en toute sécurité[6].

Pour les toxicologues de son homologue néerlandais, le Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu (nl) (RIVM, soit Institut national pour la santé publique et l'environnement), les œufs ne présentent pas de risque aigu pour la santé[59].

RéactionsModifier

Pour le secrétaire national de la Confédération paysanne (France) ː « Ce scandale n’est pas seulement celui de la filière œuf, mais celui de l’agro-industrie et du modèle économique de libre-échange dans lequel elle prospère[60] ». La Confédération paysanne a également publié un communiqué plus détaillé[61].

Foodwatch dénonce quant à elle le manque de transparence de la part des autorités et des grandes enseignes. Elle accuse ces dernières d'avoir retiré « en catimini[62] » les produits contaminés de leurs rayons sans en avertir le grand public. L'ONG de défense des consommateurs s'est également inquiétée « d'un potentiel risque d'exposition des consommateurs ».

Dans un article intitulé « Œufs contaminés, comment est-ce possible et quels garde-fous pour les consommateurs[63] ? », L'Humanité indique une liste, tenue par l'association L214, des entreprises engagées à ne plus commercialiser d'œufs de poules élevées en batterie[64].

Edith Schippers, ministre néerlandaise de la Santé, a reconnu que des erreurs ont été commises[65].

Conséquences judiciairesModifier

L'utilisation de fipronil étant interdite dans la production de nourriture destinée à la consommation humaine, une enquête criminelle est ouverte. Deux administrateurs de la société Chickfriend, aux Pays-Bas, sont arrêtés le et doivent être présentés à un juge-commissaire le 15 août[66],[67]. En Belgique, le parquet d'Anvers a annoncé onze perquisitions[68].

Conséquences économiquesModifier

À la suite de ce scandale, les ventes d'œufs dans les hyper- et supermarchés français auraient chuté de 8,7 % (entre le 7 et le 13 août). Les œufs de poules élevées en cage en ont le plus souffert, leur vente chutant de 16,5 % sur la même période[69].

En Belgique, le coût de fabrication de la mayonnaise a augmenté de 5 à 15 centimes d'euros. La crise du Fipronil a coûté 1 millions d'euros à la PME Colona[70].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Maxime Bourdeau, « Vous n'achetez jamais d'œufs de poules en cage ? Vous en mangez pourtant tous les jours », Le Huffington Post.fr,‎ (lire en ligne).
  2. a, b, c, d, e, f et g « Ce que l’on sait du scandale alimentaire européen des œufs contaminés au fipronil », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  3. a et b www.sudinfo.be, « Œufs contaminés : deux administrateurs de Chickfriend arrêtés aux Pays-Bas suite aux perquisitions, l’enquête contre la fraude s’accélère », Sudinfo,‎ (lire en ligne).
  4. « J’ai consommé quatre boîtes d’œufs contaminés au fipronil », L'Avenir,‎ (lire en ligne).
  5. (nl) C&V Overig, « Lijst met eicodes van eieren met fipronil », sur www.nvwa.nl (consulté le 11 août 2017).
  6. a, b et c « AFSCA - Fipronil dans les œufs », sur www.afsca.be (consulté le 11 août 2017).
  7. a et b « Du fipronil a été livré pour le secteur avicole en Belgique en mai 2016, selon Ecolo », RTBF Info,‎ (lire en ligne).
  8. a et b lefigaro.fr et AFP, « Œufs contaminés : le scandale s'étend à toute l'Europe », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  9. « Œufs contaminés au fipronil : 80 % du problème est aujourd'hui sans aucune réponse », RTBF Info,‎ (lire en ligne).
  10. avec AFP, « Œufs contaminés : la France cherche des résidus d'un deuxième insecticide », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  11. « Œufs contaminés au fipronil : les premiers échantillons dataient du  », RTBF Info,‎ (lire en ligne).
  12. (nl) « kabinet zei bewust niets over fipronil-tip van vorig jaar », sur nos.nl, (consulté le 14 août 2017).
  13. « Fipronil : les Pays-Bas étaient au courant depuis 2016 », sur levif.be, (consulté le 14 août 2017).
  14. « Scandale du fipronil : l’Afsca communique les codes d’œufs à ne pas consommer et à ramener », sur lesoir.be, (consulté le 19 août 2017).
  15. « Œufs contaminés : quinze pays de l'UE touchés, ainsi que la Suisse et Hong Kong », sur RTBF, .
  16. « Œufs contaminés au fipronil : l'Autriche confirme être concernée », sur RTBF.be, .
  17. « Œufs contaminés : détection de pesticide dans 2 fermes sur 243 », sur yonhapnews.co.kr, (consulté le 16 août 2017).
  18. (en) « Fipronil scandal: South Korea opens its market to Spanish eggs », sur euractiv.com, (consulté le 31 août 2017).
  19. avec AFP, « Œufs contaminés : la Hongrie touchée », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  20. (en) « Excessive amounts of Fipronil found in Taiwan eggs: official », sur focustaiwan.tw, (consulté le 22 août 2017).
  21. avec AFP, « Œufs contaminés : la fraude au fipronil remonte à  », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  22. « Œufs contaminés : la France n'est pas concernée à ce stade », La Dépêche.fr,‎ (lire en ligne).
  23. « Œufs contaminés : point sur la situation sanitaire en France | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 22 août 2017).
  24. BFM Business, « Œufs contaminés : Travert souhaite des échanges beaucoup plus rapides avec ses voisins européens », sur BFM Business (consulté le 22 août 2017).
  25. « Près de 250 000 œufs contaminés au fipronil ont été « mis sur le marché » en France depuis avril », France Info,‎ (lire en ligne).
  26. « Fipronil dans les œufs : l’Anses confirme l’absence de risque pour la santé humaine », sur agriculture.gouv.fr, (consulté le 17 août 2017).
  27. avec AFP, « Œufs contaminés au fipronil : la liste des produits concernés révélée dans les prochains jours », Le Huffington Post.fr,‎ (lire en ligne).
  28. « Communiqué de presse suite à la crise sanitaire des œufs contaminés au fipronil », FCD,‎ (lire en ligne).
  29. « Fipronil : liste des produits retirés de la vente en France | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 22 août 2017).
  30. « Fipronil : liste des produits retirés de la vente en France | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 19 septembre 2017)
  31. « Fipronil : point de situation », sur agriculture.gouv.fr, (consulté le 17 août 2017).
  32. avec AFP, « Œufs contaminés : un grossiste ajouté à la liste », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  33. « Liste des produits retirés de la vente en France », sur agriculture.gouv.fr, (consulté le 17 août 2017).
  34. « Fipronil dans les produits à base d’œufs », sur auchandrive.fr, (consulté le 31 août 2017).
  35. « Deux nouvelles tonnes d’œufs contaminés au fipronil vendus au Danemark », sur europe1.fr, (consulté le 17 août 2017).
  36. (en) « Eggs and egg products contaminated with Fipronil have also been shipped to Hungary », sur kormany.hu, (consulté le 17 août 2017).
  37. (en) « List of withdrawn products », sur food.gov.uk, (consulté le 17 août 2017).
  38. (en) « Food Alert - Two samples of eggs imported from the Netherlands contained fipronil at levels exceeding the local legal limit », sur cfs.gov.hk, (consulté le 17 août 2017).
  39. (en) « More fipronil-tainted eggs detected in Taiwan », sur xinhuanet.com, (consulté le 28 août 2017).
  40. « Œufs contaminés : quid des produits transformés ? », sur tdg.ch, (consulté le 17 août 2017).
  41. (en) « Mondelez recalls biscuits due to likely presence of fipronil », sur ConfectioneryNews.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  42. (sk) « Zmes z kontaminovaných vajec sa dostala do štyroch bratislavských hotelov », sur tvnoviny.sk, (consulté le 18 août 2017).
  43. (en) « Fipronil-tainted food found in Dutch bakery in eastern Slovakia », sur spectator.sme.sk, (consulté le 31 août 2017).
  44. (en) « Tainted eggs scandal reaches Italy », sur euractiv.com, (consulté le 22 août 2017).
  45. « Fipronil : un lot d'omelettes surgelées retiré du marché à Milan », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  46. (no) « Kaller tilbake dressinger », sur orklafoods.no, (consulté le 23 août 2017).
  47. (no) « Her er dressingene i storhusholdning som kalles tilbake », sur orklafoods.no, (consulté le 23 août 2017).
  48. « Fipronil : de la poudre d'œuf saisie en Bulgarie », sur lefigaro.fr, (consulté le 29 août 2017).
  49. (en) « Frozen Egg Melange Containing Fipronil Was Found in Bulgaria », sur Novinite.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  50. (en) « Fipronil found in locally-sold eggs, authorities advise against having more than two eggs a day », sur independent.com, (consulté le 31 août 2017).
  51. a et b D.B. Gant, A.E. Chalmers, M.A. Wolff, H.B. Hoffman et D.F. Bushey, « Fipronil: action at the GABA receptor », Reviews in Toxicology, vol. 2, no 1,‎ , p. 147-156 (lire en ligne)
  52. Cole L.M., Nicholson R.A. et Casida J.E. (1993), Action of phenylpyrazole insecticides at the GABA-gated chloride channel, Pesticide Biochemistry and Physiology, 46(1), 47-54, résumé.
  53. Tingle CC, Rother JA, Dewhurst CF, Lauer S, King WJ. (2003), Fipronil: environmental fate, ecotoxicology, and human health concerns, Rev. Environ. Contam. Toxicol., 2003;176:1-66, résumé.
  54. Zhao, X., Salgado, V. L., Yeh, J. Z. et Narahashi, T. (2003), Differential actions of fipronil and dieldrin insecticides on GABA-gated chloride channels in cockroach neurons, Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, 306(3), 914-924.
  55. « Règlement (CE) No 396/2005 du Parlement européen et du Conseil du concernant les limites maximales applicables aux résidus de pesticides présents dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux d'origine végétale et animale », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 15 août 2017).
  56. « Directive 2007/52/CE de la Commission modifiant la directive 91/414/CEE du Conseil en vue d’y inscrire les substances actives éthoprophos, pyrimiphos-méthyl et fipronil », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 15 août 2017).
  57. (en) M. Ohi, P.R. Dalsenter, A.J.M. Andrade et A.J. Nascimento, « Reproductive adverse effects of fipronil in wistar rats », Toxicol. Lett., vol. 146,‎ , p. 121-127 ([10.1016/j.toxlet.2003.08.008 lire en ligne]).
  58. Jean-Pierre Louvet, « Toxicité du Fipronil », Futura-Sciences.com,‎ (lire en ligne).
  59. (nl) « Toxicologen: geen acuut gevaar fipronil », sur 1 Limburg, (consulté le 15 août 2017).
  60. https://www.humanite.fr/le-scandale-des-oeufs-contamines-empoisonne-la-filiere-640243.
  61. https://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=6103.
  62. foodwatch, « Fipronil : les supermarchés retirent des produits en catimini », sur www.foodwatch.org (consulté le 18 août 2017).
  63. https://www.humanite.fr/oeufs-contamines-comment-est-ce-possible-et-quels-garde-fous-pour-les-consommateurs-640018.
  64. https://www.l214.com/distributeurs-bannissant-oeufs-batterie.
  65. « Des œufs bio ont aussi été contaminés au fipronil en Europe », sur Challenges, .
  66. « Œufs contaminés : la liste des pays touchés s'allonge, 2 arrestations », sur courrier picard, (consulté le 14 août 2017).
  67. « Œufs contaminés au fipronil : les administrateurs de Chickfriend présentés devant le juge mardi », sur RTBF.be, .
  68. « Œufs contaminés : deux suspects interpellés aux Pays-Bas », sur Le Parisien, .
  69. Laurence Girard, « La fraude aux œufs contaminés s’étend », Le Monde économie,‎ (lire en ligne).
  70. « Le prix de la mayonnaise impacté par la crise du Fipronil », sur rtbf.be, (consulté le 14 novembre 2017)

AnnexesModifier