Ouvrir le menu principal

Saison 1974-1975 du Stade rennais FC

Stade rennais football club
1974-1975

Généralités
Président Bernard Lemoux
Entraîneur René Cédolin puis Antoine Cuissard
Résultats
Championnat 19e, relégué en D2
10V-11N-17D, 33 points
38 buts pour, 52 contre
Coupe de France Seizièmes de finale
FC Metz 2 - 2, 0 - 5
Meilleur buteur Championnat :
Laurent Pokou (14)
Toute la saison :
Laurent Pokou (15)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Chronologie

La saison 1974-1975 du Stade rennais football club débute le 2 août 1974 avec la première journée du Championnat de France de Division 1, pour se terminer le 3 juin 1975 avec une relégation en Division 2, dix-sept ans après le dernier passage du club à ce niveau.

Le Stade rennais FC est également engagé en Coupe de France.

Résumé de la saisonModifier

À l'aube de la saison 1974-1975, les supporters du Stade rennais ont de quoi être optimistes. Le début d'année 1974 s'est passé pour le mieux grâce notamment à l'apport de Laurent Pokou, et le club réussit à faire revenir au bercail Raymond Keruzoré, qui ne s'est jamais adapté à Marseille[1]. On note cependant les départs d'André Betta et de quelques anciens titulaires comme Daniel David et Ricardo Cherini, mais le club peut commencer à s'appuyer sur sa génération « Gambardella 1973 », au premier rang duquel le milieu de terrain Jean-Luc Arribart, et continue de recruter en Afrique avec l'arrivée du Marocain Houssaine Anafal. Reconduit dans son rôle d'entraîneur, René Cédolin est désormais secondé par Claude Dubaële qui revient au club huit ans après son départ[2].

Le début de saison rennais voit l'équipe s'installer dans la première moitié du classement. Elle souffre cependant d'une incapacité chronique à s'imposer à l'extérieur, deux déplacements (au Red Star et à Angers) faisant exception. La mi-championnat est atteinte à une bonne sixième place, le club réussissant à obtenir au passage deux points de bonus grâce à deux larges victoires sur Strasbourg et Lille. Peu auparavant, les Rennais avaient même réussi à faire chuter l'AS Saint-Étienne route de Lorient (3 - 1). Quelques mois plus tard, les « Verts » feront le doublé coupe-championnat, et parviendront jusqu'en demi-finale de Coupe d'Europe des clubs champions...

Et puis, au début de la phase retour, les résultats sont moins brillants. Le club est redescendu à la treizième place du classement quand, surprise, René Cédolin est écarté par la direction du club le 27 février[2]. Cette dernière nie le licenciement de son entraîneur, se bornant à le déclarer « suspendu » en lui proposant le poste de directeur technique et de responsable du recrutement[2]. En attendant la nomination d'un nouvel entraîneur, l'intérim est assuré par Fredo Garel, le responsable de la section amateur du club[2]. Après que Claude Dubaële ait refusé le poste[2], c'est finalement Antoine Cuissard qui revient aux affaires, lui qui avait déjà entraîné le Stade rennais entre 1961 et 1964. Le SRFC s'offre lui une première : jamais, depuis l'avènement du professionnalisme, un entraîneur rennais n'avait été prié de quitter ses fonctions en cours de saison. Le seul précédent était jusqu'alors Philip McCloy, mais l'entraîneur-joueur écossais avait choisi de quitter le club de lui-même, en 1933-1934.

Le remplacement de Cédolin par Cuissard n'a pas les effets escomptés. Doucement mais sûrement, le club s'enfonce dans les profondeurs du classement, incapable de gagner le moindre match depuis le 26 janvier. À l'issue de l'antépénultième journée, ponctuée par une nouvelle défaite à Lille, le SRFC rentre dans la zone de relégation, conséquence d'un treizième match consécutif sans victoire toutes compétitions confondues. Tout se joue finalement à Metz, là où quelques mois plus tôt, le club a été éliminé sans gloire de la Coupe de France, sévèrement corrigé 5 buts à 0. À l'aube de la dernière journée, trois clubs se battent pour accrocher la 17e place, synonyme de maintien : Angers (33 points), Rennes (33 points) et Sochaux (32 points)[3]. Avec une différence de but inférieure à celle d'Angers, le Stade rennais doit s'imposer pour espérer une issue favorable.

Les choses démarrent bien avec l'ouverture du score de Guermeur, mais Metz égalise rapidement puis prend l'avantage. Le même Guermeur ramène le SRFC à hauteur juste avant la mi-temps sur penalty. Comble de la malchance, Metz finit par s'imposer sur deux coups du sort : 67e minute, Rabier marque contre-son-camp, bientôt imité par Guermeur à la 83e sur une frappe qu'il dévie[2]. Assommés, les Rennais encaissent un cinquième but anecdotique mais non moins humiliant, qui entérine définitivement leur relégation en D2. Seul vainqueur de la soirée, c'est finalement Sochaux qui sauve sa place dans l'élite. Dix-sept ans et deux coupes de France après, le Stade rennais retrouve lui la deuxième division. Des heures bien sombres s'annoncent.

Après un bon début de saison, Raymond Keruzoré se brouille peu à peu avec ses dirigeants[4] et avec la plupart de ses coéquipiers. En effet, il est très engagé politiquement à l'extrême-gauche, taxé de gauchiste-maoïste par les uns, d'intello par les autres[5], et son militantisme lui vaut des inimitiés au club et plus généralement dans le monde du football. Il est chassé du Stade rennais[6] avec une condamnation de « rupture de contrat », cassée en appel[7]. Il est recruté en 1975 par le Stade lavallois.

Transferts en 1974-1975Modifier

L'effectif de la saisonModifier

Poste¹ Nat.² Nom Naissance Sélection³ Championnat Coupe France Total Saison
M   M   M  
A   MAR Houssaine Anafal 15 septembre 1952   A 22 3 3 0 25 3
M   FRA Jean-Luc Arribart 9 mars 1955 - 3 0 0 0 3 0
A   FRA Alain Bernard 25 septembre 1953 - 29 7 2 1 31 8
G   FRA Daniel Bernard 29 septembre 1949 - 33 0 3 0 36 0
D   FRA Dominique Blin 20 février 1952 - 3 0 0 0 3 0
D   FRA Alain Cosnard 19 septembre 1944 - 35 1 3 0 38 1
A   FRA Patrick Delamontagne 18 juin 1957 - 4 0 0 0 4 0
A   FRA Pierre Dell'Oste 6 octobre 1947 - 21 1 1 0 22 1
A   FRA Hervé Guermeur 12 février 1949 - 35 4 3 1 38 5
G   FRA Pierrick Hiard 27 avril 1955 - 5 0 0 0 5 0
A   MLI Fantamady Keita 25 septembre 1949   A 5 1 1 0 6 1
D   FRA Loïc Kerbiriou 7 mars 1949 - 27 0 3 0 30 0
M   FRA Raymond Keruzoré 17 juin 1949 - 19 0 3 0 21 0
M   FRA Yves Le Floch 26 septembre 1947 - 34 0 3 0 37 0
A   CMR Charles Léa Eyoum 16 janvier 1951   A 11 3 0 0 11 3
D   FRA Daniel Périault 16 avril 1946 - 24 0 3 0 27 0
M   FRA Alain Philippe 1er mars 1953 - 14 0 0 0 14 0
A   CIV Laurent Pokou 20 août 1947   A 27 14 2 1 29 15
D   FRA Jean-Paul Rabier 25 janvier 1955 - 26 0 1 0 27 0
A   FRA Philippe Redon 12 décembre 1950   B 25 4 3 0 28 4
D   FRA Alain Rizzo 13 octobre 1949 - 35 0 2 0 37 0

Équipe-typeModifier

Il s'agit de la formation la plus courante rencontrée en championnat.


Les rencontres de la saisonModifier

ListeModifier

Match Date Compétition Tour Adversaire Lieu ¹ Score Class. Buteurs pour le Stade rennais
1 2 août Division 1 1 Metz D   0-0 13
2 9 août Division 1 2 Nice E   1–4 18 Léa Eyoum  
3 13 août Division 1 3 Angers D   2-0 11 Redon   Léa Eyoum  
4 16 août Division 1 4 Lens D   1–0 8 Redon  
5 23 août Division 1 5 Lyon E   1–4 15 Pokou  
6 27 août Division 1 6 Bastia D   1-1 14 A. Bernard  
7 2 septembre Division 1 7 Paris SG E   1-2 18 Redon  
8 13 septembre Division 1 8 Marseille D   1–0 15 Pokou  
9 24 septembre Division 1 9 Nantes E   1–1 14 Pokou  
10 27 septembre Division 1 10 Troyes D   1–1 15 Léa Eyoum  
11 5 octobre Division 1 11 Red Star E   2–0 14 Pokou   A. Bernard  
12 18 octobre Division 1 12 Nîmes D   2-1 11 Anafal   Pokou  
13 26 octobre Division 1 13 Bordeaux E   0-1 12
14 29 octobre Division 1 14 Saint-Étienne D   3–1 9 Pokou   A. Bernard    
15 1er novembre Division 1 15 Monaco E   0-2 13
16 9 novembre Division 1 16 Strasbourg D   5-1[8] 7 Anafal   Pokou       A. Bernard  
17 20 novembre Division 1 17 Sochaux E   1-2 10 Pokou  
18 24 novembre Division 1 18 Lille D   3–0[8] 5 Guermeur   Pokou   A. Bernard  
19 1er décembre Division 1 19 Reims E   1–2 6 Cosnard  
20 8 décembre Division 1 20 Nice D   0–0 9
21 15 décembre Division 1 21 Angers E   2-1 6 Anafal   Dell'Oste  
22 22 décembre Division 1 22 Lens E   0–1 10
23 12 janvier Division 1 23 Lyon D   0–0 8
24 19 janvier Division 1 24 Bastia E   0-3 11
25 26 janvier Division 1 25 Paris SG D   2–1 10 Redon   Pokou  
26 2 février Coupe de France 1/32 finale Aulnoye N[9]   1-0 Pokou  
27 9 février Division 1 26 Marseille E   1-3 12 Pokou  
28 16 février Division 1 27 Nantes D   0–0 12
29 23 février Division 1 28 Troyes E   0-2 13
30 1er mars Coupe de France 1/16 finale aller Metz D   2-2 A. Bernard   Guermeur  
31 7 mars Coupe de France 1/16 finale retour Metz E   0-5
32 12 mars Division 1 29 Red Star D   0–2 13
33 15 mars Division 1 30 Nîmes E   0-0 13
34 20 mars Division 1 31 Bordeaux D   1–1 15 Keita  
35 1er avril Division 1 32 Saint-Étienne E   0–3 17
36 5 avril Division 1 33 Monaco D   1–1 16 Guermeur  
37 19 avril Division 1 34 Strasbourg E   0–2 16
38 30 avril Division 1 35 Sochaux D   0–1 17
39 3 mai Division 1 36 Lille E   0–1 19
40 30 mai Division 1 37 Reims D   2–2 18 Pokou   A. Bernard  
41 3 juin Division 1 38 Metz E   2–5 19 Guermeur    
  • 1 N : terrain neutre ; D : à domicile ; E : à l'extérieur ; drapeau : pays du lieu du match international

Détail des matchsModifier

Division 1Modifier

AllerModifier
RetourModifier

Coupe de FranceModifier

Bilan des compétitionsModifier

Compétition Vainqueur final Débute au tour Place ou tour final Première rencontre Dernière rencontre Nombre
Division 1 AS Saint-Étienne 1re journée 19e 38
Coupe de France AS Saint-Étienne 1/32 de finale 1/16 de finale 3

Division 1Modifier

ClassementModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Bon
16 Troyes 37 38 12 10 16 46 55 -9 3
17 Sochaux 34 38 11 10 17 41 49 -8 2
18 Angers 33 38 9 10 19 48 60 -12 5
19 Rennes 33 38 10 11 17 38 52 -14 2
20 Red Star 29 38 7 12 19 43 55 -12 3

RésultatsModifier

Total Domicile Extérieur
Matchs Points V N D BP BC Diff. V N D BP BC Diff. V N D BP BC Diff.
38 31(+2) 10 11 17 38 52 -14 8 9 2 25 13 +12 2 2 15 13 39 -26


Résultats par journéeModifier

Journée 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38
Terrain D E D D E D E D E D E D E D E D E D E D E E D E D E D E D E D E D E D E D E
Résultats N D V V D N D V N N V V D V D V D V D N V D N D V D N D D N N D N D D D N D
Points 1 1 3 5 5 6 6 8 9 10 12 14 14 16 16 19[8] 19 22[8] 22 23 25 25 26 26 28 28 29 29 29 30 31 31 32 32 32 32 33 33
Place 13 18 11 8 15 14 18 15 14 15 14 11 12 9 13 7 10 5 6 9 6 10 8 11 10 12 12 13 13 13 15 17 16 16 17 19 18 19

Source : Liste des rencontres
Terrain : D = Domicile ; E = Extérieur. Résultat: D = Défaite ; N = Nul ; V = Victoire.

RéférencesModifier

  1. Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, 1994, p. 366
  2. a b c d e et f Claude Loire, op. cit., p. 370
  3. Classement de la première division à l'issue de la 37e journée 1974-1975 sur LFP.fr
  4. Le président Bernard Lemoux et l'entraîneur Antoine Cuissard.
  5. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloë, 1994, p.38.
  6. Avec les autres "intellos" du club : Philippe Redon, Loïc Kerbiriou et Yves Le Floch.
  7. [1]
  8. a b c d e et f Le Stade rennais l'ayant emporté avec trois buts (ou plus) d'écart, il obtient un bonus de 1 point au classement
  9. Match disputé à Saint-Quentin

BibliographieModifier

Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, 1994