Ouvrir le menu principal

Saint-Martin-en-Gâtinois

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-en-Gâtinois
Saint-Martin-en-Gâtinois
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Gergy
Intercommunalité Communauté de communes Saône Doubs Bresse
Maire
Mandat
Georges Chatry
2014-2020
Code postal 71350
Code commune 71457
Démographie
Population
municipale
123 hab. (2016 en augmentation de 6,03 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 37″ nord, 5° 00′ 58″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 200 m
Superficie 7,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-en-Gâtinois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-en-Gâtinois

Saint-Martin-en-Gâtinois est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

La commune tire son nom du mot Gâtine (ou gastine), le Gâtinois étant aussi le nom d'une ancienne province de France (d' « environ 18 lieues de longueur sur 12 dans sa plus grande largeur, bordée au nord par la Beauce, au sud par l'Auxerrois, à l'ouest par le Sénonois et à l'est par le Hurepoix et la rivière de Vernisson. Cette province se distingue entre Gatinois françois ; & Gatinois orléannois. Il abonde en bled (blé), prairies, pâturages, rivières & en excellent safran »[1]).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Gérard Guillot    
mars 2008 en cours Georges-Louis Chatry    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 123 habitants[Note 1], en augmentation de 6,03 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
395443437407410428416411406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
379413428404390375378352362
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343325314252256233240217204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
188161119115109111122115122
2016 - - - - - - - -
123--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Martin. Cette église, qui est l'une des cinquante-sept églises du diocèse d'Autun placée sous le vocable de saint Martin, est un édifice qui a succédé à une ancienne chapelle construite en 1120 et devenue église paroissiale en 1271. Sous le porche de l'église : tombeau de l'abbé Joseph Girard, œuvre du sculpteur Vachet (1891)[6]. Brochure de présentation de l'église Saint-Martin consultable ici.
  • L'oratoire de sainte Barbe[6].

CulteModifier

Saint-Martin-en-Gâtinois appartient à la paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Trois-Rivières, qui relève du diocèse d'Autun et a son siège à Verdun-sur-le-Doubs.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Gilbert Longet, retraité cheminot né en 1922 d'une famille à tendance "socialiste", déporté pendant quatorze mois par le gouvernement français en 1943, onze jours après son mariage avec Odile Dayma, comme réfractaire au STO, puis, après un acte de sabotage durant son service du travail obligatoire, pendant quatorze autres mois au camp concentrationnaire de Pandorf en Autriche. Il reviendra après deux ans et quatre mois pesant 30 kilos. Après sa libération il s'engage dans la politique comme représentant du Parti communiste, poursuit la lutte syndicale en tant que représentant CGT. Avec Odile ils s'installent comme locataires dans la commune de Saint-Martin-en-Gâtinois en 1981, liant des amitiés solides avec tout le village, et vivant pour la transmission du bonheur entre humains de tous âges, de toutes confessions et de toutes nations.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Voir page 647 de l’Encyclopédie méthodique de géographie moderne imprimée à Paris, M DCC. LXXXII (1782), Chez Plomteux, Imprimeur des états (..) Le Gatinois, diwems des Romains, avoit une bien plus vaste étendue qu'à présent ; il étoit alors presque tout couvert de bois & de pâturages. » ajoute en 1782 l’Encyclopédie méthodique de géographie moderne
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. a et b Jacques Goubin, Paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Trois-Rivières : croix, statues, oratoires et fontaines miraculeuses, Pastorale des réalités du tourisme et des loisirs du diocèse d'Autun-Chalon-Mâcon, , 128 p. (ISBN 978-2-9565416-1-5).


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :