Saint-Laurent-de-Gosse

commune française du département des Landes

Saint-Laurent-de-Gosse est une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Saint-Laurent-de-Gosse
Saint-Laurent-de-Gosse
La mairie.
Blason de Saint-Laurent-de-Gosse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Intercommunalité Communauté de communes du Seignanx
Maire
Mandat
Isabelle Cazalis
2020-2026
Code postal 40390
Code commune 40268
Démographie
Gentilé Saint-Laurentin(e)
Population
municipale
717 hab. (2021 en augmentation de 19,9 % par rapport à 2015)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 02″ nord, 1° 16′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 76 m
Superficie 17,39 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Bayonne (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Seignanx
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Laurent-de-Gosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Laurent-de-Gosse
Géolocalisation sur la carte : Landes
Voir sur la carte topographique des Landes
Saint-Laurent-de-Gosse
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Saint-Laurent-de-Gosse
Liens
Site web https://www.saintlaurentdegosse.fr/

Le gentilé est Saint-Laurentin[1].

Géographie

modifier

Localisation

modifier

La commune est située dans le pays de Gosse, au bord de l'Adour. Elle est limitrophe du département des Pyrénées-Atlantiques.

Communes limitrophes

modifier

Les communes limitrophes sont Urt, Biarrotte, Biaudos, Saint-Barthélemy, Sainte-Marie-de-Gosse et Guiche.

Lieudits et hameaux

modifier

Deux quartiers composent la commune de Saint-Laurent-de-Gosse[3] :

  • le château de Gurgue ;
  • le château de Montpellier-sur-Adour.

Historiquement, la commune est exposée à un micro climat océanique basque[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat de montagne et est dans la région climatique Pyrénées atlantiques, caractérisée par une pluviométrie élevée (>1 200 mm/an) en toutes saisons, des hiver très doux (7,5 °C en plaine) et des vents faibles[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 367 mm, avec 12,8 jours de précipitations en janvier et 8,1 jours en juillet[6]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Martin-de-Hinx à 5 km à vol d'oiseau[7], est de 14,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 410,1 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Saint-Laurent-de-Gosse est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle est située hors unité urbaine[12]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bayonne (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[12]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols

modifier
 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (43,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (44,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,8 %), terres arables (26,7 %), zones humides intérieures (12,4 %), zones agricoles hétérogènes (11,9 %), eaux continentales[Note 2] (5,2 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs

modifier

Le territoire de la commune de Saint-Laurent-de-Gosse est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée)[16]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[17].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment l'Adour. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1988, 1999, 2009, 2014, 2018, 2019 et 2021[18],[16].

Saint-Laurent-de-Gosse est exposée au risque de feu de forêt. Depuis le , les départements de la Gironde, des Landes et de Lot-et-Garonne disposent d’un règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. Ce règlement vise à mieux prévenir les incendies de forêt, à faciliter les interventions des services et à limiter les conséquences, que ce soit par le débroussaillement, la limitation de l’apport du feu ou la réglementation des activités en forêt. Il définit en particulier cinq niveaux de vigilance croissants auxquels sont associés différentes mesures[19],[20].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[21].

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Saint-Laurent-de-Gosse.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 49,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (19,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 282 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 182 sont en aléa moyen ou fort, soit 65 %, à comparer aux 17 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[22],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[16].

Toponymie

modifier

Son nom occitan gascon est Sent Laurenç de Gòssa[23].

Histoire

modifier

Petite commune rurale du canton de Seignanx qui compte environ 500 habitants. Le centre du village se trouve dans la partie haute de la commune tandis le fleuve se trouve en contrebas. L'Adour a longtemps rythmé la vie des villages qui le bordent. Axe commercial de première importance, c'est par lui que transitait les marchandises comme les céréales, le bois de chauffage mais aussi les mâts, venus tout droit des forêts d'altitude des vallées pyrénéennes, pour les bateaux de la flotte de l'arsenal de Bayonne et bien d'autres marchandises encore… C'est sur des embarcations de tonnages plus ou moins importants, dont certaines étaient tirées depuis les berges tout d’abord par les hommes, puis par des bœufs ou des chevaux, et d'autres naviguant grâce à leur voile, que s'est organisé le commerce. L'Adour est resté le moyen de transport majeur jusque dans les années 1920, à l'arrivée du diesel. Témoin de cette époque d'intense activité maritime : les maisons bourgeoises sur les berges de l'Adour ou encore les châteaux comme celui de Roll-Montpellier qui date du XVIIIe siècle. Le GR 8 permet de relier le fleuve au village.

Le , Jean de Roll-Montpellier acheta des terres à Saint-Laurent-de-Gosse sur les bords de l'Amour, où il fit construire le château de Montpellier à la place d'une ancienne métairie qui s'appelait déjà Montpellier.

Le château de Montpellier a été vendu au milieu du XXe siècle par la famille de Roll-Montpellier.

Le château Vieux, situé au bourg du village a toujours appartenu à la famille de Roll-Montpellier. Il est actuellement occupé par des descendants de cette famille.

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Barra[24].

Le , Saint-Laurent devient Saint-Laurent-de-Gosse.

Héraldique

modifier
  Blason
De gueules à trois roses mal ordonnées d'or, boutonnées d'argent; mantelé d'argent chargé en chef d'une tierce d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Blason du village de Saint-Laurent-de-Gosse

  Blason
«D'or au mont de six coupeaux de sinople accompagné en chef de deux roses de gueules ; au chef d'azur chargé d'un soleil d'or »
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Les armes de la famille de Roll-Montpellier. Ce blason est présent sur un vitrail de l'église de Saint-Laurent-de-Gosse

Politique et administration

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Guy Duces DVG Inspecteur contrôle technique
mars 2014 En cours Isabelle Cazalis DVG[25] Responsable administrative
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

modifier
L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27]. En 2021, la commune comptait 717 habitants[Note 3], en augmentation de 19,9 % par rapport à 2015 (Landes : +4,9 %, France hors Mayotte : +1,84 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580645664690812789855862872
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
867806809834829832821878701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733712668613584528527506487
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
421414384385420481499497560
2015 2020 2021 - - - - - -
598699717------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

modifier

Lieux et monuments

modifier
 
Le château Vieux, situé dans le bourg du village.
 
Le château de Montpellier.
 
L'église Saint-Laurent.

Personnalités liées à la commune

modifier

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

modifier

Notes et cartes

modifier
  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. « Le nom des habitants du 40 », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Archives départementales des Landes, « Archives numérisées - Cadastre / Saint-Laurent-de-Gosse »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), début xixe siècle (consulté le ).
  4. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Orthodromie entre Saint-Laurent-de-Gosse et Saint-Martin-de-Hinx », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « St M Hinx Stna-inra » (commune de Saint-Martin-de-Hinx) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « St M Hinx Stna-inra » (commune de Saint-Martin-de-Hinx) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  11. « La grille communale de densité », sur insee,fr, (consulté le ).
  12. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Saint-Laurent-de-Gosse ».
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bayonne (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Saint-Laurent-de-Gosse », sur Géorisques (consulté le ).
  17. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  18. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes », sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  19. « Règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. », sur landes.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes », sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  21. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes », sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  22. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  23. « Toponymes occitans », sur locongres.org (consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. https://www.lemonde.fr/aquitaine-limousin-poitou-charentes/landes,40/saint-laurent-de-gosse,40268/
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  29. « Travaux dans des églises landaises subventionnés par l'A.E.A.L. », Bulletin d'Informations de l'A.E.A.L., Les amis des églises anciennes des Landes (A.E.A.L.), no 22,‎ , p. 20-21 (lire en ligne [PDF] sur eglises-landes.cef.fr, consulté en ).