Saint-Julien-le-Roux

commune française du département de l'Ardèche

Saint-Julien-le-Roux
Saint-Julien-le-Roux
L'église Saint-Julien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Intercommunalité Communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche
Maire
Mandat
Roselyne Peyrouze Vetter
2020-2026
Code postal 07240
Code commune 07257
Démographie
Population
municipale
112 hab. (2018 en augmentation de 17,89 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 23″ nord, 4° 40′ 43″ est
Altitude Min. 316 m
Max. 791 m
Superficie 8,64 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Rhône-Eyrieux
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Julien-le-Roux
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Julien-le-Roux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-le-Roux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-le-Roux

Saint-Julien-le-Roux est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Julien-le-Roux est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

La commune est particulièrement éclatée en plusieurs hameaux, ce qui fait qu'elle n'a pas véritablement d'unité géographique. Le coeur du village est composé d'une église et de quelques maisons (moins de 10). Les hameaux sont reliés entre eux par des routes communales et départementales. Le village est situé sur un plateau avec de nombreux pâturages caractéristiques de l'élevage extensif qui y est pratiqué.

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,8 %), zones agricoles hétérogènes (37,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

Dénomination

1275 : Saint-Julien-le-Rol verse les "décimes" (impôts)

En occitan, "rotissar" signifie "défricher". Aux XIe/XIIe siècles, le nom de Julien, soldat romain décapité en 304, est souvent donné comme saint patron de l'essartage

1583 : Saint-Julien-le-Rol est mentionné dans l'enquête sur les paroisses du diocèse de Viviers

1790 : Saint-Julien-le-Rout, puis pendant quelques mois : Le Rout

1793 : Saint-Julien-le-Roux, le nom actuel

Évolution des limites géographique de la commune

En 1824, la portion de territoire située à gauche de la route de La Croix de-Julien à Bonneton( hameaux de la Mure,la Vignasse, le Serre, Colombes, Suc...) est annexé à la commune de Saint-Fortunat, malgré les protestations du conseil municipal qui évoque :

- les Compoix de 1643 pour Saint Julien le Roux et 1600 pour Saint-Fortunat

- l'acquittement non interrompu des impôts royaux - capitation et les contributions personnelles et mobilières

- le dénivelé abrupt (de 790 m à 115 m),les mauvais sentiers, les ravins, les ruisseaux qui rendent difficiles les communications lors des déclarations de naissances, mariages, décès, de même pour les inhumations

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Maurice Vivat    
2020 Michel Moulin[8] DVD Retraité
2020 En cours
(au )
Roselyne Peyrouze Vetter[9] DVG Travaille en EHPAD

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 112 habitants[Note 2], en augmentation de 17,89 % par rapport à 2013 (Ardèche : +1,94 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483335490520437410400407412
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
427425440405430422400414413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
373383351311283274273237194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
165149132111109918794107
2018 - - - - - - - -
112--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

EconomieModifier

La commune est avant tout agricole. On y retrouve des activités d'élevage extensif, ainsi que des chataigneraies, culture traditionnelle de l'Ardèche. Il n'y a aucune activité industrielle. La plupart des actifs sont agriculteurs, ou bien travaillent dans les communes avoisinantes, notamment Vernoux-en-Vivarais.

Lieux et monumentsModifier

L'église de Saint JulienModifier

Le chœur est orienté approximativement dans la direction de Jérusalem, mais aussi (suivant la tradition du XIe siècle), dans l'axe du soleil levant à l'équinoxe, "symbole de la lumière qui se lève sur le monde, grâce au message du Christ". Détruite par un incendie en février 1704, et reconstruite avec un clocher carré, elle comporte une large nef plein cintre avec un seul doubleau, à l'entrée de la vaste abside en cul de four. Seul le doubleau et ses deux pilastres de support à tailloirs sont en granit de bel appareil.

La mairieModifier

La mairie du village comporte une vaste cour où sont organisés chaque année des événements festifs. Ce lieu se veut ouvert au public depuis 2020, et une boîte aux livres a été installée pour permettre aux habitants d'échanger livres et CD. Elle fonctionne en libre service[14].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  9. Liste des maires de l'Ardèche [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Saint-Julien-le-Roux. Une boîte à livres et CD à la disposition du public », sur www.ledauphine.com (consulté le )