Rudolph Valentino

acteur italien (1895-1926)
Rudolph Valentino
Description de l'image Rudolph Valentino.jpg.
Nom de naissance Rodolfo Pietro Filiberto Raffaello Guglielmi[1]
Surnom The Great Lover, L'Amant du Monde
Naissance
Castellaneta (Italie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Drapeau de l'Italie Italien
Décès (à 31 ans)
New York (États-Unis)
Profession Acteur

Rudolph Valentino (version américanisée et raccourcie de son nom complet Rodolfo Pietro Filiberto Raffaello Guglielmi di Valentina d'Antoguolla) est un acteur italien naturalisé américain, né le à Castellaneta, dans la province de Tarente (Pouilles, Italie), mort le à New York (États-Unis).

BiographieModifier

Rudolph Valentino est né dans une famille aisée. Son père italien, Giovanni Antonio Giuseppe Fidele Guglielmi, est un ancien officier devenu vétérinaire. Sa mère, Marie Berthe Gabrielle Barbin, française, est née le à Lure en Haute-Saône ; elle est la fille de Philibert Barbin (1819) et d'Anne Marie Rose Willien (1824).

Son père tyrannique meurt quand Valentino n'a que onze ans. À quinze ans, il tente de s'inscrire dans une académie militaire, mais n'est pas accepté en raison d'un problème physique (son volume pulmonaire est trop faible)[2]. Par la suite, il étudie et devient diplômé de science agronomique à Nervi (près de Gênes). Il passe ensuite quelque temps à Paris, où il devient danseur, et revient en Italie.

Les années à New YorkModifier

En 1913 il part pour les États-Unis, suivant le conseil de son ami Domenico Savino et du ténor d'opéra Tito Schipa. Il débarque à New York le jour de Noël 1913. Après avoir épuisé son petit pécule, il connaît la pauvreté pendant laquelle il survit grâce à différents petits boulots comme transporteur ou jardinier. Par la suite il trouve un travail en tant que danseur (d'abord comme cavalier, puis comme instructeur et plus tard comme danseur professionnel) et obtient une certaine renommée locale, en particulier pour son interprétation du tango argentin. On a dit de lui, sans que ce ne soit jamais avéré, que pendant cette période, il était également gigolo et qu'il avait eu des ennuis avec la justice à ce sujet (il a été interrogé comme témoin important au lendemain d'une perquisition dans une maison close, mais n'a jamais été inculpé).

Les années à HollywoodModifier

 
Rudolph Valentino et Alla Nazimova dans La Dame aux camélias (1921)

Il rejoint une compagnie d'opérette qui s'arrête en Utah, de là il atteint San Francisco, où il rencontre l'acteur Norman Kerry, qui le convainc de tenter une carrière dans le cinéma. Après de petits rôles dans une douzaine de films, il épouse en 1919 Jean Acker, une actrice lesbienne[3]. On raconte[Qui ?] qu'Acker a enfermé Valentino à clef en dehors de leur chambre au Hollywood Hotel lors de leur nuit de noces[réf. nécessaire]. Ils divorcent en 1922.

Valentino rencontre par la suite June Mathis qui avait été impressionnée par son rôle de « parasite de cabaret » dans le film Les Yeux de la jeunesse (The Eyes of Youth)[4]. Elle suggère au directeur Rex Ingram qu'il soit pris comme premier rôle masculin dans son prochain film Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse[4] et impose son nom en 1921, ce sera « Rudolph Valentino » au lieu de Rodolfo di Valentina, jugé trop italien. Du jour au lendemain ce nom est communiqué à la radio, aux agences de presse et aux journaux : une star est née[5]. Et le film, distribué est un triomphe[4]. La même année, il interprète le rôle du cheik Ahmed Ben Hassan dans Le Cheik de George Melford. Toujours en 1921, il partage l’affiche avec Alla Nazimova dans La Dame aux camélias.

 
Rudolph Valentino et Natacha Rambova, sa seconde épouse

Le , à Mexicali au Mexique, Valentino se marie avec l'artiste Natacha Rambova, la fille adoptive du millionnaire Richard Hudnut. Il est alors accusé de bigamie[4] car son divorce avec Acker n'était pas encore terminé (la loi de Californie exigeant une attente d'une année après un divorce avant de se remarier). Ils se remarient un an après.

Il joue dans Arènes sanglantes (Blood and Sand), diffusé en 1922, avec l'actrice Nita Naldi. Il entretient la même image de séducteur dans Eugénie Grandet (retrouvant un rôle veule, comme dans La dame aux camélias) et Le Droit d'aimer, face à Alice Terry ou Gloria Swanson. Alors qu'il publie un recueil de poèmes dédié à « G. S. », tout le monde pense qu'il s'agit de Swanson alors qu'en réalité il s'agit de George Sand. The Young Rajah choque toujours plus une partie du public (conservateur) par son exotisme précieux.

En 1923 un conflit avec la Paramount Pictures a comme conséquence une injonction interdisant à Valentino de faire des films avec d'autres producteurs. Pour s'assurer que son nom reste en haut de l'affiche, Valentino, suivant la suggestion de son directeur George Ullman, se lance dans une tournée nationale de danse, commanditée par une compagnie de produits de beauté appelée Mineralava, avec Rambova (une ancienne ballerine) en tant qu'associée. La tournée etait un grand succès. Paramount s’est lié et a pleinement répondu aux demandes de Valentino et de sa femme. Valentino a reçu un salaire énorme et a acquis un contrôle créatif sur ses films. Parce que Valentino et sa femme étaient très fatigués de la tournée et se sont mariés pendant la tournée, ils sont partis en lune de miel après avoir signé le nouveau contrat avec Paramount. Ils voyagent en bateau vers l’Europe et visitent successivement Londres, Paris, Deauville et Juan-les-Pins (château de Richard Hudnut, beau-père de Natacha Rambova) avant de partir pour l’Italie. Natacha a voyagé avec lui à Rome, parce qu’elle trouvait qu’il était trop difficile de voyager en voiture et tombait malade. Elle retourne à Juan-les-Pins au château de son beau-père. Valentino a continué son voyage en Italie vers le sud jusqu’à sa région natale, les Pouilles. Il a rendu visite à son frère Alberto et à sa belle-sœur avec leur fils Jean à Tarente. Il a également visité son village natal, Castellaneta.

Après le très dispendieux voyage en Europe, Le film de son retour, Monsieur Beaucaire de l'esthète Sidney Olcott, pêche sans doute par son luxe suranné alors que John Gilbert triomphe en soldat de la Première Guerre mondiale, dans une vision de l'Europe plus contemporaine et dont les Américains sont des acteurs à part entière. Valentino forme pourtant un couple bien séduisant avec la jeune Bebe Daniels, rivalisant avec Lowell Sherman et Paulette Duval en Louis XV et Madame de Pompadour.

Natacha fonctionnait comme producteur de ses films et avait donc beaucoup d’influence sur le contenu et les coûts. Ensemble, ils ont fait « A Sainted Devil » et « Cobra ». Ces films ont été rentables mais pas aussi réussis que ses films « Les quatre cavaliers de l’Apocalypse », « Le Cheikh » et « Sang et sable » l’avaient été. Natacha avait voulu réaliser un projet « The Hooded Falcon ». Elle avait écrit le scénario elle-même. Ce projet a été annulé à la dernière minute en raison des coûts beaucoup trop élevés. Natacha s’était fait haïr à cause de son influence dominante sur Valentino.

 
Rudolph Valentino (photographie prise entre 1915 et 1926).

En 1925, Valentino négocie un nouveau contrat avec United Artists qui inclut une clause empêchant son épouse d'entrer sur les plateaux. Sans cette clause, Valentino n’aurait pas pu conclure le contrat. Natacha ne comprenait pas cela et voyait cela comme une trahison. Valentino a fait tout ce qu’il a pu pour sauver son mariage et a pensé que ce serait une solution si Natacha pouvait faire son propre film à ses frais. Natacha a accepté cette offre et a réalisé le film « What Price Beauty » avec une très jeune Myrna Loy. Nita Naldi a également joué un rôle à cet égard. Cependant, les coûts étaient exorbitants et le film n’a rien donné. De plus, Natacha avait commencé une relation sexuelle avec un caméraman marié de ce film. Valentino l’a découvert par l’intermédiaire d’un détective privé. Il a alors décidé de se séparer de Natacha, aussi parce qu’il voulait vraiment avoir des enfants et qu’elle ne le voulait pas. Valentino a le cœur brisé et il y a moins de 8 mois entre le divorce en janvier 1926 et sa mort en août 1926.

Valentino a commencé à fumer de plus en plus et à boire de l’alcool. Il fumait 4 paquets de cigarettes par jour. À plusieurs reprises, son abus d’alcool a causé une conduite imprudente, échappant de justesse à la mort plusieurs fois après un accident de voiture. Il a commencé à exprimer de plus en plus qu’il s’attendait à ne pas vivre longtemps. Il a même tenté de se suicider, ce qui a pu être évité just à temps par son ami, le peintre Federico Beltran Masses. Il s’était mis un pistolet sur la tempe. Il a dit : « Les femmes que j’aime, ne m’aiment pas. Les autres n’ont pas d’importance."

Après sa séparation, Valentino a une liaison avec l'actrice polonaise Pola Negri. À cette époque, il tourne dans L'Aigle noir (basé sur une histoire d'Alexandre Pouchkine) réalisé par Clarence Brown, et Le Fils du Cheik, une suite du film Le Cheik tourné par George Fitzmaurice, les deux avec l'actrice populaire d'origine hongroise Vilma Bánky.

Valentino était un homme très masculin, un homme d’honneur. Il était très athlétique, pouvait très bien danser, était un excellent cavalier, pouvait escrimer très bien, lutter et boxer professionnellement. Il n’y a aucune preuve qu’il était homosexuel ou bisexuel. Il n’avait de relations qu’avec des femmes, mais était très discret à ce sujet. Le fait qu’il était particulièrement beau à regarder, attachait une grande importance à de bons vêtements, portait des bijoux comme un bracelet d’esclave, que Natacha lui avait donné à Noël 1924 et portait des bagues, le rendait sensible aux rumeurs selon lesquelles il était efféminé. Tous les acteurs de l’industrie cinématographique ont utilisé le maquillage au travail, Valentino aussi. Non pas parce qu’il en avait besoin ou qu’il le voulait, mais parce qu’il le devait. Parce qu’il était une idole si exceptionnelle pour les femmes, comme on ne l’avait jamais connu auparavant, il était la cible d’une jalousie déraisonnable et scandaleuse.

Alors en tournée pour promouvoir Le Fils du Cheik, Valentino, est attaqué dans un éditorial du Chicago Tribune dans lequel on l’accuse de féminiser l’image du mâle américain[réf. nécessaire]. Furieux, Valentino répond en défiant l'accusateur avec un match de boxe qui reste sans réponse[2]. Au lieu de boxer contre le journaliste en question, Valentino a eu un autre adversaire, qui était un boxeur entraîné, et l’a vaincu. Pourtant, Valentino a été et est resté dévasté par cet article, qui était une attaque contre sa masculinité et son héritage italien, dont il était très fier. Il est certain que cet article et l’impact qu’il a eu sur Valentino ont été d’une grande importance sur le fait qu’il est mort peu de temps après. Il souffrait d’ulcères d’estomac depuis un certain temps, mais ne voulait pas s’en plaindre et n’est pas allé chez le médecin. Les nombreuses cigarettes et le bootleg Whiskey illégal (qui n’était peut-être pas non plus pur mais contenait des substances toxiques) dont il buvait de plus en plus, également pour engourdir ses douleurs à l’estomac, l’ont amené à demander de l’aide médicale beaucoup trop tard et ne pouvaient donc plus être sauvés.

Peu après, Valentino rencontre dans un dîner le journaliste H. L. Mencken afin qu'il le conseille pour ses relations publiques. Mencken écrira plus tard qu'il avait trouvé Valentino gentleman et publiera un article élogieux dans le magazine Photoplay quelques mois après la mort de celui-ci[réf. nécessaire].

Maladie et mortModifier

 
La dépouille de Rudolph Valentino se trouvant au Frank E. Campbell Funeral Chapel en août 1926. Le salon funéraire était alors situé sur Broadway.

Le , Rudolph Valentino meurt à l'âge de 31 ans à New York d'une septicémie survenue après une opération chirurgicale pour un ulcère gastrique aigu[2]. Il s'était effondré sur un trottoir de Manhattan.

Des rumeurs sur les conditions de sa mort ont circulé[réf. nécessaire] : on a pensé à un empoisonnement à l'aluminium, à des médicaments illégaux, ou à une blessure à l'estomac infligée par un mari jaloux.

Environ 100 000 personnes[réf. nécessaire] se rassemblèrent dans les rues de New York pour accompagner sa dépouille lors de ses obsèques, organisées par la Frank Campbell Funeral Home. Des fenêtres sont cassées par des fans tentant d'assister à la cérémonie, Campbell loue quatre acteurs pour former une garde d'honneur (on prétendra que Mussolini l'avait envoyée, en fait ce n'était qu'une opération publicitaire[réf. nécessaire]). Plusieurs femmes se sont suicidées par désespoir amoureux[réf. nécessaire].

Ses funérailles à New York sont célébrées à l'église catholique Saint-Malachie, surnommée « The Actor's Chapel », car elle est située sur West 49th Street dans le quartier des théâtres de Broadway et est souvent fréquentée alors par des célébrités du monde du spectacle américain. L'actrice Pola Negri s'effondre hystérique à côté du cercueil[6]. La rumeur populaire[réf. nécessaire] selon laquelle c'est une effigie en cire de Valentino, plutôt que son corps, qui fut exposée, afin de le protéger des fanatiques, est probablement sans fondement.

Après que le corps eut été convoyé par chemin de fer à travers les États-Unis, une deuxième cérémonie a lieu sur la Côte Ouest, à l'église du Bon-Pasteur, à Beverly Hills (Comté de Los Angeles), et ses restes sont enterrés au cimetière d'Hollywood Forever Cemetery en Californie.

La dame en noirModifier

Pendant plusieurs années, à chaque date anniversaire de la mort de Rudolph Valentino, une femme mystérieuse habillée tout de noir est venue fleurir sa tombe. Son identité n'a jamais été formellement établie[7],[8].

Pour Jeanne de Recqueville, il s'agit de Ditra Flame, d'origine italienne et émigrée aux États-Unis. Celle-ci a fait la connaissance de Rudolph au cours d'une réception, en . Elle a 14 ans, il n'est alors qu'un figurant inconnu de 24 ans. En 1920, elle est opérée de la mastoïdite et craint pour sa vie : Rudolph Valentino lui dit qu'il ne craint rien [pour elle] mais que s'il arrivait malheur, il irait en effet fleurir sa tombe de roses rouges. Et ayant dit cela, il poursuit son idée, ajoutant que, si lui-même venait à connaitre cette infortune, Ditra fleurirait sa tombe. Ce qui arriva. Dès le , Ditra Flame fonde une association dite des « Veuves de Rudolph Valentino », laquelle connaîtra un an plus tard, deux cent mille adhérentes (Jeanne de Recqueville reconnait que ce chiffre peut être « gonflé», toutefois ce n'est rien en l'égard de l'immense popularité de l'acteur alors). Ditra Flame déclare en outre qu'elle fleurira tous les ans, vêtue de noir, la tombe de Rudolph Valentino[9],[10],[11].

PostéritéModifier

Valentino a son étoile sur Hollywood Boulevard. En 2004, Le Droit d'aimer, un film de Valentino avec Gloria Swanson considéré comme perdu, a été redécouvert dans une collection privée aux Pays-Bas[12]. Il a été diffusé pour la première fois depuis 80 ans au Festival de Cannes en mai 2005.

Valentino fait partie des personnalités dont John Dos Passos a écrit une courte biographie (non favorable et à charge) au sein de sa trilogie U.S.A. : l'auteur américain décrit la jeunesse, la carrière, la mort et l'enterrement de Valentino dans un chapitre appelé Le danseur d'Adagio dans son dernier roman The Big Money.

Deux films biographiques retracent sa légende : Rudolph Valentino, le grand séducteur (Valentino) de Lewis Allen (1951) et Valentino de Ken Russell (1977) avec respectivement Anthony Dexter et Rudolf Noureev dans le rôle du latin lover.

Valentino est incarné par Finn Wittrock dans la cinquième saison d’American Horror Story (2015).

Dans le film Café Society de Woody Allen, Kristen Stewart offre une lettre manuscrite de Rudolf Valentino à son petit ami pour leur premier anniversaire.

FilmographieModifier

Valentino est aussi supposé avoir joué au début de sa carrière dans les films suivants :

  • 1914 : The Battle of the Sexes
  • 1914 : My Official Wife
  • 1914 : Seventeen
  • 1914 : The Foolish Virgin
Autres noms sous lesquels il était connu
  • Rudolph DeValentino
  • M. De Valentina
  • Rodolfo De Valentina
  • M. Rodolpho De Valentina
  • R. De Valentina
  • Rodolfo di Valentina
  • Rudolpho De Valentina
  • Rudolpho di Valentina
  • Rudolpho Valentina
  • Rodolph Valentine
  • Rudolpho De Valentine
  • Rudolph Valentine
  • Rodolfo di Valentini
  • Rodolph Valentino
  • Rudi Valentino
  • Rudolfo Valentino
  • Rudolf Valentino
  • Rudolph Volantino

Notes et référencesModifier

  1. (it) Acte de naissance no 182 de Rodolfo Pietro Filiberto Raffaello Guglielmi du registre des naissances de l'année 1895 de la commune de Castellaneta L'acte a été rédigé le 9 mai 1895 et il est né le 6 mai 1895, en ligne sur le site des archives d'état civil de l'Italie.
  2. a b et c 10 choses à savoir sur Rudolph Valentino sur le site de L'Express (Consulté le 24 octobre 2014)
  3. Histoire du cinéma pour les nuls
  4. a b c et d Le cinéma. Grande histoire illustrée du 7e art, volume 10, Éditions Atlas, 1984
  5. Jeanne de Recqueville, Rudolph Valentino, France-Empire, 1978, p. 43
  6. Rudolph Valentino Memorial Service 2007
  7. Il est noté dans le livre L'Affaire du Dahlia Noir de Steve Hodel, éditions du Seuil, traduit de l'anglais par Robert Pépin p. 258 :

    « Marion Wilson, plus connue du grand public sous le surnom de La Femme en noir celle-là même qui, mystérieuse sous son voile, venait chaque année, après la mort de Rudolph Valentino, déposer des fleurs sur la tombe de l'acteur le jour anniversaire de son décès »

  8. (en) « Woman in Black », Time,‎ (lire en ligne)
  9. Jeanne de Recqueville, Rudolph Valentino, Éditions France-Empire, 1978, p. 175-176
  10. The Lady in Black is dead. Put roses at Valentino grave, New York Times, 1er mars 1984 (consulté le 20 octobre 2014)
  11. Gilbert King, The « Latin Lover » and His Enemies, smithsonian.com, 13 juin 2012 (consulté le 23 octobre 2014)
  12. (en) Dave Kehr, « New DVD's: 'Beyond the Rocks' », sur nytimes.com, (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

[réf. incomplète]

  • Jeanne de Recqueville, Rudolph Valentino, Éditions France-Empire, 1978.
  • Emily Leider, Dark Lover: The Life and Death of Rudolph Valentino, 2003 (ISBN 0-374-28239-0)
  • Allan R. Ellenberger, The Valentino Mystique. The Death and Afterlife of the Silent Film Idol, McFarland, , 300 p. (ISBN 978-0-7864-8341-9, lire en ligne)
  • Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma. Les acteurs, Éditions Robert Laffont (Collection Bouquins), Paris, , 1241 pp., p. 1165-1166 (ISBN 978-2-221-10895-6)
  • Dominique Choulant, Rudolph Valentino, un amour d'antan, Éditions Ex Æquo, 2018 (ISBN 978-2-37873-453-4)
  • Madam Valentino: The Many Lives of Natacha Rambova by Michael Morris - Hardcover, 272 pages Published September 1st 1991 by Abbeville Press
  • The True Rudolph Valentino by Baltasar Fernandez Cue, Renato Floris (Translation), Evelyn Zumaya (Contributor)
  • Affairs Valentino - A Special Edition Paperback - April 1, 2015
  • The S. George Ullman Memoir Paperback – October 21, 2014 by George Ullman (Author), Evelyn Zumaya (Contributor)
  • Rudolph Valentino (Recollections) by his wife Natacha Rambova. Hardcover – January 1, 1927 by Natacha Rambova  (Author)
  • Valentino by Irving Shulman January 1, 1967, Hardcover.
  • Before, In, and After Hollywood: The Autobiography of Joseph E. Henabery, Scarecrow Press, 1997 - 354 pages

Sur les autres projets Wikimedia :