U.S.A. (trilogie)

trilogie romanesque de John Dos Passos

U.S.A
Image illustrative de l’article U.S.A. (trilogie)

Auteur John Dos Passos
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman
Titre U.S.A
Date de parution 1930-1936

La trilogie U.S.A. est l’œuvre majeure de l'écrivain américain John Dos Passos. Elle est composée de Le 42e Parallèle (1930), 1919 (1932) et La Grosse Galette (titre original : The Big Money) (1936). Les trois ouvrages furent d’abord publiés ensemble en 1938 dans une édition en un seul volume, et John Dos Passos ajouta à cette édition le prologue intitulé « U.S.A. ».

La trilogie figure à la 23e place dans la liste des cent meilleurs romans de langue anglaise du XXe siècle établie par la Modern Library en 1998[1].

La trilogie utilise une technique d’écriture expérimentale, et mêle quatre modes de narration différents : des sections narratives racontant la vie de douze personnages fictifs, des collages de unes de journaux et de paroles de chansons réunis sous le titre « Newsreel » (« Actualités »), des biographies individuelles de personnages importants de l’époque comme Woodrow Wilson ou Henry Ford, et des fragments autobiographiques écrits en utilisant la technique de courant de conscience (stream of consciousness), intitulés « Camera Eye » (« L’Œil de la Caméra »). La trilogie relate le développement de la société américaine durant les trois premières décennies du XXe siècle.

Les quatre modes de narrationModifier

Dans les sections narratives, la trilogie U.S.A. raconte les vies de douze personnages différents dans leur lutte pour trouver une place dans la société américaine du début du XXe siècle. Chaque personnage est présenté au lecteur depuis son enfance, avec l’utilisation du discours indirect libre. Bien que leurs vies soient relativement distinctes et séparées, les personnages se rencontrent parfois et interagissent les uns avec les autres. Il existe aussi des personnages secondaires qui se développent en arrière-plan, dont le point de vue n’est jamais adopté, mais qui forment une passerelle entre les différents personnages.

Les sections « L’Œil de la Caméra » mettent en œuvre la technique du courant de conscience, et participent à la création d’une dimension autobiographique de l’œuvre en retraçant le parcours de l’auteur, de son enfance à son engagement politique d’écrivain. « L’Œil de la Caméra » numéro 50 contient certainement la phrase la plus célèbre de la trilogie, lorsque Dos Passos évoque l'exécution de Sacco et Vanzetti: « all right we are two nations » (« très bien nous sommes deux nations »)

Les sections « Actualités » sont constituées de unes de journaux et de fragments d’articles extraits du Chicago Tribune pour Le 42e Parallèle et du New York World pour 1919 et La Grosse Galette, ainsi que de paroles de chansons populaires de l’époque. La section « Actualités » numéro 66 par exemple, qui précède « L’Œil de la Caméra » numéro 50 et qui annonce le verdict de l’affaire Sacco et Vanzetti, contient les paroles de l’Internationale.

Les biographies sont les récits des vies de personnages historiques. La biographie la plus citée est « The Body of An American » (« Le corps d’un Américain »), qui raconte l’histoire d’un soldat inconnu mort pendant la Première Guerre mondiale, et qui conclut 1919.

Cependant, la séparation entre ces modes de narration est plutôt stylistique que thématique. Certains critiques ont mis en avant des correspondances entre le personnage fictif de Mary French et la journaliste Mary Heaton Vorse, remettant ainsi en question la séparation stricte entre les sections narratives et les biographies. De plus, des citations d’articles de journaux sont souvent introduites dans les biographies, remettant en question la séparation stricte entre les sections biographiques et les sections « Actualités ».

Liste des biographies inclusesModifier

Cette liste présente les différentes biographies, principalement de personnalités américaines mais aussi d'inconnus (cf. le paragraphe précédent) dans l'ordre dans lequel elles se présentent dans la trilogie U.S.A.

Dans 42e parallèleModifier

Dans 1919Modifier

Dans La Grosse GaletteModifier

Les personnages de fictionModifier

Dans la Trilogie USA, Dos Passos met en scène douze personnages de fiction, certains sont emblématiques du désir d'ascension sociale et financière de l'Amérique du Début du XXe siècle, leur destin, souvent contrarié ou tragique reflète à la fois l'âpreté de la course au dollar et la fragilité des positions sociales dans le grand chaudron des roaring twenties. À leur manière, ils incarnent des archétypes du rêve américain, qui peut à tout instant tourner au cauchemar. Les autres sont emblématiques de « la deuxième nation », l' Amérique des luttes syndicales et politiques qui représente l'« envers du décor » capitaliste.

  • Mac (Fainey Mac Creary) : journaliste idéaliste et fauché, il a embrassé la cause du syndicalisme radical[2].
  • J. Ward Morehouse : un homme d'affaires sans scrupules ni morale, spécialiste du marketing
  • Janey Williams : sa jeune secrétaire - sténographe , originaire de Washington D.C.
  • Eleanor Stoddard  : une arriviste sociale, méprisante, froide et hautaine
  • Charley Anderson : ancien as de l'aviation durant la 1° Guerre mondiale, il se lance dans la production de moteurs d'avions mais se perd dans la spéculation financière, l'alcool et les femmes faciles et meurt tragiquement alors que la fortune était presque acquise.
  • Joe Williams : un marin fruste et peu intelligent, frère de Janey Williams
  • Richard Ellsworth Savage : éduqué à l'université de Harvard, employé de J. Ward Morehouse, auquel il apporte un vernis de respectabilité
  • Daughter (Anne Elizabeth Trent) : originaire du Texas, c'est une infirmière au grand cœur
  • Eveline Hutchins : artiste peintre, décoratrice et architecte d'intérieur, elle est la protégée d'Eleanor Stoddard.
  • Ben Compton : étudiant en droit, activiste dans les milieux syndicaux aux opinions révolutionnaires
  • Mary French : journaliste idéaliste et militante syndicale
  • Margo Dowling : ieune et belle actrice ambitieuse et sans scrupules quant aux moyens de la réussite ; elle joue avec les hommes pour promouvoir sa carrière.

D'autres personnages de fiction secondaires gravitent autour de ces douze personnages récurrents, comme Bill Cermak, le fidèle mécanicien de Charley Anderson, devenu ouvrier dans son usine, qui meurt lorsque Charley, alcoolisé, crashe un prototype d'avion flambant neuf ; Agnès la confidente et camériste de Margo Dowling, compagne des bons et mauvais jours, et Tony, un jeune cubain homosexuel et opiomane qui vit aux crochets de Margo et connaîtra une fin sordide.

Notes et référencesModifier

  1. (en) The Modern Library : 100 Best Novels.
  2. John Dos Passos (trad. anglais), La grosse Galette, Paris, Poche Gallimard, , 445 p..

Liens externesModifier