René Besnard

personnalité politique française

René Besnard
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Guerre

(4 jours)
Président Gaston Doumergue
Président du Conseil Camille Chautemps
Gouvernement Chautemps I
Ambassadeur de France en Italie
Prédécesseur Camille Barrère
Successeur Maurice Delarue Caron de Beaumarchais
Sénateur

(20 ans, 5 mois et 29 jours)
Élection 11 janvier 1920
Réélection 6 janvier 1924
10 janvier 1933
Groupe politique GD (1920-1940)
Ministre des Colonies

(2 mois et 1 jour)
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil Paul Painlevé
Gouvernement Painlevé I

(9 jours)
Président Armand Fallières
Président du Conseil Raymond Poincaré
Gouvernement Poincaré I
Sous-secrétaire d'État à l'Administration générale de l'armée

(8 mois et 10 jours)
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil Aristide Briand
Alexandre Ribot
Gouvernement Briand VI et Ribot V
Sous-secrétaire d'État à la Guerre chargé de l'aéronautique militaire

(3 mois et 10 jours)
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil Aristide Briand
Gouvernement Briand V

(1 mois et 15 jours)
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil René Viviani
Gouvernement Viviani II
Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale

(2 mois et 1 jour)
Président Armand Fallières
Raymond Poincaré
Président du Conseil Aristide Briand
Gouvernement Briand III et IV
Sous-secrétaire d'État aux Finances

(1 an, 6 mois et 16 jours)
Président Armand Fallières
Président du Conseil Joseph Caillaux
Raymond Poincaré
Gouvernement Caillaux et Poincaré I
Député

(13 ans, 6 mois et 6 jours)
Élection 20 mai 1906
Réélection 8 mai 1910
10 mai 1914
Circonscription Indre-et-Loire
Législature IXe, Xe et XIe
Groupe politique GRS (1906-1910)
RRS (1910-1914)
RAD (1914-1919)
Biographie
Nom de naissance René Henry Besnard
Date de naissance
Lieu de naissance Artannes-sur-Indre (Indre-et-Loire) (France)
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Résidence Indre-et-Loire

René Besnard est un homme politique français, né le à Artannes-sur-Indre (Indre-et-Loire) et mort le à Paris.

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

René-Henry Besnard fait toutes ses études au lycée de Tours, entre 1884 et 1897. Il est la 3e génération de sa famille faisant ses études dans cet établissement. Il obtient le prix d'honneur de rhétorique en 1896, celui de philosophie en 1897. Parallèlement à cela, il est champion d'escrime (fleuret et épée) au lycée de Tours puis à l'Université de Poitiers. Il est président de l'Union Sportive du Lycée de Tours.

Il effectue toutes ses études de droit à la Faculté de Paris. Il est docteur en Droit (Services Juridiques en 1903) après une thèse sur « Les perquisitions et les saisies en matière criminelle ».

Il est également diplômé du Collège des Hautes Etudes Sociales et de l'Ecole de Journalisme (Thèse sur l'action sociale de la littérature).

Carrière ProfessionnelleModifier

De 1900 à 1903, il est inscrit au Barreau de Paris comme stagiaire admissible à la Conférence des avocats. En 1902, il est attaché à la Chancellerie et au Cabinet de M. Vallée, Garde des Sceaux

En 1903, il est installé comme avocat au Barreau de Tours. En 1913, il est inscrit au Barreau de Paris. En 1937, il est avocat de l'Assistance Publique de la Seine. Après avoir beaucoup plaidé aux Assises, il se spécialisé dans les affaires civiles et commerciales. Au cours de sa carrière, il plaide dans nombre de procès retentissants et importants.

Carrière politiqueModifier

De 1906 à 1919, il est député d'Indre-et-Loire. Il intègre plusieurs gouvernements parallèlement. Il est d'abord sous-secrétaire d'État du au dans le gouvernement Joseph Caillaux et le gouvernement Raymond Poincaré (1), puis ministre des Colonies du 12 au dans le gouvernement Raymond Poincaré (1). Il quitte ce poste pour devenir ministre du Travail et de la Prévoyance sociale du au dans les gouvernements Aristide Briand (3) et Aristide Briand (4).

Après quelques mois, il devient sous-secrétaire d'État à la Guerre du au dans le gouvernement René Viviani (2), puis le jour-même sous-secrétaire d'État à la Marine Marchande du au dans le gouvernement Aristide Briand (5). Il est également sous-secrétaire d'État à l'administration militaire du au dans les gouvernements Aristide Briand (6) et Alexandre Ribot (5). Il est ministre des Colonies du au dans le gouvernement Paul Painlevé (1)

De 1920 à 1940, il est Sénateur d'Indre-et-Loire. Il devient ministre de la Guerre du au dans le gouvernement Camille Chautemps (1).

Carrière diplomatiqueModifier

  • Mission en Tunisie (1912)
  • Mission au Maroc en 1913 (M.Pichon Ministre des Affaires Étrangères)
  • Mission en Suisse (1918)
  • Ambassadeur de France près le Quirinal (-)
  • Mission en Égypte 1939 (Georges Bonnet Ministre des Affaires Étrangères)
  • Commissaire Général du Gouvernement de la République Française à l'Exposition Internationale de Rome (1939-1940)

Principaux DiscoursModifier

  • Notamment à la Chambre : Affaire Rocofat, Invalidation Leroy-Beaulieu, Discussion de la réforme du Code de Justice Militaire (M.René Besnard ayant été le Président de la Commission de la réforme du Code de Justice Militaire). Discours budgétaires. Grève des cheminots. Réponse à de nombreuses interpellations.
  • Notamment au Sénat : Discours budgétaires. Loi sur les loyers, sur la propriété commerciale. Sur la convention de Lausanne abrogeant, en Égypte, le régime des Capitulations.

Ouvrages publiésModifier

  • Les perquisitions et les saisies en matière criminelle (1903).
  • L'œuvre française au Maroc (1913).
  • Où va-t-on ? (Ouvrage économique et financier, 1919).

JournalismeModifier

  • Directeur politique et collaborateur de La Dépêche du Centre.
  • Directeur du Bulletin de l'Association des Étudiants de Paris.
  • Collaborateur des journaux suivants L'Action, La Lanterne, Le Radical, Le Petit Journal, Le Matin, Le Petit Parisien, La Fronde, La Revue de France, Le Capital, L'Économiste européen, L'Illustration.

Services MilitairesModifier

  • Engagé en 1900 au 66e régiment d'Infanterie à Tours, puis passé au 135e Régiment d'Infanterie à Angers. Caporal en 1901. Libéré 8bre 1901 (un mot illisible) dispense à l'art. 23 de la loi de 1889) avec le grade de sergent et le brevet d'officier de réserve, ayant été classé 2e du peloton des aspirants Officiers de Réserve de la Division et classé 1er tireur du Régiment.
  • À la déclaration de guerre 1914, nommé sous-lieutenant au 70e Régiment d'Infanterie Territoriale (4e Cie)
  • Mission militaire en Suisse 1915.
  • Nommé lieutenant à l'État Major de la 1re armée 1915, puis à la Mission Militaire française en Italie (1916).
  • Capitaine d'État Major à l'État Major de la 8e Armée (Général Gérard. Armée d'occupation en Rhénanie 1918-1919).
  • Cité à l'ordre de la 8e Armée. Chevalier de la Légion d'Honneur, à titre militaire.
  • Mis à la retraite en 1937.
  • Nommé officier de Justice Militaire avec le grade de Commandant.
  • Non mobilisé en 1939 comme parlementaire.
  • Copie de la Citation à l'ordre de l'Armée.
  • « Officier de la plus haute valeur morale, ayant toujours fait preuve des plus belles qualités de courage et de sang-froid, notamment au cours des opérations qui se sont déroulées sur la Marne et sur l'Ourcq en 1914. Affecté en 1915 à l'État Major d'une Armée, a effectué comme volontaire plusieurs reconnaissances en avion au-dessus des organisations ennemies. Chargé en 1916 et 1917 de missions à l'étranger, a rapporté les renseignements les plus précieux pour la Défense Nationale, et a contribué dans la plus large mesure àrépandre l'influence française. »

Distinctions honorifiquesModifier

  • Chevalier de la Légion d'Honneur (à titre militaire) (fut nommé Officier de la Légion d'Honneur après la Seconde Guerre mondiale).
  • Croix de guerre avec palmes (guerre 1914-1918),
  • Commandeur du Mérite Social.
  • Médaille d'Or de l'Education Physique.
  • Grand Croix des Saints Maurice et Lazare.
  • Grand Officier de la Couronne d'Italie.
  • Croix de Guerre italienne.
  • Grand Croix des ordres suivants Karageorgevitch (Serbie), Orange-Nassau (Hollande), Nicham Alaouite (Maroc), Nicham Iftikar (Tunisie)
  • Membre du Comité et Vice-Président de l'Association Générale des Etudiants de Paris.
  • Président de la Conférence de Droit de l'Association des Etudiants et de la Conférence Pothier (au Palais).
  • Président de la Ligue Démocratique des Écoles et des Étudiants Républicains.

Vie privéeModifier

Il se marie à Mlle. Padoa, fille d'Albert Padoa, député de la nation en Egypte. Il a trois enfants : Denise, Paule et Claude[1].

SourcesModifier

  • « René Besnard », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

  1. Qui êtes-vous?: Annuaire des comtemporains; notices biographiques, C. Delagrave, (lire en ligne)

Liens externesModifier