Rallye Lyon-Charbonnières

Rallye Lyon-Charbonnières
2e manche du Championnat de France des rallyes
Généralités
Pays hôte Drapeau de la France France
Lieu Beaujolais, Lyonnais
Surface Asphalte

Le Rallye Lyon-Charbonnières (ancien Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart–Solitude de 1960 à 1975, désormais Rallye Lyon-Charbonnières-Rhône), dit « Le Charbo », est un rallye automobile actuellement basé autour de Lyon, instauré par l’Automobile Club du Rhône, le Moto-Club du Rhône et la Société des Eaux Minérales de Charbonnières.

HistoireModifier

 
Circuit de Solitude (ancien départ de l'épreuve en Allemagne).

Créé officiellement en 1947 par le docteur Pierre Dalligand (Président de l'ACR et du MCR, vainqueur de cette première édition sur Bugatti 55) et le gérant de casino Georges Bassinet (Président de la SEMC), devenu exclusivement réservé aux 4 roues en 1950, il intégra selon les années le Championnat d'Europe des rallyes (à partir de 1967, considéré alors comme le Rallye d'Allemagne de l'Ouest, vainqueur Vic Elford[1]), ou encore le championnat de France, ainsi que le championnat helvétique entre 2000 et 2003. Il accueille de nouveau le championnat français de « D1 » depuis 1996.

Des pilotes de notoriété l'ont remporté, tels Jean Vinatier, Jean-Claude Andruet, Bernard Darniche, Jean Ragnotti, ou encore Sébastien Loeb.

Des spéciales comme Col de Crie-Chiroubles, ou encore Marchampt-St Cyr-le-Chatoux, sont des spéciales mythiques, tout comme les passages du pont Gaillard (ou pont de Véry), ou de l'épingle de Mardore.

Avec quatre victoires, Dany Snobeck et David Salanon détiennent le record de l'épreuve. Jean-Claude Andruet, Bernard Darniche et Philippe Bugalski suivent avec trois couronnes.

L'édition 2020 est annulée, le , par le Comité Directeur de l'Association Sportive Automobile du Rhône, en raison de la pandémie de Covid-19[2].

Initialement prévue du 22 au , l'édition 2021 est reportée à une date ultérieure, toujours en conséquence de la pandémie de Covid-19. En raison des restrictions sanitaires, le rallye doit se dérouler à huis clos[3].

Éditions notablesModifier

  • 1950 : Ouverte jusqu'ici aux motos, l'épreuve n'est plus réservée qu'aux voitures.
  • 1952 : Le rallye prend vraiment son envol, avec 148 engagés, et trois villes de départ : Londres, Liège et Lausanne.
  • 1959 : Les organisateurs innovent avec une course de « vitesse-régularité » sur le circuit de Charade.
  • 1978 : Les Véhicules d’Époque de Compétition (VHC) font leur entrée avec un règlement adapté tandis qu'on observe un nouveau regain d’intérêt pour la compétition automobile avec 67 partants.
  • 1979 : Sur la Fiat 131 Abarth de l'écurie Fiat France, Michèle Mouton et sa copilote Françoise Conconi remportent le rallye et deviennent l'unique équipage féminin à s'être imposé dans cette épreuve.
  • 1984 : À cause d’une tempête exceptionnelle, seuls 44 engagés sur 158 parvinrent à se classer. Sur les 22 véhicules historiques engagés, seuls 3 seront à l’arrivée pour un circuit de 449 km. Ce qui vaudra une nouvelle rétrogradation en « D2 ».
  • 1996 : Après avoir passé onze ans dans l'antichambre de l'élite à cause de la neige, le «Charbo» revient en « D1 ».
  • 1997 : Déjà vainqueur en 1996, Gilles Panizzi récidive au terme d'un duel tourmenté avec Delecour, qui pilote l'autre 306 Maxi officiel. La différence se fait dans l'ultime spéciale qui emprunte le circuit de la course de côte de Limonest. En définitive, une seule et unique seconde sépare les « Peugeot boys ». Spectacle vu par près de 250 000 spectateurs massés sur les bords des routes.
  • 2000 : Après avoir rejoint l'armée rouge en 1998, Bugalski remporte un troisième succès consécutif. Mais cette fois au volant de la Xsara T4, nouvelle arme de Citroën possédant roues motrices.
  • 2001 : Sébastien Loeb démontre qu'il est au-dessus du lot en remportant dix des quinze épreuves spéciales, malgré une Xsara Kit-Car qui finira le rallye sur trois cylindres.
  • 2012 : Stéphane Sarrazin aligne dix temps «scratch», mais après avoir perdu dix secondes dans le deuxième chrono, c'est une nouvelle fois Dany Snobeck qui s'impose avec sa régularité habituelle. Ce sera le dernier de ses quatre succès dans le Rhône.
  • 2014 : A bord de sa Clio Williams Groupe A7, Julien Saunier réussi l'impossible en terminant 14e au scratch.
  • 2017 : Six kilomètres après le départ, Anthony Perrin, originaire de Mâcon, a perdu le contrôle de sa Citroën Saxo et a percuté un poteau électrique. L’accident a eu lieu sur l'étape de Ternand-Valsonne. Il est décédé sous le choc mais son copilote Vincent Rigaud a été blessé et a pu être désincarcéré par les pompiers. La FFSA et l'Association Sportive Automobile du Rhône « s'associent à la douleur de la famille et leur adressent leurs plus sincères condoléances ».

PalmarèsModifier

Année Pilote Copilote Voiture
2000   Philippe Bugalski   Jean-Paul Chiaroni Citroën Xsara T4
2001   Sébastien Loeb   Daniel Elena Citroën Xsara Kit-Car
2002   Benoît Rousselot   Gilles Mondésir Subaru Impreza WRC
2003   Simon Jean-Joseph   Jack Boyère Renault Clio S1600
2004[5]   Alexandre Bengué   Caroline Escudéro Peugeot 206 WRC
2005   Nicolas Vouilloz   Patrick Pivato Subaru Impreza WRC
2006   Nicolas Vouilloz   Nicolas Klinger Peugeot 307 WRC
2007   David Salanon   Céline Combronde Peugeot 307 WRC
2008   Dany Snobeck   Gilles Mondésir Peugeot 307 WRC
2009   Dany Snobeck   Gilles Mondésir Peugeot 307 WRC
2010   Cédric Robert   Matthieu Duval Peugeot 307 WRC
2011   Dany Snobeck   Gilles Mondésir Citroën C4 WRC
2012   Dany Snobeck   Gilles Mondésir Citroën C4 WRC
2013   Julien Maurin   Nicolas Klinger Ford Fiesta RS WRC
2014   David Salanon   Romain Roche Ford Fiesta RS WRC
2015   Jean-Marie Cuoq   Jérôme Degout Citroën C4 WRC
2016   David Salanon   Laurent Magat Ford Fiesta RS WRC
2017   David Salanon   Laurent Magat Ford Fiesta RS WRC
2018   Yoann Bonato   Benjamin Boulloud Citroën C3 R5
2019   Yoann Bonato   Benjamin Boulloud Citroën C3 R5
2020 Rallye non-organisé, dû à la pandémie de Covid-19.
2021    

Rallye Lyon Charbonnières 2019Modifier

Le Rallye Lyon Charbonnières 2019 se déroule du 18 au et présente un peu plus de 207 km au compteur. Yoann Bonato, engagé dans la catégorie R5, remporte le général, tandis que Nicolas Ciamin et Anthony Vilanova ont eux remporté la catégorie GT+.

Classement général final du Rallye Lyon Charbonnières 2019.
1   Yoann Bonato   Benjamin Boulloud Citroen C3 R5 h 51 min 57 s 1
2   Yohan Rossel   Benoît Fulcrand Citroën C3 R5 24 s 0
3   Quentin Gilbert   Christopher Guieu Volkswagen Polo R5 24 s 8
4   Quentin Giordano   Kévin Parent Hyundai i20 R5 49 s 6
5   Nicolas Ciamin   Anthony Vilanova Abarth 124 Rally GT+ min 20 s 7

GalerieModifier

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

MédiatisationModifier

Depuis 2018, Canal + Sport propose un résumé d'une quarantaine de minutes dans une émission intitulée « Rallye Club ».

Notes et référencesModifier

  1. (en) Darren Galpin, « European Rally Championship : West German Rally (Stuttgart-Solitude, Lyons-Charbonnières Rally) March 1967 », sur dlg.speedfreaks.org, (consulté le ).
  2. « Coronavirus : le Lyon-Charbo annulé », sur Le Progrès, (consulté le ).
  3. « Le Lyon Charbo officiellement reporté à son tour », sur rallye-sport.fr, (consulté le ).
  4. Histoire des rallyes - Tome 1, Michel Morelli et Gérard Auriol - Éditions ETAI 2007.
  5. (en) Tjeerd van der Zee, « 56e Rallye Lyon-Charbonnières - Rhône » (version du 30 avril 2007 sur l'Internet Archive), sur rallybase.nl (consulté le ).

Liens externesModifier