Mathilde de Saxe (1863-1933)

princesse de Saxe

La princesse Mathilde de Saxe (en allemand, Mathilde Marie Auguste Viktorie Leopoldine Karoline Luise Franziska Josepha Prinzessin von Sachsen), née le à Dresde[1], et morte le à Dresde [1], troisième fille du roi Georges Ier de Saxe et de Marie-Anne de Portugal, est un membre de la Maison de Wettin, ainsi qu'une artiste peintre.

Mathilde de Saxe
Mathilde of Saxony.jpg
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Mathilde von SachsenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Mathilde Marie Auguste Viktorie Leopoldine Karoline Luise Franziska Josepha von SachsenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Distinction

Elle est également la tante du dernier souverain austro-hongrois Charles Ier d'Autriche qui sera béatifié en 2004.

BiographieModifier

 
La fratrie vers 1880
 
Mathilde et sa sœur Marie-Josèphe de Saxe vers 1883
 
La princesse Mathilde vers 1880)

Contexte familialModifier

La princesse naît dans une famille marquée par les deuils. En effet, la plupart des enfants du roi Jean Ier de Saxe et de la reine née Amélie de Bavière, ses grand-parents, meurent à la fleur de l'âge. La famille maternelle de la petite princesse est également marquée par la mort précoce de ces princes.

Elle est la troisième enfant du prince Georges, fils cadet du roi Jean Ier. Dans la mesure où le prince royal Albert de Saxe et son épouse née princesse Caroline de Vasa n'ont pas d'enfant, la descendance du prince Georges est appelée à régner un jour sur la Saxe. L'aînée des enfants, Marie-Jeanne (1860-1861) est morte au berceau. La seconde, Élisabeth (1862-1863) mourra peu après la naissance de Mathilde qui devient dès lors l'aînée de la fratrie. Après elle, naîtront cinq enfants, dont le futur Frédéric-Auguste III.

Contexte politiqueModifier

Aux deuils qui éprouvent la famille royale s'ajoutent les défaites militaires et politiques. En 1866, la Saxe, alliée de l'Autriche, est vaincue par la Prusse et doit entrer dans la Confédération de l'Allemagne du Nord. En 1870, les princes de Saxe se distinguent pendant la guerre franco-prussienne notamment lors de la bataille de Saint-Privat. La Saxe devient un des États de l'Empire Allemand dominée par la Prusse.

Projets matrimoniauxModifier

Réputée pour sa gentillesse malgré une beauté moyenne, la princesse était destinée à épouser le Kronprinz héritier Rodolphe d'Autriche[2]. Malgré l'amitié et l'estime que le couple impérial portait aux princes de Saxe, le choix se posera sur la princesse Stéphanie de Belgique, créant quelques tensions entre les deux cours pourtant unies par des liens de familles proches.

Le roi Jean meurt en 1873, le prince royal Albert devient roi. La mère de la princesse meurt en 1884.

L'archiduc-héritier d'Autriche étant mort prématurément dans des conditions douteuses en 1889, l'héritier du trône Austro-Hongrois est désormais le frère de l'empereur, l'archiduc Charles-Louis d'Autriche lequel a trois fils dont l'aîné, l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche, de santé fragile, semble promis à une fin précoce. Le second fils, l'archiduc Othon, menant une vie de débauche, sa famille pense l'assagir en le mariant prestement à une princesse raisonnable et pieuse. C'est la jeune sœur de Mathilde qui est choisie, Marie-Josèphe de Saxe (1867-1944). Elle donne deux fils à la couronne, mais son mari, surnommé "le bel Archiduc", continuera ses frasques.

L'archiduc François-Ferdinand, guéri, devint héritier présomptif du trône austro-hongrois à la mort de son père en 1896. Il avait atteint la trentaine et chacun se posait la question de son mariage. Mathilde, également trentenaire, conservait quelques espoirs mais l'archiduc, contre toute attente, contracta une union morganatique en 1900. Les règles de la Maison impériale lui imposaient de renoncer à la succession et l'expulsaient de la Mason Impériale. Son frère Othon deviendrait alors le futur empereur. Conscient de ses devoirs et de ses responsabilités, l'empereur François-Joseph ne put se résoudre à céder sa couronne à un débauché sans vergogne et envisagea une solution hybride : François-Ferdinand restait l'héritier du trône mais sa femme et ses enfants ne seraient pas considérés comme membres de la Maison impériale. Ce compromis créa et entretint une atmosphère délétère dans la Maison impériale et les cercles politiques austro-hongrois jusqu'à l'assassinat de l'archiduc et de son épouse par des terroristes Serbes en 1914.

Les descendants de François-Ferdinand ne pouvant espérer régner un jour, ce sont les fils d'Othon , neveux de la princesse Mathilde, qui pourraient ceindre la couronne, c'est-à-dire les fils de Marie-Josèphe, sœur cadette de Mathilde. Effectivement, à la mort de l'empereur François-Joseph en 1916, c'est le neveu de Mathilde, l'archiduc Charles qui monta sur le trône.

Les années sombresModifier

La princesse Mathilde, se sentant délaissée, s'aigrit. Maintenant connue pour sa mauvaise humeur, elle est la moins populaire des membres de la Maison Royale de Saxe[réf. nécessaire]. Elle cherche dès lors quelque consolation dans l'alcool et sera bientôt surnommée « Schnaps-Mathilde. » Néanmoins, ayant avec bonheur appris la peinture, ses œuvres illustrent des cartes postales vendues à des fins charitables.

En 1900, son frère cadet Albert trouve la mort dans un accident de voiture avec l'équipage du prince Michel de Bragance. On ne sait exactement ce qui s'est passé entre les équipages des deux jeunes gens ni si l'accident a été délibérément provoqué mais le phaéton du prince Saxon verse et le jeune homme meurt peu après. L'empereur d'Autriche veut éviter le scandale. Le prince portugais, 22 ans, démissionne de l'armée autrichienne et quitte la Cour.

L'oncle de Mathilde, le roi Albert meurt en 1902 et son père Georges ceint la couronne pour seulement deux ans car il meurt prématurément à 72 ans. Le frère de Mathilde devient le roi Frédéric-Auguste III de Saxe en 1904. Il était marié à Louise une archiduchesse d'Autriche de la branche de Toscane qui l'avait quitté en 1903 pour suivre son amant. Le scandale fut énorme.

La monarchie saxonne s'effondre lors la défaite de 1918. La princesse Mathilde meurt le à l'âge de 70 ans.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, tome I Hesse-Reuss-Saxe, p.543
  2. Damien Bilteryst, Le prince Baudouin, Frère du roi-chevalier, Bruxelles, 2013, pp.252-3