Maximilien de Saxe (1870-1951)

prince saxon

Le prince Maximilien de Saxe (en allemand, Maximilian Wilhelm August Albert Karl Gregor Odo Prinz von Sachsen), né le à Dresde[1], et mort le à Fribourg[1], troisième fils et septième des huit enfants du roi Georges Ier de Saxe et de Marie-Anne de Portugal, est un membre de la Maison de Wettin, un prêtre de l'Église catholique et un auteur de langue allemande.

Maximilien de Saxe
Prinz Max von Sachsen.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
FribourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Maximilian von SachsenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Société philologique hellénique de Constantinople (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Le prince Maximilien parmi sa fratrie (second à partir de la droite) (vers 1880)

BiographieModifier

Première guerre mondialeModifier

Maximilian von Sachsen (Maximilien de Saxe) est aumônier de la 23e division allemande. Il a pris part à l'invasion de la Belgique et fut témoin des exactions commises par son armée. Il dira:

« Si j'avais pu prévoir cette marche à travers la Belgique et toutes les choses qui l'accompagnèrent, j'aurais refusé de suivre l'armée comme aumônier militaire[2]. »

Hermann Hoffmann, un autre aumônier allemand rapporte dans ses mémoires:

« En , j'ai rencontré en Belgique, dont nous avions violé la neutralité, un autre aumônier volontaire, le Prince Max, frère du roi de Saxe. Il me raconta, des larmes dans les yeux: « s'il existe un dieu juste aux cieux, nous devons perdre cette guerre en raison des choses horribles que nous avons commises en Belgique[2]. »

Certains historiens dinantais[3] identifient Maximilien de Saxe à l'officier qui est intervenu après la fusillade du mur Tschoffen pour qu'elle ne débouche pas sur une exécution de masse plus terrible encore à la prison de Dinant. Rien à ce jour ne permet d'étayer cette hypothèse même si sa présence est établie et que l'on sait qu'il est personnellement intervenu, à quelques kilomètres de là, à Sorinnes, pour empêcher des exécutions de civils[2].

PostéritéModifier

Il a dédié un vitrail de l'église de Confignon représentant saint Georges à son père, Georges Ier de Saxe, dédié à l'unité des églises d'Orient et d'Occident.

PublicationsModifier

  • Verteidigung der Moraltheologie des Hl. Alphonsus von Liguori gegen die Angriffe Robert Grassmanns, 1899 und weitere Auflagen
  • Praelectiones de liturgiis orientalibus, 2 Bände, 1903/04
  • Übersetzungen orientalischer (syrischmaronitisch, chaldäisch, griechisch, armenisch und syrisch-antiochenisch) Messriten ins Lateinische, 1907/08;
  • Übersetzung des griechischen Offiziums vom Karsamstag (Epitaphia) ins Französische, 1907
  • Vorlesungen über die orientalische Kirchenfrage, 1907
  • Die orientalische Kirchenfrage (1906)
  • Die russische Kirche (1907)
  • Das christliche Konstantinopel (1908)
  • Pensées sur l’union des Eglises, in: Roma e l’Oriente, November 1910
  • Des Heiligen Johannes Chrysostomus Homilien über das Evangelium des Hl. Matthäus, 2 Bände, 1910
  • Des Heiligen Johannes Chrysostomus Homilien über das erste Buch Mosis, 2 Bände, 1913/14
  • Erklärung der Psalmen und Cantica in ihrer liturgischen Verwendung, 1914
  • Das christliche Hellas, 1918
  • Ratschläge und Mahnungen zum Volks- und Menschheitswohle, 1921
  • Nerses von Lampron, Erklärung der Sprichwörter Salomos, 3 Bände, 1919-26
  • Nerses von Lampron, Erklärung des Versammlers, 1929
  • Der heilige Theodor, Achimandrit von Studion, 1929
  • Officium de Pace, 1938
  • Curriculum vitae, 1942 (autobiographisches Manuskript)

BibliographieModifier

  • Willy Clarinval, Quel est cet officier allemand qui sauva 300 Dinantais, le 23 août 1914, d'un second massacre près de la prison ? : Contribution à l'étude des événements d'août 1914 à Dinant, Traces mosanes (no Numéro spécial), (lire en ligne).
  • Jan de Volder, Cardinal Mercier in the First World War : Belgium, Germany and the Catholic Church, Leuven University Press, , 264 p. (ISBN 9789462701649, lire en ligne).

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, tome I Hesse-Reuss-Saxe, p.544
  2. a b et c Jan de Volder 2018, p. 30.
  3. Clarinval 2014.