Ouvrir le menu principal
Caroline de Vasa
Carola av Wasa
Description de cette image, également commentée ci-après
Caroline de Vasa jeune.

Titre

Reine consort de Saxe

29 octobre 187319 juin 1902
(28 ans, 7 mois et 21 jours)

Prédécesseur Amélie de Bavière
Successeur -
Biographie
Dynastie Maison de Holstein-Gottorp
Distinctions Ordre de Louise
Ordre de la Reine Marie-Louise
Nom de naissance Carola av Holstein-Gottorp
Naissance
Schönbrunn (Empire d'Autriche)
Décès (à 74 ans)
Dresde (Royaume de Saxe)
Sépulture Cathédrale de la Sainte-Trinité de Dresde
Père Gustav de Suède, prince de Wasa
Mère Louise de Bade
Conjoint Albert Ier de Saxe
Religion Luthéranisme suédois puis Catholique

Caroline de Vasa (, Schönbrunn - , Dresde) est une princesse de Suède et, par mariage, la dernière reine consort de Saxe en tant qu'épouse du roi Albert Ier de Saxe.

Une grand-mère exemplaireModifier

Petite-fille du roi Gustave IV Adolphe de Suède - destitué en 1809 - et de Frédérique de Bade (sœur du grand-duc Charles II de Bade), la princesse Caroline de Vasa est la fille de l'ancien prince héritier Gustave de Suède, qui prit le titre de prince de Vasa (ou Wasa), et de la princesse Louise de Bade, fille du grand-duc Charles II de Bade et de Stéphanie de Beauharnais, princesse impériale.

Le prince de Vasa, ne pouvant régner en Suède, devient officier dans l'armée autrichienne. Il est favorablement reçu dans le cercle de l'archiduchesse Sophie, mère de l'empereur François-Joseph Ier, sa cousine germaine qui donnait le ton à la cour de Vienne. Les rumeurs prétendirent qu'ils avaient été amants. La mère de la princesse était une cousine éloignée du prétendant bonapartiste, le futur Napoléon III. Mariés pour des raisons purement dynastiques, le prince et la princesse de Vasa ne s'entendirent pas. Ils divorcèrent en 1843 et vécurent des aventures amoureuses sans lendemain qui firent scandale.

En revanche, la grand-mère maternelle de la princesse Caroline n'est autre que Stéphanie de Beauharnais, la fille adoptive de l'empereur des Français Napoléon Ier, veuve à 29 ans du grand-duc Charles II de Bade dont elle avait trois filles. Cette "napoléonide" catholique au sein d'un monde princier et protestant, s'acquit l'estime et le respect des princes allemands pour la droiture de sa vie.

À leur tour, ses filles se convertirent au catholicisme et Caroline se convertit également au grand dam de son père.

Une princesse convoitéeModifier

Dès le début des années 1850, Caroline est considérée comme l'une des plus belles princesses royales d'Europe.

Dernière descendante et héritière des ex-rois de Suède (déchus en 1809), les prétendants ne manquaient pas même si elle ne pouvait prétendre à un mariage royal.

Cependant, il y eut des projets pour qu'elle épouse Napoléon III, empereur des Français, son cousin par sa grand-mère maternelle Stéphanie de Beauharnais, qui se voyait refusé par toutes les cours d'Europe ; mais le père de Caroline était contre ce mariage, en raison de la situation politique instable en France et à cause du contentieux historique entre sa famille et la monarchie napoléonienne.

Mariage royalModifier

En 1852, contre la volonté de son père, Caroline se convertit au catholicisme et le 18 juin 1853, elle épouse à Dresde le prince héréditaire Albert de Saxe. Neveu du roi Frédéric-Auguste II de Saxe qui n'avait pas d'enfant, le jeune homme était destiné à lui succéder. Le mariage fut heureux mais restera stérile.

L'année suivante, la mort accidentelle du roi de Saxe assied sur le trône son frère Jean de Saxe. Albert devient officiellement prince héritier.

Caroline avait de bonnes relations avec sa belle-famille. En tant que princesse héritière de Saxe, elle a commença ses activités en voulant répondre aux questions sociales, volonté qu'elle poursuivra une fois reine.

En 1866, elle visite les hôpitaux de campagne de la Saxe. En 1867, elle participe à la fondation de la Commission Albert, laquelle va contribuer aux soins médicaux de l'armée prussienne durant la guerre franco-prussienne. Pour son travail, elle fut décorée de l'ordre de Louise et de l'ordre de Sidonia. En 1871, elle accompagne Albert à Compiègne, après la défaite de la France.

RéconciliationModifier

 
la princesse royale Victoria de Suède

En 1873, son époux devient roi de Saxe sous le nom d'Albert Ier.

Caroline n'ayant pas d'enfant, la succession de la maison Vasa revenait après elle au grand-duc Frédéric Ier de Bade, fils de la princesse Sophie de Suède, tante de Caroline. La sœur de celui-ci, Victoria de Bade, fut demandée en mariage en 1881 par le prince royal de Suède. La sang des Vasa se mêlait à celui des Bernadotte qui leur avaient succédé sur le trône suédois.

Aussi, en 1884, sous l'égide de la princesse Victoria, épouse du prince héritier de Suède, la dynastie Vasa, destituée du trône suédois, fit-elle la paix avec la maison Bernadotte, permettant aux restes du grand-père de Caroline, le roi Gustave IV Adolphe de Suède, de son père et son frère Louis d'être déposés dans la crypte royale de Stockholm.

En 1888, Caroline et son époux sont autorisés à effectuer une visite officielle en Suède.

CaritasModifier

Dans le domaine social, la reine Caroline apporte une contribution importante à l'organisation des soins de santé en Saxe. Elle fonde une école de nourrices au Leipziger Tor (1869), l'hôpital Carol-Haus (1878), une école de femmes à Schwarzenberg/Erzgeb (1884), la maison Gustavheim pour les personnes âgées, malades et faibles à Niederpoyritz (1887). Caroline devient une reine populaire. Elle devient veuve en 1902.

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :