Ouvrir le menu principal

Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne en 2019

Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne en 2019
Image illustrative de l’article Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne en 2019
Détail

Pays qui préside Drapeau de la Roumanie Roumanie
Période Du au
Responsable Viorica Dăncilă
Site internet (en) www.romania2019.eu
Triplet de présidence
Drapeau de la Roumanie Roumanie Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau de la Croatie Croatie
Chronologie des présidences

La présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne en 2019 est la première présidence du Conseil de l'Union européenne assurée par la Roumanie.

Elle fait suite à la présidence autrichienne du Conseil de l’Union européenne, qui a commencé le et précède la présidence finlandaise, qui commencera le .

Sommaire

Contexte politiqueModifier

La présidence roumaine intervient dans un contexte intérieur tendu en raison de réformes en cours qui pourraient « affaiblir la lutte contre la corruption et l'indépendance de la justice », comme l'a déclaré, le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans ; le gouvernement social-démocrate en place depuis 2016 fait l'objet d'accusations à l'intérieur, comme à l'extérieur du pays, de saper le travail de la Direction nationale anticorruption qui accuse notamment plusieurs de ses membres, dont plusieurs anciens ministres[1].

Le pays sort également d'un référendum constitutionnel qui visait à modifier la définition de la famille dans la Constitution et qui aurait eu pour conséquence de limiter l'institution du mariage entre deux personnes exclusivement aux unions hétérosexuelles ; si la majorité des votants a voté pour, le quorum exigé de 30 % n'a pas été atteint et le résultat n'a donc pas été validé[2].

PrioritésModifier

Le programme de la Roumanie s'inscrit dans un plan plus large, issu de la concertation entre les trois États du triplet (Roumanie, Finlande et Croatie) ; les principaux axes de travail vont être[3] :

  • Une Europe convergente
    • Développement durable, réduction des disparités, convergence, emploi et droits sociaux
    • Innovation et numérisation
    • Connectivité et marchés
  • Une Europe plus sûre
  • L'Europe, un acteur mondial plus fort
  • Europe des valeurs communes
    • Solidarité, cohésion, égalité des chances et justice sociale
    • Démocratie, liberté et respect de la dignité humaine
    • Lutte contre le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme, l'intolérance et le populisme

Élections européennesModifier

Article détaillé : Élections européennes de 2019.

C'est durant cette présidence que se tiennent les élections européennes qui vont permettre de renouveler les 705 députés européens dont la répartition par pays a été remaniée en prévision du départ du Royaume-Uni de l'UE (la Roumanie a d'ailleurs gagné un siège). À l'issue de ces élections, le parti politique arrivé en tête devrait voir son spitzenkandidat être choisi pour succéder à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne[4].

Sortie du Royaume-UniModifier

La sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne et de la CEEA est prévue pour le 29 mars 2019. Viorica Dăncilă devrait donc prendre une part croissante dans la dernière étape du retrait et dans le début des nouvelles relations entre l'UE et le Royaume-Uni.

Identité visuelleModifier

Le logo de la présidence est dessiné par un élève du collège national Ion Luca Caragiale de Bucarest et représente un draco (un animal de la mythologie dace au corps de serpent et à la tête de loup) aux couleurs européennes et roumaines. Le logo représente « une Union européenne à la fois mobile, confiante, dynamique et attachée à ses valeurs fondamentales » ; le symbole du loup a été choisi car il se retrouve dans les mythologies de la plupart des cultures européennes et symbolise pour son créateur, tout autant la nécessité que l'UE s'affirme avec confiance sur la scène internationale que le besoin de protéger ses racines, sa biodiversité et son environnement (la Roumanie est le pays qui compte le plus de loups en Europe)[5] .

ParrainageModifier

La présidence tournante du Conseil de l'Union européenne en 2019 est parrainée par l’entreprise américaine Coca-Cola. Cette dernière a déclaré dans un communiqué que « Coca-Cola supporte fièrement la première présidence roumaine au conseil de l’Union européenne ». Ce partenariat a été dénoncé le mardi 26 février par l’ONG Foodwatch. L’organisation a lancé une pétition afin d’exiger de Donald Tusk, président du Conseil européen et de la Première ministre roumaine, Viorica Dăncilă, qu’ils « cessent ce partenariat et adoptent des règles claires contre ces conflits d’intérêts »[6],[7].

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. « Roumanie : après le Brexit, le « Roexit » ? », sur Le Monde, (consulté le 1er novembre 2018).
  2. « Roumanie : la forte abstention fait échouer le référendum contre le mariage gay », sur Le Monde, (consulté le 1er novembre 2018).
  3. (en) « Topics of interest of the Romanian Presidency of the EU Council », sur le site de la présidence roumaine (consulté le 1er novembre 2018).
  4. « Spitzenkandidat ou comment sera désigné le président de la Commission européenne », sur Le Monde, (consulté le 1er novembre 2018).
  5. (en) « The story of the logo for Romania's Presidency of the Council of the European Union », sur le site de la présidence roumaine (consulté le 1er novembre 2018).
  6. « Comment Coca-Cola sponsorise la présidence européenne », Le Parisien, (consulté le 11 mars 2019).
  7. « Coca-Cola sponsorise la Roumanie, qui préside l’Union européenne », Le Parisien, (consulté le 11 mars 2019).

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :