Ouvrir le menu principal

Pouan-les-Vallées

commune française du département de l'Aube

Pouan-les-Vallées
Pouan-les-Vallées
Place du 14-Juillet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Arcis-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Arcis-sur-Aube
Maire
Mandat
Paul Cantraine
2014-2020
Code postal 10700
Code commune 10299
Démographie
Population
municipale
549 hab. (2016 en augmentation de 5,37 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 32″ nord, 4° 03′ 55″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 109 m
Superficie 16,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Pouan-les-Vallées

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Pouan-les-Vallées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouan-les-Vallées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouan-les-Vallées

Pouan-les-Vallées est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

GéographieModifier

Pouan est un lieu où les traces d'habitat historique sont reconnues. Furent trouvés : en 1843, un bassin en bronze gallo-romain puis deux sceaux en bronze du type Hemmoor. Mais aussi un sépulture ayant une lance, un sabre, une pièce de monnaie, une cruche[1] et des ferrures de bouclier. Puis en 1885 une épée en bronze de type Locras du bronze final. Une nécropole mérovingienne classique, au lieu-dit Le haut de la pierre, fouillée en 1825 puis 1969, dont les sarcophages se trouvent en l'église.

TopographieModifier

Pouan a été autorisé, par décret du 31 octobre 1922,à ajouter 'les-Vallées à son nom.

Le cadastre de 1828 cite au territoire de Pouan : Bécherel[2], les Cloitres, la Folie, Marisy, le bois du Martroy, Moulin-Neuf, Ruchelat[3] et les Rues.

HistoireModifier

Le cartulaire de Charles le Chauve cite Pouan pour les possessions de l'abbaye Saint-Pierre de Montier-la-Celle. Puis, en 1232, l'évêque de Troyes et la comte de Champagne sont co-seigneurs.

En 1789, Pouan était de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Troyes et du bailliage secondaire de Méry.

Le trésor de PouanModifier

 
Quelques pièces du trésor de Pouan - d'après Peigné-Delacourt.

En 1842, exploitant une gravière au lieu-dit du Martroy, M Buttat[4] exhuma un squelette, deux lames de fer oxydé, des ornements et des bijoux en or d'un poids considérable (environ 412 g d'or pur). M Buttat, s'empressa d'aller à Troyes pour tirer parti de sa découverte. Le conservateur du musée Antoine-Henri-François Corrard de Bréban n'ayant pas les moyens d'acquérir de tels objets fit appel au sentiment patriotique de l'inventeur et obtint les lames oxydées, le reste fut vendu à M. Gautier qui alla jusqu'à proposer 300 francs pour acquérir les lames oxydées cédées au musée. En 1860, Napoléon III, fait racheter l'ensemble des pièces du trésor dont il fera don au musée de Troyes.

À la suite de cette découverte, en 1853, M Peigné-Delacourt[5] étudie les pièces de ce trésor et les compare à des objets connus de la même période, les armes et bijoux du tombeau de Childéric découverts à Tournai en 1653 puis les couronnes du roi Goth Reccesvinthus, découvertes à Guarrazar en 1858. Il en conclut que le trésor de Pouan est daté du Ve siècle et que la dépouille qui le portait, est très certainement le roi Wisigoth Théodoric qui fut tué lors de la bataille d'Attila en 451 et compte tenu des conditions de la découverte, que Pouan est située dans la zone où la bataille (dite des champs catalauniques) s'est déroulée.

ChâteauModifier

La première mention d'un château avec ferme et basse-cour est de 1787[6]. La famille Richebourg habitait à Pouan dés 1540, mais étaient seigneurs de Courcelles et Pierre de Richebourg ne fut seigneur de Pouan qu'en 1586 et sa famille conservait ce titre de la part ecclésiastique jusqu'à la Révolution.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars   M. Henri Emilien    
mars   M. André Poly    
mars 2001 2008 M. Claude Adnot    
mai 2008 En cours M.Paul Cantraine[7] DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 549 habitants[Note 1], en augmentation de 5,37 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
680716733766865921919950956
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
934912889843794767696666636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
620602586528522506456467467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
426424437453468444479484489
2013 2016 - - - - - - -
543549-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Œnochoé à droite du trésor, lithographie de Gastebois.

Le MartroyModifier

Ou le Martray était un fief en partie sur la commune de Villette mais de la Mairie et justice de Pouan qui avait bois et village. Vers 1239 la demoiselle Ermanjart de Racines avait des serfs au Martroy[12] mais le seigneur principal était au seigneur d'Arcis[13] tant pour le Martroy que pour Villette. Après 1764, ce sont les descendants de Marie de Saint-Pierre, dame d'Arcis et du VOuldy qui furent seigneur du Martroy[14].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. C'est un Œnochoé étrusque se trouvant au musée de Troyes.
  2. Moulin détruit ayant appartenu au roi en 1298, aux Hospitaliers puis au chapitre cathédrale de Troyes(Archives départementales de l'Aube, G2689. et encore cité sur la carte de Cassini.
  3. rû, déformation de Russelot(?).
  4. « Recherches sur le lieu de la bataille d'Attila en 451- Peigné-Delacourt, Achille -1860 - page 54 », sur reader.digitale-sammlungen.de (consulté le 31 mars 2016)
  5. « Recherches sur le lieu de la bataille d'Attila en 451, ornées d'une carte géographique et de Planches chromolithographiques - Peigné-Delacourt, Achille - 1860 », sur reader.digitale-sammlungen.de (consulté le 31 mars 2016)
  6. Archives départementales de l'Aube, C1627.
  7. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et Brie, 1901-1911, tome I, n°5196.
  13. vers 1250 ; ibid., n°1140.
  14. Archives départementales de l'Aube, 1B981 f° 20.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :