Pomeys

commune française du département du Rhône

Pomeys
Pomeys
Église Saint-Martin de Pomeys.
Blason de Pomeys
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Vaugneray
Intercommunalité CC des Monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Jean-Marc Goutagny
2014-2020
Code postal 69590
Code commune 69155
Démographie
Population
municipale
1 145 hab. (2017 en augmentation de 7,21 % par rapport à 2012)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 02″ nord, 4° 26′ 41″ est
Altitude Min. 502 m
Max. 764 m
Superficie 13,1 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Pomeys
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Pomeys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pomeys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pomeys

Pomeys est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à 2 kilomètres au nord-ouest de Saint-Symphorien-sur-Coise la plus grande ville aux alentours et à environ 50 kilomètres du centre de Lyon.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[1].

UrbanismeModifier

LogementModifier

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 452.

Parmi ces logements, 90,7 % étaient des résidences principales, 4,8 % des résidences secondaires et 4,5 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 87,6 %[2].

ToponymieModifier

Pomeys tire son nom du latin pomaria qui signifie « vergers ».

HistoireModifier

La légende fait remonter les origines de la paroisse de Saint Martin de Pomeys (ancien nom du village) au passage en ces lieux du grand apôtre des campagnes françaises saint Martin.

En outre, au retour de sa patrie hongroise, l’évêque de Tours se serait arrêté à la fontaine intarissable, désignée sous le nom de « fond Saint Martin ». Il aurait laissé là, gravé sur la pierre la marque de son bâton. On trouve encore, dit-on, les traces des sabots de son mulet. Cette fontaine se trouve sur le « raitchemin de Saint Martin » conduisant au bois de Pomeys.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Jean-Marc Goutagny    
1995 2014 Jean Claude Bonnard    
1977 1995 Antoine Grégoire    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2017, la commune comptait 1 145 habitants[Note 1], en augmentation de 7,21 % par rapport à 2012 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625487594744820712802768746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
744800808780848878891848781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
804809815814791816811789774
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7657166607388428249391 0331 145
2017 - - - - - - - -
1 145--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 415 représentant 1 159 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 21 903 €[2].

EmploiModifier

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 150, occupant 543 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 80,2% contre un taux de chômage de 5,8% [2].

Entreprises et commercesModifier

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de cent-trois dont dix-neuf dans l’agriculture-sylviculture-pêche, deux dans l'industrie, dix dans la construction, soixante dans le commerce-transports-services divers et douze étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, sept entreprises ont été créées dont six par des Auto-entrepreneurs[2].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le château de Saconay.
  • Le château de Pluvy : il fut fortifié au XVIe siècle sous la directive de la famille Le Cours, succédant ainsi à une maison bourgeoise. Dès 1896, une restauration complète fut entamée par la famille De Noblet.

Aujourd’hui propriété de la commune de Saint-Symphorien-sur-Coise, ce château abrite le Syndicat Intercommunautaire des Monts du Lyonnais (SIMOLY).

  • Le château de Saconay (XVIe siècle) est la propriété de la famille de Brosse. De l’époque médiévale, il subsiste de nombreux vestiges ; le château est aujourd’hui encore bien conservé. Le bâtiment actuel est flanqué de quatre tours rondes, orientées suivant les points cardinaux.
  • La Neylière, maison d'accueil mariste, où se trouve notamment un musée d'Océanie[7].
  • Lac des Hurongues.
  • L'église Saint-Martin date de 1855 et a remplacé, sur le même emplacement, l’ancienne église à une seule nef. L’église fut bénie le 16 octobre 1860 et restaurée à l’occasion de son centenaire.

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[8].

Personnalités liées à la communeModifier


BibliographieModifier

  • Communes et anciennes paroisses du Rhône : 69, Paris, Editions généalogiques de la Voûte, coll. « Noms des communes & anciennes paroisses de France », (ISBN 9782847661101), (ISBN 2-84766-110-0) édité erroné
  • Maurice Garden, Christine Bronnert et Brigitte Chappé, Paroisses et communes de France : Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 5 : Rhône, CNRS, , 384 p. (notice BnF no FRBNF36598217)
  • Guigue Georges, Archives des communes du Rhône antérieures à 1790 : inventaire sommaire, Archives départementales du Rhône ; H. Georg, 1902-1906, 3 volumes (notice BnF no FRBNF34017317)
  • E. de Rolland et Denys Clouzet, Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône, Dizain & Storck, 1901-1902, 2 volumes (notice BnF no FRBNF34107275)
  • François-andré Varnet, Département du Rhône, dictionnaire des communes, Res Universis, (réimpr. Reprod. en fac-sim. de "Géographie du département du Rhône") (1re éd. 1897)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Plan séisme consulté le 12 septembre 2016 »
  2. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. « Musée d’Océanie », neyliere.fr, consulté le 16 novembre 2019.
  8. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).