Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Pinkwashing

l'instrumentalisation des personnes et droits LGBTI
Manifestation du collectif de militants anarcho-queer « Mashpritzot » pour dénoncer le pinkwashing d'Israël lors de la marche des fiertés de Tel-Aviv-Jaffa, en 2013.

Pinkwashing est un mot-valise anglais qui combine le mot « rose » à l’idée de blanchiment, au sens moral du terme (to wash signifie laver).

Le greenwashing, ou écoblanchiment, ou capitalisme vert, est conçu sur le même modèle.

Sommaire

DescriptionModifier

Le terme de pinkwashing[1] a été inventé par le BCA (Breast Cancer Action, une association américaine de patientes souffrant du cancer du sein) en 2002 pour désigner les campagnes des entreprises qui utilisent le cancer du sein comme levier marketing.

Il désigne aussi une technique de communication fondée sur la promotion de l’homosexualité par une entreprise ou par une entité politique pour essayer de modifier son image et sa réputation dans un sens progressiste, tolérant et ouvert. Cette stratégie de « relations publiques » s’inscrit dans l'arsenal des méthodes d’influence, de management des perceptions et de marketing des idées ou des marques.

Par exemple, dans son livre Mirage gay à Tel Aviv (2017), le journaliste Jean Stern critique la campagne de communication d'Israël qu'il assimile à du pinkwashing (à partir de 2008-2009, organisée par la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni) en mettant en valeur la ville de Tel-Aviv-Jaffa, masquant le fait que 47 % des Israéliens considèrent l’homosexualité comme une maladie (en comparaison, moins de 10 % en France et moins de 5 % en Espagne ou en Belgique) ou encore, selon l'auteur, que cela tenterait d'atténuer en termes d'image la politique israélienne dans les territoires palestiniens[2].

Le terme de pinkwashing peut aussi renvoyer à une compétition de bateaux.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Pinkwashing (breast cancer) », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  2. Jean Stern, interviewé par Mathias Chaillot, « Comment Israël a utilisé le “pink washing”“” pour attirer les gays et changer son image », neonmag.fr, 26 octobre 2017.

Voir aussiModifier